Bilan de la conférence sur la biodiversité : les États doivent consolider leurs efforts

Berne, 17.10.2014 - Lors de la Conférence internationale sur la biodiversité qui s’est achevée aujourd’hui à Pyeongchang (Corée du Sud), il a été constaté que la plupart des États doivent encore intensifier leurs efforts en vue du maintien et de l’utilisation durable de la diversité biologique ; sans cela, les Objectifs d’Aichi ne pourront pas être atteints d’ici à 2020. La conférence a enjoint à la communauté internationale de mettre en œuvre sans tarder les mesures correspondantes. Simultanément s’est déroulée la première Conférence des Parties au Protocole de Nagoya, qui régit l'accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation.

La 12e Conférence des Parties (CdP 12) à la Convention sur la diversité biologique (CDB) s'est achevée le 17 octobre 2014 à Pyeongchang (Corée du Sud). Elle portait notamment sur la mise en œuvre à ce jour du Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 et sur la discussion des mesures nécessaires afin de contrer le recul de la diversité biologique et de promouvoir son utilisation durable.

Les Objectifs d'Aichi (voir encadré) pourront être atteints uniquement si le plan d'action est mis en œuvre dans l'ensemble des secteurs concernés. Cela nécessite que la valeur de la biodiversité et des services écosystémiques soit prise en compte également dans d'autres domaines politiques. La CdP 12 a explicitement requis l'intégration de la diversité biologique dans les Objectifs de développement durable (ODD), actuellement en négociation à l'ONU.

Les Perspectives mondiales de la diversité biologique 4, publiées le 6 octobre 2014, montrent que les États doivent agir de toute urgence et leur demandent de prendre des mesures supplémentaires pour protéger la biodiversité et atteindre les objectifs du Plan stratégique. Elles soulignent en outre l'importance de ces objectifs pour la réduction de la faim et de la pauvreté dans le monde, l'amélioration de la santé publique et l'utilisation durable de l'énergie, des denrées alimentaires et de l'eau potable.

Protocole de Nagoya en vigueur

Le Protocole de Nagoya, ratifié par 54 États, est entré en vigueur le 12 octobre 2014.  Il régit l'accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation. La Suisse l'a ratifié le 11 juillet 2014 et a adapté la loi fédérale sur la protection de la nature et du paysage (LPN) pour le mettre en œuvre. Un devoir de diligence s'applique désormais à l'utilisation des ressources génétiques des États tiers signataires du Protocole de Nagoya. Il a pour but de garantir que la recherche et l'industrie respectent les règles applicables dans les pays qui mettent à disposition des ressources génétiques afin que les avantages découlant de leur utilisation soient partagés justement et équitablement.

Cette première conférence des Parties a pris toutes les décisions nécessaires afin de garantir la mise en œuvre rapide et efficace du protocole, notamment celles de mettre sur pied un système d'échange d'informations et de créer un mécanisme visant à encourager les États à respecter leurs engagements.

 

ENCADRE :
Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 et Objectifs d'Aichi

Lors de la 10e Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique à Nagoya (Japon) en octobre 2010, les États Parties ont adopté le Plan stratégique sur la diversité biologique 2011-2020. Ce plan formule une vision et une mission et contient cinq buts stratégiques, regroupant en tout 20 objectifs centraux, appelés aussi « Objectifs d'Aichi ». Les cinq buts stratégiques sont énoncés comme suit :

  • Gérer les causes sous-jacentes de l'appauvrissement de la diversité biologique en l'intégrant dans l'ensemble du gouvernement et de la société.
  • Réduire les pressions directes exercées sur la diversité biologique et encourager son utilisation durable.
  • Améliorer l'état de la diversité biologique en sauvegardant les écosystèmes, les espèces et la diversité génétique.
  • Renforcer les avantages retirés par tous de la diversité biologique et des services fournis par les écosystèmes.
  • Renforcer la mise en œuvre au moyen d'une planification participative, de la gestion des connaissances et du renforcement des capacités.


Adresse pour l'envoi de questions

Section Médias OFEV
Téléphone: +41 58 462 90 00
Courriel: mediendienst@bafu.admin.ch



Auteur

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

https://www.admin.ch/content/gov/fr/start/dokumentation/medienmitteilungen.msg-id-54868.html