Die Minenräumung: ein gemeinsamer Einsatz zu Gunsten des Friedens

Bern, 04.04.2017 - Ansprache von Bundesrat Guy Parmelin, Chef VBS, anlässlich des «Internationalen Tages der Minenräumung» am 4. April 2017 in Bern.

Es gilt das gesprochene Wort!

Mesdames et Messieurs,

Je vous salue cordialement sur une Place fédérale "déminée" à l'occasion de la "Journée internationale de sensibilisation au problème des mines".

Cette journée nous rappelle un fait essentiel : Pouvoir se réunir dans un endroit sécurisé ne va pas de soi dans de nombreux pays du monde. Nous ne devons jamais oublier notre chance d'être en mesure de le faire, ici en Suisse.

Depuis plus de 25 ans, justement, la Suisse s'engage activement - au côté d'autres pays - dans la destruction de mines, d'armes à sous-munitions et autres restes explosifs de guerre.

Durant cette période, de nombreux succès ont été réalisés : sur plus de 80 pays touchés autrefois, 29 sont aujourd'hui complètement dépollués. Les populations concernées peuvent à nouveau accéder sans aucun risque à la terre, à l'eau et aux autres ressources, des conditions de bases au développement économique et social de ces régions. De plus, 50 millions de mines antipersonnel stockées ont été détruites et l'aide ainsi que la coopération internationale ont été renforcées.

Il y a 20 ans, un immense pas en avant a été fait avec l'entrée en force de la Convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines antipersonnel.
Sur le plan politique, cette convention a permis un changement de perception par rapport aux mines elles-mêmes. Bien que quelques Etats les utilisent encore, l'utilisation de ces armes est désormais considérée par la plupart comme inacceptable.

Malgré les nombreux progrès et succès enregistrés, la lutte contre les mines n'est toutefois pas terminée. En effet, près de 60 Etats et régions sont encore touchés par les mines, les armes à sous-munitions ou les restes explosifs de guerre.

Durant l'année 2015, près de 6'500 nouvelles victimes de mines antipersonnel ont été recensées.

Parmi elles, on compte 80% de civils, dont 40% d'enfants.

Il s'agit d'une augmentation significative par rapport aux années précédentes. Cette augmentation s'inscrit essentiellement dans le contexte des conflits au Yémen, en Libye, en Syrie et en Ukraine.

Il s'agit-là principalement de l'utilisation de pièges et de dispositifs explosifs improvisés, mais aussi de restes d'explosifs de guerre qui entravent les actions humanitaires, telles que l'aide d'urgence, la protection des populations civiles ou le retour de réfugiés.

Malheureusement, dans ces régions instables et dangereuses, des travaux de dépollution durable ne peuvent pas être entrepris pour l'instant.

La Suisse était, il y a 20 ans, l'un des premiers Etats signataires de la Convention d'Ottawa. Guidée par sa longue tradition humanitaire, la Suisse s'engage - et continuera de s'engager - sans réserve contre les mines antipersonnel, les armes à sous-munitions et les conséquences humanitaires des restes d'explosifs de guerre.

La Stratégie anti-mines de la Confédération s'inscrit dans le long terme et nous aspirons à un monde dans lequel plus aucune personne ne sera victime de mines antipersonnel, d'armes à sous-munitions ou de restes explosifs de guerre.

En tant que chef du DDPS, j'appuie l'engagement de l'Armée suisse qui participe au déminage humanitaire par son expertise et son savoir-faire.
Notre armée met à disposition du personnel militaire qui peut être affecté - dans le cadre de missions de promotion militaire de la paix - à des programmes appropriés de l'ONU ou de l'OSCE.

Dans ce cadre, des experts miliciens, ainsi que des professionnels civils et militaires sont régulièrement engagés sur le terrain.

Actuellement, des experts de l'Armée sont présents au Soudan du Sud, au Mali, au Sahara occidental, en République démocratique du Congo, ainsi qu'auprès du Secrétariat de l'ONU à New York. Dans quelques semaines, nous soutiendrons également le programme de déminage humanitaire de l'ONU en Libye, basé en Tunisie.

Vous pouvez voir ici même, sur la Place fédérale, une démonstration d'engagement du Centre de compétences de déminage et d'élimination des munitions non explosées (appelé aussi DEMUNEX). Avec ses spécialistes, ce Centre ne soutient pas uniquement l'Armée suisse dans le cadre de l'instruction, il soutient également les programmes de déminage humanitaire de l'ONU dans le monde entier.
Par ailleurs, le Centre de compétences de l'armée SWISSINT - également représenté ici - est en charge du recrutement des personnes compétentes, de leur formation et de leur déploiement sur le terrain.

L'engagement de la Suisse est assuré sous la forme d'une collaboration interdépartementale entre le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et mon département, le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS).

Pour terminer, permettez-moi d'adresser mes sincères remerciements :
Tout d'abord, à toutes les personnes qui s'engagent dans leurs domaines de compétences au profit du déminage humanitaire.
Nous apprécions la valeur et l'importance de votre travail et nous vous encourageons à le poursuivre sans relâche. Grâce à vous, les populations touchées peuvent regagner leur foyer et reconstruire leur futur.
Je tiens également à remercier tout particulièrement les familles de nos experts, qui laissent celles et ceux qui leurs sont chers partir à l'engagement dans des contextes toujours difficiles, parfois dangereux.

J'adresse pour finir mes remerciements au Centre international de déminage humanitaire de Genève (CIDHG), un centre de compétences reconnu et respecté.

Le CIDHG a organisé l'événement de ce jour et collabore étroitement avec la Confédération qui, depuis plusieurs années, finance et met en œuvre des projets à ses côtés.

Et bien sûr, je remercie tous les partenaires au sein et hors de l'Administration fédérale. Sans leur effort commun, la mise en œuvre de notre stratégie serait très difficile.

Votre tâche à tous est immense. Elle est loin d'être terminée : Que votre travail se poursuive dans les meilleurs conditions possibles.

La tradition suisse d'engagement en faveur de la Paix perdure grâce à vous !


Adresse für Rückfragen

Karin Suini
Sprecherin VBS
+41 58 464 50 86


Herausgeber

Eidgenössisches Departement für Verteidigung, Bevölkerungsschutz und Sport
http://www.vbs.admin.ch

Letzte Änderung 20.04.2018

Zum Seitenanfang

https://www.admin.ch/content/gov/de/start/dokumentation/medienmitteilungen.msg-id-66247.html