Journée contre le Bruit : « Écouter la ville »

Berne, 26.04.2016 - Pour endiguer notre consommation du sol suisse, nous devons développer nos villes vers l’intérieur. En conséquence, le bruit augmente et menace d’envahir les espaces urbains. La lutte contre le bruit y atteint ses limites. Le Conseil de l’organisation du territoire (COTER) et la Commission fédérale pour la lutte contre le bruit (CFLB) ont donc décidé de mieux coordonner leurs actions : dans un document élaboré en commun, les deux commissions extraparlementaires montrent comment il est possible de concilier lutte contre le bruit et aménagement du territoire.

Cette année, la « Journée contre le Bruit » a pour thème « Écouter la ville ». Une ville débordante d'énergie émet toutes sortes de sons, agréables ou déplaisants. La concentration croissante des activités humaines et du trafic motorisé augmente les émissions de bruit, qui tendent à se fondre en un magma sonore omniprésent. Pour que les villes restent habitables, les responsables de la planification urbaine et de la protection contre le bruit doivent travailler ensemble à la prévention des conflits que provoque le bruit.

Densifier la ville au risque du bruit 

Un usage mesuré du sol exige un développement urbain vers l'intérieur, en direction des centres bien desservis. C'est une source de conflit entre l'aménagement du territoire et la lutte contre le bruit, car il est de plus en plus souvent nécessaire de construire dans des secteurs déjà exposés au bruit. La densification des zones d'habitation va généralement de pair avec une augmentation du trafic individuel motorisé et des transports publics, ce qui implique évidemment plus du bruit. S'y ajoute la tendance à avoir une vie sociale 24 heures sur 24, qui réduit les périodes de calme et génère de nouvelles formes de bruit - bruit de la vie quotidienne, bruit des animations nocturnes. Dans les quartiers qui comptent de nombreux établissements festifs, les conflits liés au bruit sont difficiles à résoudre. L'ordonnance sur la protection contre le bruit n'établit pas de valeurs limites précises pour ce type de bruit. Son caractère nuisible ou incommodant n'est pas perçu de la même manière par tout le monde - il dépend de l'attitude personnelle, du moment de la journée (ou de la nuit) et de bien d'autres facteurs.

Une position commune pour signaliser une volonté de coopérer

Le Conseil de l'organisation du territoire (COTER) et la Commission fédérale pour la lutte contre le bruit (CFLB) reconnaissent qu'il leur faut collaborer plus étroitement pour protéger la population de manière optimale contre le bruit tout en assurant une urbanisation de qualité. Un document de position a donc été rédigé en commun. Il cerne les problèmes nécessitant une solution urgente et donne un aperçu des évolutions qui auront un impact sur la lutte contre le bruit et l'aménagement du territoire. Sur la base de ces considérations, le rapport définit des lignes directrices pour mieux coordonner les activités des deux domaines d'expertise.

Agir autant que possible sur les sources de bruit

Le rapport énonce un objectif prioritaire commun, qui est bien sûr de réduire le bruit, mais surtout d'éviter d'en produire. Il s'agit en tout premier lieu de lutter contre le bruit « à la source », en particulier dans le domaine des transports. Plusieurs mesures ont fait leurs preuves : solutions techniques pour les véhicules et les revêtements routiers, zones où la vitesse est limitée à 30 km/h, chemins piétons et pistes cyclables attrayants permettant de renoncer à la voiture pour les trajets courts.

 

 

Le document suggère également aux experts de la lutte contre le bruit et de l’aménagement du territoire de délimiter des endroits dans lesquels le niveau sonore toléré jour et nuit pourrait être plus élevé que dans les quartiers résidentiels. Il importe en retour de préserver des endroits de tranquillité ou d’en créer de nouveaux, afin de compenser la forte exposition au bruit dans les autres secteurs. Ces endroits de tranquillité peuvent être des surfaces non construites ou des parcs intégrés au tissu urbain, de vastes espaces de détente à proximité des villes ou des chemins réservés aux piétons et aux cyclistes à l’écart des grands axes routiers.

 

 

ENCADRE

Le rapport « Lutte contre le bruit et aménagement du territoire : Données de base - Positions - Lignes directrices » est disponible en allemand et en français. Une version abrégée existe en allemand, en français et en italien. Ces documents peuvent être téléchargés au format pdf sur le site internet de la CFLB (http://www.eklb.admin.ch/fr/documentation/rapports-et-etudes/) sous la rubrique « Documentation ».


Adresse pour l'envoi de questions

CFLB : Dr. Georg Thomann, Office cantonal de la nature et de l’environnement des Grisons (ANU), Gürtelstrasse 89, 7001 Coire, Tél. 081 257 29 52, courriel : georg.thomann@anu.gr.ch
COTER : Lukas Bühlmann, Association suisse pour l’aménagement national, VLP-ASPAN, Sulgenrain 20, 3007 Berne, Tél. 031 380 76 76, courriel : lukas.buehlmann@vlp-aspan.ch



Auteur

Commission fédérale pour la lutte contre le bruit
http://www.eklb.admin.ch/fr/index.html

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/start/dokumentation/medienmitteilungen.msg-id-61505.html