Egalité entre hommes et femmes : faits et chiffres

Berne, 13.06.2013 - L’égalité entre hommes et femmes est inscrite dans la Constitution fédérale depuis le 14 juin 1981. Elle comprend le droit à un salaire égal pour un travail égal ou équivalent. Pourtant, les femmes gagnent en moyenne 677 francs par mois de moins que les hommes en raison de leur sexe. Cela représente une perte de 7,7 milliards de francs par an pour elles et leurs familles. Deux brochures montrent de manière concise les évolutions actuelles, les progrès accomplis et les lacunes qui subsistent dans le domaine de l’égalité.

Beaucoup a été fait en faveur de l'égalité des chances au niveau juridique. La Constitution fédérale a consacré le principe de l'égalité dans la famille, l'éducation et le travail en 1981. La loi fédérale sur l'égalité, qui interdit toute forme de discrimination au travail, est en vigueur depuis 1996. Dans la vie de tous les jours, en revanche, l'égalité n'est pas encore atteinte. La brochure « Vers l'égalité entre femmes et hommes » relate les principaux faits et chiffres qui montrent où en est l'égalité en Suisse et comment elle évolue de manière générale.

Malgré certains progrès indéniables, l'égalité n'est pas encore réalisée dans de nombreux domaines de la vie. Si le niveau de formation des hommes et des femmes a tendance à se rapprocher, les différences dans leurs choix professionnels et éducatifs ont peu évolué. Les femmes sont nettement plus nombreuses dans la population active, mais quatre sur dix travaillent à temps plein. A contrario, un homme sur dix seulement travaille à temps partiel (13,8%). De plus les femmes ne représentent qu'un tiers des personnes occupant des fonctions d'encadrement. La marche en avant vers les parlements au niveau fédéral et cantonal entamée par les femmes en 1971 subit un coup de frein : en 2011, alors que les femmes représentent 33% des candidatures, elles occupent 29% des sièges au Conseil national et seulement 19,6% des sièges au Conseil des Etats.

Vers l'égalité des salaires
L'égalité salariale est un but déclaré du Conseil fédéral. Globalement, on observe une évolution positive : l'écart moyen entre les salaires des hommes et des femmes dans le secteur privé diminue, lentement mais régulièrement. Cependant, en équivalents plein temps, les femmes continuent de gagner beaucoup moins que les hommes. La brochure « Vers l'égalité des salaires ! », qui repose sur une analyse de l'Enquête suisse sur la structure des salaires de 1998 à 2010, fait un tour d'horizon aussi bref que parlant des discriminations salariales liées au sexe en Suisse.

Ainsi, il y a en moyenne 1800 francs de moins par mois sur les fiches de paie des femmes. Il ressort de l'analyse que 62,4% de cette différence par rapport aux hommes s'explique par des facteurs objectifs, comme les qualifications personnelles ou les caractéristiques de l'emploi occupé. Cela laisse 37,6%, soit 677 francs par mois, qui ne s'expliquent pas et qui sont donc dus à des facteurs discriminatoires. Ces discriminations salariales coûtent cher aux familles suisses : chaque année, ce sont 7,7 milliards de francs qui manquent dans le budget des ménages. Une politique salariale équitable profite aux femmes, aux couples, aux familles mais aussi - et ce n'est pas le moins important - aux assurances sociales.


Adresse pour l'envoi de questions

Sylvie Durrer, directrice Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes BFEG
tél. 031 322 68 40 - portable 079 216 50 27
sylvie.durrer@ebg.admin.ch



Auteur

Département fédéral de l'intérieur
http://www.edi.admin.ch

Secrétariat général DFI
http://www.edi.admin.ch

Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes
https://www.ebg.admin.ch/ebg/fr/home.html

https://www.admin.ch/content/gov/fr/start/dokumentation/medienmitteilungen.msg-id-49198.html