Le cargo spatial Albert Einstein prend forme

Berne, 30.01.2013 - Les dernières phases d’intégration du quatrième cargo spatial du type ATV (Automated Transfer Vehicle, véhicule de transfert automatique) se déroulent dans les halles de la base européenne de lancement à Kourou (Guyane française). Le satellite doit être lancé le 18 avril 2013 à bord d’une fusée Ariane 5 et s’arrimer quelques jours plus tard à la Station spatiale internationale (ISS). Sur proposition de la délégation suisse, l’Agence spatiale européenne ESA a donné à l’ATV4 le nom d’Albert Einstein.

Chargement et assemblage de l'ATV4 Albert Einstein

Ces derniers mois, le quatrième cargo spatial ATV a été rempli de biens de ravitaillement. Il contient non seulement des vivres et des vêtements pour les astronautes qui se trouvent à bord de la Station spatiale internationale (ISS), mais aussi des expériences scientifiques. Ces biens sont transportés dans l'ICC (Integrated Cargo Carrier). Après l'arrimage à l'ISS, les astronautes peuvent pénétrer dans cette partie de l'ATV afin de transférer le chargement dans l'ISS. L'ICC contient en outre des réservoirs d'eau potable pour les astronautes et de différents gaz (par exemple d'oxygène) ainsi que des carburants pour les propulseurs de manœuvre de l'ISS, qui sont transférés.

Une fois l'intégration de l'ATV4 terminée, le cargo sera installé au sommet d'une fusée Ariane 5, qui le placera sur orbite le 18 avril 2013. Au moyen de ses instruments de navigation autonome de haute précision, l'ATV4 Albert Einstein exécutera plusieurs manœuvres d'approche avant de s'arrimer à la Station spatiale internationale. Sa mission devrait prendre fin à la mi-octobre.

La retransmission en direct du lancement de l'ATV4 est prévue dans le cadre d'une manifestation publique à Berne.

Le cargo spatial ATV

Les ATV sont des véhicules de transport inhabités. Ils constituent la plus importante contribution de l'Europe au programme d'exploitation de la Station spatiale internationale. Ce sont les vaisseaux spatiaux les plus grands et les plus performants jamais développés et construits en Europe. L'ATV a une fonction de ravitaillement: il assure le transport de biens d'approvisionnement pour l'équipage de l'ISS. L'ATV a encore pour fonction de relever, à l'aide de ses propres propulseurs, l'orbite de l'ISS (manœuvre de reboost). La station spatiale a en effet tendance à perdre de l'altitude sous l'effet du frottement avec une atmosphère très mince. En fin de mission, l'ATV sert de «benne à ordures», emportant les eaux usées et les équipements qui ne sont plus utilisés à bord de l'ISS. Une fois désarrimé, l'ATV rentre dans l'atmosphère et s'y désintègre.

Un premier ATV (ATV1 Jules Verne) avait été envoyé dans l'espace en 2008. Il s'agissait d'un vol d'essai. L'engagement opérationnel du cargo spatial européen a débuté en février 2011 avec l'ATV2 Johannes Kepler, suivi de l'ATV3 Edoardo Amaldi, lancé en mars 2012.

Dans la tradition de ses prédécesseurs, l'ATV4 porte le nom d'une personnalité, en l'occurrence celui du scientifique sans doute le plus connu du 20e siècle: Albert Einstein. C'est au terme d'une procédure d'évaluation que l'Agence spatiale européenne ESA a retenu ce nom, proposé par la délégation suisse à l'ESA.

Technologie suisse à bord

Le montage des différents éléments des ATV (ICC, module de service, adaptateur pour la fusée Ariane 5) est effectué par l'entreprise Astrium GmbH à Brême, mandataire principal pour la production de ces vaisseaux spatiaux. L'industrie spatiale suisse joue un rôle important dans le développement et la production des ATV. L'entreprise RUAG Space à Zurich (anciennement Contraves, puis

Oerlikon Space) a mis au point la structure de base de l'ATV, et APCO Technologies à Aigle (VD) a développé le bouclier anti-micrométéorites et anti-débris spatiaux du module de service. L'entreprise Syderal à Chules (BE) a conçu des composants électroniques servant à réguler la température du satellite. Grâce à sa participation et à l'expérience ainsi acquise, l'industrie suisse se positionne pour de futures activités de développement de l'ESA dans le domaine des vols spatiaux habités. Le module de service du vaisseau Orion de la NASA est, par exemple, développé et construit en Europe.


Adresse pour l'envoi de questions

Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation SEFRI
Oliver Botta, Collaborateur scientifique Programmes scientifiques et exploration spatiale
Tél. +41 31 322 99 67



Auteur

Secrétariat d'Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation
http://www.sbfi.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/start/dokumentation/medienmitteilungen.msg-id-47607.html