Ancien dépôt de munitions de Mitholz : Les périmètres d'évacuation et de sécurité ainsi que le tracé de la route sont définis

Berne, 09.03.2022 - En vue de l'évacuation de l'ancien dépôt de munitions de Mitholz, le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) a indiqué aujourd'hui dans quelle zone de danger chaque immeuble se trouve et ce que cela signifie pour les personnes qui y habitent. La répartition du terrain en plusieurs zones de danger en fonction des risques encourus permet à une partie de la population de ne pas devoir quitter Mitholz et à certains terrains agricoles du village de continuer à être exploités. Différents périmètres (de l'installation, de sécurité et d'évacuation) ont été définis en fonction de leur distance par rapport à l'ancien dépôt de munitions de Mitholz. Quel que soit le périmètre dans lequel elle vit, toute la population bénéficiera du soutien du DDPS. Pour la route nationale qui passera par le futur tunnel de protection, un tracé qui s'intègre le mieux possible dans le site et le paysage a pu être trouvé. La surface dévolue aux chantiers et aux infrastructures nécessaires à l'évacuation sera compacte.

Le plus grand danger de l'ancien dépôt de munitions de Mitholz, qui a explosé en 1947, provient des restes de munitions situés dans la galerie ferroviaire ensevelie devant les cavernes. Différentes études techniques sur la nature et la position desdits restes fournissent des bases importantes pour l'évaluation du danger et en affinent constamment l'image. Cependant, de grandes parties de la galerie ferroviaire se sont complètement effondrées, de sorte que des zones importantes ne peuvent pas être explorées et examinées. Il ne sera possible d'obtenir des informations fiables (p. ex. concernant la répartition des munitions) que lorsque la masse rocheuse de l’arête aura été enlevée et que le processus d’évacuation aura permis d'atteindre les restes de munitions localisés dans la galerie ferroviaire. Il y a lieu de tenir compte d’un degré élevé d’incertitude lors de la planification des mesures de protection et de sécurité afin de garantir la meilleure sécurité possible pour la population et les usagers de la route et du rail.

Seule une partie de la population devra quitter Mitholz

L'analyse des risques DDPS 2022 est en cours. En définissant les zones de danger, elle règle le déplacement de la population ainsi que le dimensionnement des ouvrages de protection. Sur cette base, les périmètres d'évacuation, de sécurité et de l'installation, le tracé des ouvrages de protection ainsi que les surfaces pour les installations et les travaux de construction ont pu être définis. Une procédure de participation portant sur ces aspects de la fiche Mitholz du plan sectoriel sera menée au cours du deuxième trimestre 2022.

Le principe du modèle par couches, soit la répartition du terrain en diverses zones de danger en fonction des risques encourus, ainsi que la définition de périmètres, permettent de ne pas obliger l’ensemble de la population à quitter Mitholz.

• Les processus d’évacuation impliquant de grandes quantités de munitions se concentrent sur l'ancienne galerie ferroviaire ensevelie ainsi que sur le cône de déjection situé directement devant l'installation. Cette zone constitue le périmètre sécurisé de l'installation. Des restrictions d'accès particulières y sont en vigueur, l'entrée étant réservée aux personnes autorisées.

• La zone de danger élargie (périmètre de sécurité) ne peut être habitée durablement. La population qui vit dans les bâtiments qui s’y trouvent est tenue de déménager vers un lieu sûr. Au sein du périmètre de sécurité, l'exploitation agricole sera toutefois possible à certaines conditions. Lors de l’établissement des directives concernant l'exploitation agricole, le DDPS tiendra compte autant que possible des diverses exigences. En fonction du degré d'exposition au danger, des réglementations spécifiques et propres à chaque emplacement seront élaborées pour les travaux agricoles de durée limitée.

• La zone de danger la plus éloignée est le périmètre d'évacuation, dans lequel il est toujours permis d’habiter. La population qui y vit doit toutefois s'attendre à des évacuations temporaires et à d'autres restrictions en raison des travaux d’évacuation.

Les périmètres répondent aux dispositions de l'ordonnance sur les accidents majeurs ainsi qu’aux directives du DDPS sur le concept de sécurité pour la manipulation de munitions et d'explosifs. Selon le principe de prévention, ils tiennent également compte du degré élevé d’incertitude, par exemple en ce qui concerne la dispersion des munitions.

Mitholz devient un chantier - Soutien quelle que soit la zone de danger

Le DDPS va acquérir tous les terrains situés dans le périmètre de l'installation ainsi que les immeubles habités qui se trouvent dans le périmètre de sécurité - au sein duquel le danger est trop élevé pour permettre une utilisation résidentielle permanente. Indépendamment du périmètre, le DDPS acquiert tous les biens immobiliers qui seront utilisés dans le cadre de l'évacuation. Les acquisitions immobilières et les déménagements doivent être terminés au plus tard en 2030. Pour la construction des ouvrages de protection pour la route et le chemin de fer, les premières maisons devront être abandonnées à partir de 2025. Dès le début prévu des mesures de préparation, il faut toutefois s'attendre à des restrictions telles que des évacuations temporaires dans cette zone. La construction des ouvrages de protection et la démolition de l’arête nécessaire à l'évacuation nécessitent de grands chantiers avec du matériel lourd. La population qui réside dans tout le périmètre d'évacuation sera soumise à des restrictions et à des nuisances relativement importantes dues au bruit, à la poussière et aux secousses.

