La Suisse et l'Italie signent un accord en matière fiscale

Berne, 23.02.2015 - La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf et le ministre italien des finances Pier Carlo Padoan ont signé aujourd'hui à Milan un protocole modifiant la convention contre les doubles impositions (CDI) ainsi qu'une feuille de route concernant la poursuite du dialogue sur les questions financières et fiscales. La solution trouvée met un terme à des années de controverse entre la Suisse et l'Italie tout en facilitant la régularisation des fonds non déclarés avant le passage à l'échange automatique de renseignements.

L'accord intervenu entre la Suisse et l'Italie a été paraphé le 19 décembre 2014. Dans le cadre des consultations qui ont suivi, les cantons et les associations économiques l'ont dans l'ensemble accueilli favorablement.

La convention contre les doubles impositions (CDI) entre la Suisse et l'Italie sera modifiée par un protocole qui inclut   la norme de l'OCDE concernant l'échange de renseignements sur demande. Dès son entrée en vigueur, l'accord s'appliquera aux faits survenus à partir de la date de la signature. Il sera soumis à l'approbation des Chambres fédérales et est sujet au référendum facultatif.

Outre le protocole modifiant la CDI, les deux ministres ont également signé une feuille de route concernant la poursuite du dialogue en matière financière et fiscale. Cette feuille de route contient un engagement politique clair sur plusieurs points importants des relations bilatérales en matière financière et fiscale. Sur tous ces points, des solutions ont été convenues ou un programme de travail a été fixé.

La feuille de route prévoit une amélioration de l'accord sur les frontaliers, qui devra être finalisée d'ici à mi-2015. De plus, les contribuables italiens ayant un compte en Suisse pourront participer au programme italien de dénonciation spontanée, aux mêmes conditions que ceux qui ont des comptes en Italie ou dans d'autres pays. Les deux Etats pourront faire des demandes groupées selon la norme de l'OCDE en vue d'identifier des personnes qui cherchent à échapper au fisc.

La feuille de route fixe en outre un processus qui permettra à la Suisse de sortir des listes noires italiennes et elle réaffirme la volonté d'entamer des discussions visant à améliorer l'accès au marché pour les founisseurs de services financiers. Elle souligne en outre que les instituts financiers et leurs collaborateurs ne sont en principe pas responsables des délits fiscaux commis par leurs clients. Par ailleurs, elle prévoit la recherche d'une solution aux questions fiscales en suspens concernant l'enclave italienne de Campione d'Italia.

Après des années de controverses, cet accord entre la Suisse et l'Italie pose de nouvelles bases qui permettront de renforcer la coopération, d'améliorer les relations entre les deux Etats et de développer les relations économiques bilatétales dans un climat constructif. Cet accord facilitera la mise en œuvre du programme de dénonciation spontanée approuvé par le Parlement italien le 4 décembre 2014, et augmentera sensiblement la sécurité juridique pour les contribuables italiens ayant un un compte en Suisse. Il permettra d'assurer un passage sans heurts au futur échange automatique de renseignements conforme à la norme de l'OCDE, en évitant un exode massif de capitaux. Ainsi, la place financière suisse et notamment la place financière tessinoise continueront d'avoir de bonnes perspectives.


Adresse pour l'envoi de questions

Mario Tuor, chef Communication, Secrétariat d’Etat aux questions financières internationales (SFI)
n° tél. : +41 58 462 46 16,
mario.tuor@sif.admin.ch



Auteur

Département fédéral des finances
http://www.dff.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/start/dokumentation/medienmitteilungen.msg-id-56318.html