L’Office fédéral des transports donne l’autorisation de construire la liaison ferroviaire Genève Cornavin – Eaux-Vives – Annemasse (CEVA)

Berne, 06.05.2008 - L’Office fédéral des transports (OFT) a donné l’autorisation de construire la liaison ferroviaire reliant la gare de Genève Cornavin à la frontière franco-suisse par La Praille et la gare des Eaux-Vives. Lors de la procédure de mise à l’enquête publique, le projet a fait l’objet de 1700 oppositions qui ont été rejetées.

Par décision du 5 mai 2008, l’OFT a accordé à la direction du projet CEVA l’autorisation de construire la liaison ferroviaire entre la gare de Cornavin au centre de Genève et la frontière franco-suisse. Ce projet permet de réaliser le tronçon manquant entre la gare de La Praille et la gare des Eaux-Vives. Les adaptations de la gare de Cornavin ont été approuvées par l’OFT dans une décision du 30 mai 2005. Les maîtres d’ouvrage sont les CFF et l’Etat de Genève.

D’un coût global de 941 millions de francs (base octobre 2000), le projet CEVA consiste à construire une ligne de chemin de fer à double voie d’une longueur de 14 km environ et à réaliser 5 gares sur le territoire helvétique : Lancy – Pont-Rouge, Carouge-Bachet, Champel-Hôpital, Chêne-Bourg et Eaux-Vives. Entre la gare de Cornavin et la gare de La Praille (soit sur 5 km environ), la ligne CEVA emprunte le tracé actuel moyennant quelques adaptations de l’infrastructure existante. Depuis la sortie de la station de Carouge-Bachet, elle franchit plusieurs ouvrages d’art : tunnel de Pinchat, tranchée couverte du Val d’Arve, pont sur l’Arve, tunnel de Champel, tranchée couverte Théodore Weber, pont sur la Seymaz, tranchée couverte entre la gare des Eaux-Vives et la frontière. La ligne CEVA se situe à 77% en souterrain. Cette proportion atteint même 98% sur la partie nouvelle : les seules émergences dans ce secteur sont constituées par les passages sur l’Arve et sur la Seymaz.

Le 28 juin 2002, le Grand Conseil du canton de Genève a voté un crédit d’investissement de 400.8 millions de francs pour le projet CEVA. Le 6 octobre 2006, l’Assemblée fédérale a voté la loi fédérale sur le fonds d’infrastructure pour le trafic d’agglomération, le réseau des routes nationales de même que pour les routes principales dans les régions de montagne et les régions périphériques (loi sur le fonds d’infrastructure, LFInfr). Dans son arrêté du 4 octobre 2006 concernant le crédit global pour le fonds d’infrastructure, l’Assemblée fédérale a alloué au projet CEVA un montant de 550 millions de francs. Ni le crédit cantonal, ni l’adoption de la LFInfr n’ont fait l’objet d’un referendum.

La décision d’approbation de l’OFT met un terme à la procédure introduite par la requête des maîtres d’ouvrage le 6 mars 2006. La durée de la procédure se justifie par le nombre très important d’oppositions. La plupart des opposants demandaient de réaliser un raccordement au réseau français par le pied du Salève (variante du barreau sud) en lieu et place de la liaison CEVA. La décision d’approbation de l’OFT peut être contestée devant le Tribunal administratif fédéral.

Le projet CEVA constitue l’élément principal du système franco suisse de RER dans la région genevoise. Il desservira une zone englobant un million d’habitants. Le nouveau RER a pour but de maîtriser, à l’aide du rail, la mobilité croissante de la région. CEVA est l’un des 16 projets d’agglomération que le Parlement considère comme urgents et dont la construction doit être lancée avant la fin de l’année.


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral des transports OFT, Information, 031 322 36 43


Auteur

Office fédéral des transports
https://www.bav.admin.ch/bav/fr/home.html

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/start/dokumentation/medienmitteilungen.msg-id-18585.html