Dépôt de munitions de Mitholz: Rapport d’experts sur l’analyse du risque

Berne, 08.10.2018 - Le 8 octobre, le DDPS a présenté à la population de Mitholz le rapport final sur l’analyse du risque que peut constituer l’ancien dépôt de munitions . Il apparaît, comme le montrent les résultats annoncés en juin déjà par les experts, que le risque d’explosion est plus élevé qu’estimé auparavant, tant pour ce qui est de la probabilité que de l’ampleur des conséquences. Le Conseil fédéral a été informé le 28 septembre. L’Office fédéral de l’environnement procède maintenant à une évaluation indépendante, comme le prévoit l’ordonnance sur les accidents majeurs.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, un dépôt de munitions militaire souterrain a été construit à Mitholz, sur la commune bernoise de Kandergrund. En 1947, des magasins de munitions y ont explosé, faisant neuf victimes aux alentours. Jusqu’à 3500 tonnes brutes, soit plusieurs centaines de tonnes de substances explosives, sont restées sur place, sous les éboulis. Deux rapports, l’un de 1949 et l’autre de 1986, avaient conclu qu’une nouvelle explosion n’était certes pas totalement exclue mais qu’un tel incident ne provoquerait que des dommages légers à l’intérieur du site et que celui-ci pouvait donc continuer à être utilisé.

Le rapport final confirme un risque plus élevé

Envisageant la construction d’un centre de calcul sur ce site, le DDPS a demandé une nouvelle évaluation du risque. La tâche a été confiée à une équipe d’experts externe des bureaux Risk&Safety SA et Bienz, Kummer & Partner SA, qui ont pu bénéficier de l’appui des experts du DDPS. Le rapport remis le 27 septembre confirme un risque plus élevé.

Le rapport indique en effet que le risque d’explosion est plus élevé qu’estimé auparavant, tant pour ce qui est de la probabilité que de l’ampleur des conséquences. Les dégâts possibles concernent les installations proprement dites ainsi que les alentours. Les experts ont retenu deux scénarios, et parviennent à la conclusion que la situation actuelle ne satisfait pas aux exigences de la législation actuelle sur les risques, les valeurs limites étant dépassées.

Aucune mesure nécessaire pour protéger la population

Les experts estiment que des mesures d’urgence ne sont pas nécessaires, ni pour protéger la population locale, ni pour assurer l’intégrité de la route de Kandersteg ou de la ligne de montagne BLS. Des mesures s’imposent toutefois à moyen et long terme pour faire baisser le risque autant que possible. Le Conseil fédéral a créé à cet effet un groupe de travail qui œuvre depuis le mois d’août sous la direction de Mme Brigitte Rindlisbacher. L’objectif est de procéder à d’autres analyses, notamment géologiques, de proposer des mesures concrètes pour faire baisser le risque, et de déterminer les conséquences juridiques.

En parallèle, le DDPS a soumis le rapport complet à l’Office fédéral de l’environnement, conformément à l’ordonnance sur les accidents majeurs, qui le désigne comme service spécialisé de la Confédération en la matière. Vu la complexité du cas, qui concerne de la munition ensevelie, cet office fera appel à des experts externes lui aussi. L’étude devrait s’achever au printemps 2019. Dans l’intervalle, le groupe de travail continuera l’examen de mesures visant à faire baisser le risque.

Le Conseil fédéral a été informé fin juin des premiers résultats de l’évaluation, et lors de sa séance du 28 septembre du rapport final.

Information de la population

Le DDPS et les autorités compétentes ont informé ce soir la population de Mitholz des résultats définitifs de l’évaluation. Le mandat confié au groupe de travail a également été présenté. M. Philippe Müller, conseiller d’État et directeur de la police et des affaires militaires du canton de Berne, a donné des explications sur les attentes du canton et l’aide qu’il peut apporter. Des représentants du DDPS et du canton ont en outre montré l’état actuel des travaux et ont répondu aux questions de la population.

Afin de tenir compte des besoins de la population, les séances d’informations déjà introduites seront maintenues. Celles-ci permettent aux bordiers et propriétaires immobiliers concernés d’obtenir des réponses directement des autorités responsables. Au cas où de nouveaux faits apparaîtraient, de nouvelles séances d’informations seraient bien entendu organisées.

Le rapport complet est à la disposition de la population sur le site web du DDPS. Afin d’assurer la transparence requise, d’autres documents d’archive et rapports y sont également présentés.


Adresse pour l'envoi de questions

Renato Kalbermatten
Chef de l’information du DDPS
058 464 88 75



Auteur

Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports
http://www.vbs.admin.ch

Groupement de la Défense
http://www.vtg.admin.ch

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-72432.html