Une nouvelle maladie provoque la défoliation prématurée des pommiers

Wädenswil, 20.09.2013 - En Suisse orientale, quelques pommiers non traités ont perdu prématurément leurs feuilles en 2010. Les chercheurs d‘Agroscope ont établi que le champignon Marssonina coronaria, encore inconnu chez nous jusqu’ici, en était responsable. Depuis, cette maladie des pommiers s’est propagée: cette année, de nombreux pommiers non traités dans les jardins familiaux et les prés se dégarnissent déjà fortement à mi-septembre.

«Les pommiers sains perdent leurs feuilles en novembre. Les arbres malades qui sont déjà privés de feuilles maintenant auront un développement plus faible l'année prochaine et les fruits encore accrochés à l'arbre restent petits et ne mûrissent pas. Pour le jardinier amateur, c'est décevant, mais pour l'arboriculteur professionnel, c'est une perte de revenu dramatique», explique Andreas Naef, spécialiste des maladies des fruits d'Agroscope, à Wädenswil.

Dans les zones de cultures de pommes en Asie, la chute des feuilles due à Marssonina coronaria est une des principales affections des pommiers. En Europe centrale, la maladie progresse depuis 2010. Des arbres atteints ont été signalés au nord de l'Italie, au sud de l'Allemagne et en Autriche. En Suisse, le champignon a été détecté pour la première fois en septembre 2010 dans un verger expérimental non traité au bord du lac du Zurich. La même année, il a également été découvert dans la région du lac de Constance, sur des pommiers à haute-tige et dans un verger de pommes biologique. Depuis lors, le champignon a contaminé différentes régions de Suisse allemande, dans des vergers biologiques, d'arbres à haute-tige et des jardins familiaux.

Quel impact sur la production suisse de pommes?

«La chute des feuilles n'est pas toujours imputable à Marssonina. Le champignon de la tavelure a également été très virulent cette année et les feuilles touchées par cette maladie tombent aussi parfois prématurément. Leur aspect est toutefois différent: elles présentent des zones noires et mates, mais demeurent vertes. Les feuilles attaquées par Marssonina sont maculées de taches vert-brun portant de petits points noirs, les fructifications. En outre, la feuille jaunit entre les taches avant de tomber», commente Andreas Naef. Dans les vergers commerciaux à haute et basse-tige, la situation semble meilleure, pour l'instant, du fait que les arboriculteurs traitent leurs pommiers avec des fongicides contre d'autres maladies fongiques, comme la tavelure ou l‘oïdium. Dans quelques vergers biologiques, la maladie apparaît en foyers. Des arbres isolés ou des groupes d'arbres peuvent présenter une forte chute de feuilles, tandis que les arbres voisins ne manifestent pratiquement aucun symptôme. Apparemment, les produits phytosanitaires autorisés en production biologique semblent moins efficaces contre ce champignon que les produits homologués en production intégrée. Souvent, les variétés résistantes à la tavelure, qui reçoivent moins d'applications fongicides en été, sont aussi touchées. M. coronaria pourrait ainsi se révéler problématique en production extensive de fruits à cidre sur les arbres à haute-tige, non traités durant l'été.

D'importantes variétés sont sensibles

Des sondages effectués en Suisse et à l'étranger ont montré qu'il existe des différences de sensibilité à Marssonina entre les variétés. Malheureusement, Golden Delicious, Gala et quelques variétés résistantes à la tavelure comme Topaz et Rubinola font partie des variétés plutôt sensibles. En revanche, plusieurs variétés de pommes sauvages se sont montrées résistantes à ce pathogène. Cette caractéristique pourrait être intégrée dans les programmes de sélection. Cependant, pour sélectionner une variété résistante et de bonne qualité, il faudrait compter plusieurs dizaines d‘années. Agroscope et le FiBL (Institut de recherche de l'agriculture biologique) effectuent des recherches sur le moment précis de l'infection et sur le développement de la maladie. D'entente avec leurs collègues d'instituts étrangers, ils cherchent des mesures applicables dans la pratique pour parvenir à maîtriser cette maladie des fruits.

Les personnes qui souhaitent lutter contre cette maladie dans leur jardin privé doivent s'adresser à un jardinier professionnel ou à une jardinerie.

Biologie et symptômes

Le nom scientifique du champignon est Marssonina coronaria ou Diplocarpon mali. En Asie, où ce champignon cause des dégâts depuis longtemps, des informations sont disponibles sur sa biologie. Il hiverne sur les feuilles tombées au sol. Les premières infections sont causées par les spores. Le champignon peut également se propager depuis les feuilles attaquées sur les feuilles voisines par ses spores. Les conditions propices à une infection sont une séquence de plusieurs jours avec une humidité de l'air élevée et une température supérieure à 20 °C. En juin déjà, des taches foliaires de 1 à 2 mm, brun-violet à noir, peuvent apparaître sur la face supérieure des feuilles. Des taches plus grandes, brun à gris-noir se développent à partir de ces petites taches foncées, pour se rejoindre ou se ramifier en lignes noires. La surface entre les taches jaunit de plus en plus et les feuilles tombent prématurément. Les pommes restent généralement accrochées à l'arbre et sont rarement tachées.


Adresse pour l'envoi de questions

Andreas Naef
Station de recherche Agroscope Changins-Wädenswil ACW
Case postale, CH-8820 Wädenswil, Suisse
andreas.naef@agroscope.admin.ch
+41 (0)44 783 62 57, +41 (0)79 622 80 59

Carole Enz, Service médias
Station de recherche Agroscope Changins-Wädenswil ACW
Case postale, CH-8820 Wädenswil, Suisse
carole.enz@agroscope.admin.ch
+41 (0)44 783 62 72, +41 (0)79 593 89 85



Auteur

AGROSCOPE
http://www.agroscope.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/start/dokumentation/medienmitteilungen.msg-id-50316.html