L'acceptation du FAIF améliorera les liaisons ferroviaires pour la population et l'économie

Berne, 02.12.2013 - Le 9 février 2014, l'arrêté fédéral portant règlement du financement et de l’aménagement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF) sera soumis au vote du peuple et des cantons. Cet arrêté prévoit la création d'un nouveau fonds qui garantira des investissements suffisants dans l'exploitation et l'entretien, une amélioration de la sécurité et les aménagements nécessaires du réseau ferroviaire. Le Conseil fédéral recommande de l'accepter. Un bon réseau ferroviaire est dans l'intérêt de la population et de l'économie, a déclaré aujourd'hui la cheffe du DETEC Doris Leuthard en expliquant la position du Conseil fédéral.

La Suisse dispose d'un réseau ferroviaire attrayant qui atteint cependant ses limites en raison de son taux d'utilisation élevé. Le Conseil fédéral et le Parlement ont décidé d'investir davantage dans l'infrastructure ferroviaire: les voies, tunnels, ponts, quais, caténaires et autres constructions et installations doivent être mieux entretenus et aménagés. A cette fin, il est prévu d'inscrire dans la Constitution la création d'un nouveau fonds de durée indéterminée. Il s'agira du fonds d'infrastructure ferroviaire (FIF) qui servira à financer à la fois l'exploitation et l'entretien d'une part, et les aménagements de l'autre. Les investissements pourront ainsi mieux être coordonnés et garantis à long terme. Le fonds sera alimenté par les montants affectés jusqu'ici à l'infrastructure ferroviaire et par des ressources supplémentaires provenant de la Confédération, des cantons, des entreprises ferroviaires et des voyageurs.

Le nouveau fonds créera la base d'un aménagement par étapes de l'infrastructure ferroviaire: la première étape adoptée par le Parlement, d'un montant de 6,4 milliards de francs, permettra d'améliorer l'offre ferroviaire d'ici 2025. Il est ainsi prévu d'introduire la cadence semi-horaire sur de nombreux tronçons, voire la cadence au quart d'heure dans certaines zones urbaines. Les régions touristiques seront aussi mieux raccordées. Par ailleurs, il sera possible de faire circuler des trains plus longs et des voitures à deux niveaux sur des tronçons supplémentaires. Des capacités supplémentaires seront créées pour le transport ferroviaire des marchandises, qui bénéficiera ainsi de liaisons plus rapides et plus fiables. « Ces investissements seront profitables », a assuré la conseillère fédérale Doris Leuthard. « Un réseau ferroviaire de qualité est dans l'intérêt de la population et de l'économie. Des liaisons de transport sûres et performantes renforcent la Suisse: les voyageurs profitent de meilleures liaisons, l'économie bénéficie de capacités garanties pour le transport des marchandises et les cantons deviennent plus attrayants pour ceux qui envisageraient de s'y installer. » 

Le projet de FAIF sert à maîtriser la forte croissance du trafic: depuis 1998, le trafic ferroviaire des voyageurs a augmenté de 60 pour cent. Dans le trafic ferroviaire des marchandises à travers les Alpes, le volume transporté a aussi nettement augmenté,  passant de 19,3 à 23,8 millions de tonnes par année. L'offre doit être étoffée pour répondre aux besoins croissants de mobilité. Selon les prévisions de l'Office fédéral de la statistique, le trafic des voyageurs augmentera de 60 pour cent d'ici 2030, le trafic des marchandises de 70 pour cent. Les aménagements prévus dans le cadre du FAIF serviront à éliminer les goulets d'étranglement sur le réseau ferroviaire et dans les gares: l'augmentation des capacités et la qualité des correspondances primeront sur la réduction de la durée des trajets.

La première étape, d'un montant de 6,4 milliards de francs couvrant la période d'ici 2025, fait partie du programme de développement stratégique PRODES qui comprend des projets ferroviaires jusqu'en 2050 réalisés en fonction de leur urgence. Le Parlement se prononce sur les aménagements concrets: tous les quatre à huit ans, il adopte les prochaines mesures d'aménagement.

L'arrêté fédéral portant règlement du financement et de l'aménagement de l'infrastructure ferroviaire est un contre-projet direct à l'initiative populaire «Pour les transports publics», qui a été retirée. Le nouveau fonds remplacera le Fonds pour les grands projets ferroviaires (fonds FTP). Comme il sera inscrit dans la Constitution, le projet devra être approuvé par le peuple et les cantons.


Adresse pour l'envoi de questions

DETEC, Service de presse, +41 58 462 55 11



Auteur

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Office fédéral des transports
https://www.bav.admin.ch/bav/fr/home.html

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-51192.html