La Confédération et les cantons veulent continuer à augmenter le taux de dons d’organes

Berne, 24.11.2017 - Lors de sa séance du 23 novembre 2017, le Dialogue Politique nationale de la santé a chargé les réseaux nationaux du don d’organes de déterminer plus précisément pourquoi il n’y a pas assez de donneurs d’organes en Suisse. En outre, la Confédération et les cantons ont discuté du rapport d'experts sur les mesures visant à freiner la hausse des coûts de la santé ainsi que sur la prévention des maladies non transmissibles.

Le plan d’action « Plus d'organes pour des transplantations », mis en œuvre depuis 2013, a pour objectif de faire passer le taux de donneurs décédés d’organes de 12 (situation en 2012) à 20 par million d’habitants d’ici 2018. Cette proportion s’élève aujourd’hui à 17,4. Malgré l’amélioration des processus, des structures et du financement au cours des dernières années, cet objectif ne sera vraisemblablement pas atteint. Cette situation s’explique notamment par le fait que de nombreux proches se prononcent contre le don d’organes.

C’est pourquoi le Dialogue Politique nationale de la santé, responsable du plan d’action, a chargé les cinq réseaux du don d’organes de déterminer les raisons expliquant ce taux élevé de refus et de l’en informer d’ici au printemps 2018. La Confédération et les cantons souhaitent vivement que le taux de donneurs continue d’augmenter. Les personnes en attente d’un organe doivent avoir une chance d’en recevoir un à temps.

Stratégie nationale Prévention des maladies non transmissibles
Lors de cette séance, la Confédération et les cantons ont également pris connaissance des progrès réalisés dans le cadre de la stratégie nationale Prévention des maladies non transmissibles. En Suisse, près de 2,2 millions de personnes souffrent d’une telle maladie (p. ex., cancer, diabète, maladies cardiovasculaires et troubles psychiques). Ces maladies occasionnent 80 % des coûts de la santé. Du fait de l’augmentation du nombre de personnes âgées, il faut s’attendre à une hausse du nombre de cas au cours des prochaines années et décennies. Cette situation pose de grands défis au système de santé, notamment en termes de financement.

La prévention et la promotion de la santé gagnent donc en importance. Un comportement et un cadre social salutogènes permettent d’éviter plus de la moitié des cas de maladies non transmissibles ou, du moins, de réduire leur charge. Dans le cadre de la stratégie, l’Office fédéral de la santé publique et Promotion Santé Suisse ont élaboré un concept promouvant la prévention dans le domaine des soins. Il s’adresse avant tout aux patients souffrant de maladies chroniques, d’addictions ou de troubles psychiques. Les programmes d’action cantonaux (PAC) jouent un rôle essentiel pour la promotion de la santé et la prévention auprès de la population. La stratégie permet de les renforcer et de les étendre. La Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé, chargée de coordonner ce domaine, constate qu’en 2018, 23 cantons mettront en œuvre un PAC portant sur l’alimentation et l’activité physique ou sur la promotion de la santé psychique.

Poursuite de la Stratégie nationale contre le cancer
En outre, le Dialogue Politique nationale de la santé a accepté de prolonger la Stratégie nationale contre le cancer 2014-2017 jusqu’en 2020 et approuvé le rapport présentant les priorités et les champs d'action pour les trois prochaines années. Oncosuisse, qui a été chargé de l’élaboration de ce rapport, coordonnera également la mise en œuvre de la stratégie à l'avenir. 

Discussion sur les mesures visant à freiner la hausse des coûts
Enfin, les participants à la rencontre ont discuté du rapport d’experts sur la hausse des coûts de la santé et des mesures proposées pour la freiner. La cinquième Conférence nationale Santé2020, qui se déroulera fin janvier 2018, sera également consacrée à ces sujets. La maîtrise des coûts dans le domaine de la santé constitue l’objectif prioritaire du Dialogue Politique nationale de la santé.


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral de la santé publique, Communication, tél. 058 462 95 05, media@bag.admin.ch
CDS, Michael Jordi, secrétaire central, tél. 079 702 20 90, michael.jordi@gdk-cds.ch



Auteur

Secrétariat général DFI
http://www.edi.admin.ch

Office fédéral de la santé publique
http://www.bag.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-68942.html