Oui à l’initiative populaire « contre la construction de minarets »

Berne, 29.11.2009 - Le peuple suisse et les cantons ont accepté à la majorité l'initiative populaire « contre la construction de minarets ». Le Conseil fédéral respecte cette décision. La construction de nouveaux minarets est désormais interdite en Suisse. Les quatre minarets existants ne sont pas concernés. Il reste également possible de construire des mosquées. Les musulmans de Suisse peuvent donc toujours pratiquer leur religion, comme ils le faisaient jusqu'à présent, individuellement ou en réunion avec d'autres.

Le Conseil fédéral et une nette majorité du Parlement s'étaient prononcés contre l'initiative. Pour la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf, cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP), le résultat de cette votation est l'expression de certaines craintes au sein de la population au sujet des courants islamistes extrémistes qui rejettent les traditions de notre Etat et pourraient ne pas respecter notre ordre juridique. « Ces craintes doivent être prises au sérieux. C'est ce que le Conseil fédéral a toujours fait et ce qu'il continuera à faire, même s'il estimait que l'interdiction d'ériger des minarets n'est pas un moyen approprié pour lutter contre les extrémistes islamistes. »

Les quatre minarets existants ne sont pas touchés par cette interdition. Les mosquées et autres lieux de prière musulmans peuvent toujours être construits et utilisés en Suisse. Mme Widmer-Schlumpf souligne que la décision prise par le peuple ce dimanche ne vise que la construction de nouveaux minarets et ne constitue pas l'expression d'un rejet de la communauté musulmane, de sa religion ou de sa culture ; le Conseil fédéral s'y engagera. La paix religieuse est un élément essentiel du modèle qui a fait le succès de la Suisse.

Le dialogue entre les groupes religieux et sociaux et les autorités doit se poursuivre et se renforcer. Et pour que ce dialogue soit ouvert et constructif, il doit impérativement se bâtir sur le respect et l'ouverture à l'égard de celles et ceux qui professent d'autres opinions.


Adresse pour l'envoi de questions

André Simonazzi, porte-parole du Conseil fédéral, tél. +41 79 597 64 49



Auteur

Chancellerie fédérale
http://www.bk.admin.ch/index.html?lang=fr

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/start/dokumentation/medienmitteilungen.msg-id-30430.html