Ces perturbations inévitables réduisent la qualité de vie à Mitholz jusqu'à la fin des travaux d’évacuation. C'est pourquoi le DDPS continue à aider toute personne habitant au sein du périmètre d'évacuation qui souhaite déménager. Toutes les autres offres de soutien sont également maintenues.

Tracé de la route nationale en partie dans la montagne

Pendant l’évacuation, il y a lieu d’abriter la route nationale, qui est une voie de communication importante liant les cantons de Berne et du Valais, en prolongeant le tunnel de protection contre les avalanches existant en direction de Frutigen. Cet ouvrage de protection restera en place après la fin des travaux d'évacuation, faisant office de route de contournement de la localité. Huit variantes et quatre sous-variantes ont été évaluées pour le tracé. La variante à l'est de la traversée actuelle de la localité s'est clairement positionnée comme la meilleure. Avec une partie de tunnel construite dans la roche, elle ne touche que peu de bâtiments et permet de restreindre l’envergure du chantier, car elle passe à l'intérieur de la zone concernée par les travaux d’évacuation et de construction de la galerie ferroviaire de protection. Les autres avantages de cette variante sont une bonne intégration dans le site avec moins de nuisances pour l'habitat et l'environnement et moins de risques liés à la construction.

Un grand besoin de place pour les infrastructures

Dans toutes les planifications, les réflexions concernant la sécurité occupent la première place. Une infrastructure protégée doit être mise sur pied pour l’évacuation et l'élimination des restes de munitions. Pour des raisons de sécurité, les trajets de transport doivent être courts et lesdits restes doivent être traités sur place dans le respect de l'environnement.

La planification montre que cette infrastructure d’évacuation et d'élimination ainsi que les autres installations prendront beaucoup de place. En même temps, le DDPS tient à préserver autant que possible les précieuses surfaces agricoles de l'étroite vallée afin de permettre leur exploitation. De plus, il y a lieu de coordonner la répartition des surfaces disponibles avec d'autres grands chantiers comme l'extension du tunnel de base du Lötschberg. L'objectif est d'organiser les chantiers de manière compacte, en utilisant le moins de place possible et en restant à l’intérieur du périmètre de sécurité. Cette pratique permet d'éviter de créer d’autres zones de danger et de réduire au maximum l'impact du projet sur la population ainsi que sur l'environnement naturel et le paysage.

Veiller à l'environnement dès la phase de planification

La démolition de l’arête et du cône d'éboulis ainsi que la construction des ouvrages de protection de la route et de la voie ferrée vont générer de grandes quantités de matériaux qui seront stockés temporairement, puis partiellement remis en place. Il en résultera inévitablement des modifications importantes du terrain et des répercussions sur le cours d’eau Stegenbach, qui passe très près de la galerie ferroviaire ensevelie. En outre, la situation des risques naturels dans la zone du chantier exigera une amélioration des mesures de protection. Dans toutes les planifications, des mesures seront prises avec soin en vue de protéger durablement l'environnement, en particulier les eaux. En outre, le matériel d'excavation partiellement contaminé par des substances nocives suite aux explosions et aux incendies sera analysé afin de détecter d’éventuelles substances dangereuses pour l'environnement et, si nécessaire, nettoyé sur place. Le processus actuel de surveillance des eaux sera maintenu pendant toute la durée de l’évacuation et adapté en permanence aux besoins du moment.

A l'avenir, plus de danger lié aux munitions à Mitholz

L'événement de 1947 a disséminé des restes de munitions dans tout le fond de la vallée. Pour des raisons de sécurité, toutes les surfaces concernées par des travaux de construction seront préalablement fouillées par des spécialistes de l’élimination de munitions non explosées de l'Armée suisse, qui détruiront d’éventuels restes de munitions.

En procédant à cette évacuation, les autorités assument leur responsabilité et s'engagent à ce que le problème des munitions de Mitholz soit définitivement résolu. Des objectifs d’évacuation sont ainsi définis pour l'ensemble du secteur concerné par l'explosion survenue il y a bientôt 75 ans afin d’éliminer autant que possible les restes de munitions à Mitholz et d’écarter ainsi tout danger d'explosion spontanée.


Adresse pour l'envoi de questions

Lorenz Frischknecht
Suppl. chef Communication / porte-parole du DDPS
+41 58 484 26 17



Auteur

Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports
http://www.vbs.admin.ch

Armasuisse
http://www.ar.admin.ch/

Groupement de la Défense
http://www.vtg.admin.ch

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-87533.html