Le président de la Confédération Didier Burkhalter ouvre la conférence de l’OSCE sur la protection des personnes qui œuvrent pour la défense des droits de l’homme

Berne, 10.06.2014 - Didier Burkhalter, chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et président en exercice de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a ouvert aujourd’hui à Berne la conférence de l’OSCE sur la protection des défenseurs des droits de l’homme. Cette conférence est organisée par la présidence suisse de l’OSCE, en collaboration avec le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (ODIHR). Pendant deux jours, plus de cent participants suisses et étrangers discuteront des mesures susceptibles de protéger les personnes qui s’engagent en faveur de la défense des droits de l’homme, partout dans le monde.

La protection et la promotion des droits de l’homme, ainsi que le renforcement de l’état de droit, font partie des objectifs de politique extérieure de la Suisse. Elles constituent également une mission essentielle de l’ODIHR. Ces objectifs ne peuvent cependant être atteints que si les normes et standards internationaux en matière de droits de l’homme sont effectivement appliqués. Les défenseurs des droits de l’homme jouent à cet égard un rôle crucial.
 «Ces hommes et ces femmes, qui s’efforcent d’attirer l’attention sur les  droits de l’homme pour mieux les faire respecter, prennent souvent de grands risques, dans des situations dangereuses, afin d’aider leurs concitoyens à vivre dans la dignité», a rappelé le président de la Confédération Didier Burkhalter dans son discours d’ouverture prononcé à l’Hôtel Schweizerhof à Berne, avant d’ajouter : « non seulement ils méritent notre respect et soutien mais ils en ont besoin ».
En effet, ces personnes et leurs proches subissent souvent des intimidations, des menaces et des entraves à leurs activités dès lors qu’ils défendent les droits de l’homme dans leur pays, en tant que juristes, syndicalistes, représentants d’ONG, paysans ou journalistes.

Il ne peut y avoir de sécurité ni de stabilité à long terme tant que les droits de l’homme, l’état de droit et la démocratie ne sont pas respectés, a déclaré M. Burkhalter en sa qualité de président en exercice de l’OSCE, à l’intention de la centaine d’experts délégués par les Etats participants de l’OSCE, qui réunissent de nombreux défenseurs des droits de l’homme, des spécialistes en matière de droits de l’homme, d’autres délégués des gouvernements ainsi que des représentants de la société civile et des organisations de droits de l’homme. Et il a lancé un appel explicite aux décideurs : « La mise en œuvre des normes existantes en matière de droits de l’homme requiert avant toute chose une volonté politique. La volonté politique de respecter les engagements pris ».

Les déclarations de M. Didier Burkhalter ont reçu l’appui de M. Stavros Lambrinidis, Représentant spécial pour les droits de l'homme auprès de l'Union européenne.

La conférence a permis d’engager une discussion approfondie sur le rôle dévolu à l’OSCE dans la mise en œuvre et le respect des libertés fondamentales et des droits de l’homme. La composition des participants montre combien la voix de la société civile joue un rôle primordial dans les processus démocratiques.

La présidence suisse de l’OSCE et l’ODIRH comptent lancer à l’occasion de ces deux journées de conférence des directives conçues pour aider les Etats participants de l’OSCE à garantir aux défenseurs des droits de l’homme protection et soutien effectifs.


Adresse pour l'envoi de questions

Communication DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
E-Mail: kommunikation@eda.admin.ch
Twitter: @EDA_DFAE



Auteur

Département fédéral des affaires étrangères
https://www.eda.admin.ch/eda/fr/dfae.html

https://www.admin.ch/content/gov/fr/start/dokumentation/medienmitteilungen.msg-id-53301.html