La NLFA avance à grands pas

Berne, 28.03.2006 - Les travaux progressent rapidement sur les deux axes de la NLFA, au Loetschberg et au Gothard. Les coûts globaux du projet achevé restent estimés à 16,4 milliards de francs. C’est ce que montre le 20e rapport d’étape sur la NLFA, élaboré par l’Office fédéral des transports (OFT) à l’attention des groupes parlementaires chargés de la surveillance. La planification des compensations reste une tâche permanente pour tous les participants au projet de la NLFA.

Au tunnel de base du Loetschberg, le gros œuvre a été pratiquement terminé au cours du deuxième semestre de 2005. Les deux tiers ont déjà été remis à l’équipe chargée de la technique ferroviaire. La voie était posée à raison de 59% à la fin de 2005, de 72% en mars 2006. L’objectif est de lancer l’exploitation réduite de cette ligne de base en juin 2007 et son exploitation complète en décembre 2007. Cet objectif reste réaliste, bien qu’ambitieux.

Au tunnel de base du St-Gothard, 9,5 kilomètres de tubes ont été excavés entre juillet et décembre 2005. Près de 55% de l’ensemble du système de tunnels étaient percés à la fin de la période sous revue, mais cet avancement atteignait déjà 58% en mars 2006. Des progrès ont également été réalisés sur le plan de la planification et de la politique : dans le canton d’Uri, on a trouvé une solution concernant la traversée de la rivière Schächen. S’agissant du tunnel de base du Ceneri, la Confédération a octroyé l’autorisation de construire ad hoc.

Après que le projet du tunnel de base du Ceneri a fait l’objet de surcoûts d’un montant de 174 millions de francs, la Confédération a demandé que le projet et les coûts y relatifs soient vérifiés encore une fois. L’OFT a déjà informé à ce sujet en février. Dans l’optique actuelle, la mise en exploitation du tunnel de base du Ceneri sera reportée de deux ans, donc à 2019, en raison de la planification plus longue du projet et de l’adaptation du programme de réalisation.

Les coûts globaux restent estimés à 16,4 milliards

Dans les conditions présentées, les coûts du projet global de la NLFA continuent d’être estimés à 16,4 milliards de francs (30 millions de plus que dans le rapport précédent, prix de 1998). En revanche, le risque potentiel a augmenté de 100 millions, atteignant 1,4 milliard de francs. Cela s’explique principalement par l’évolution des coûts, mentionnée, du projet de construction du tunnel de base du Ceneri. Les coûts estimés jusqu’à l’achèvement de la NLFA (16,4 milliards) et les risques (1,4 milliard) impliquent actuellement une somme potentielle de 17,8 milliards de francs (prix de 1998). A cela s’ajoutent le renchérissement, les intérêts intercalaires et la taxe sur la valeur ajoutée.

Les fonds de financement alloués par le Parlement se chiffrent à 15,6 milliards. Il en découle une insuffisance de couverture de 0,8 milliard de francs. Le Conseil fédéral peut assurer jusqu’en 2007/2008 le financement des engagements nécessaires en libérant des réserves. A ce moment-là, une vue d’ensemble du développement futur des projets ferroviaires sera présentée. En même temps, un crédit supplémentaire pour la NLFA sera demandé au Parlement. Le cas échéant, il faudra supprimer ou reporter des projets prévus par l’arrêté sur le transit alpin. La NLFA est financée par le fonds FTP (financement des transports publics).

La planification des compensations est une tâche permanente pour tous les participants à la NLFA. L’entreprise AlpTransit Gotthard SA (ATG) a été chargée d’examiner des solutions de compensation, même si la durée d’utilisation convenue s’en trouvait abrégée ou s’il pouvait en résulter des restrictions sur le plan de l’exploitation.

Ouvrage monumental de grande utilité

Cet investissement permet de créer un ouvrage du siècle, digne d’être comparé aux œuvres pionnières de la Confédération telles que le tunnel du Gothard de 1882. Il sera très utile pour la Suisse: liaisons ferroviaires rapide dans le trafic voyageurs national, mais aussi entre la Suisse, l’Allemagne et l’Italie. De plus, la NLFA créera de bonnes liaisons nord-sud pour le trafic ferroviaires de marchandises. Elle constituera un instrument essentiel pour réussir le transfert du trafic marchandises de la route au rail.


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral des transports OFT, Public affairs, 031.322.36.43



Auteur

Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-4312.html