6 personnes arrêtées suite à des demandes d’extradition de l’Italie

Berne, 16.11.2021 - Sur ordre de l’Office fédéral de la justice (OFJ), 6 personnes ont été arrêtées dans les cantons des Grisons, de St-Gall, du Tessin et de Zurich et placées en détention en vue de leur extradition. Les demandes d’extradition émanent des autorités italiennes, qui reprochent aux personnes arrêtées d’avoir commis des infractions en matière de stupéfiants et, pour certaines d’entre elles, d’être membres d’une organisation criminelle.

6 ressortissants italiens ont été arrêtés aujourd'hui par les polices cantonales des Grisons, de St-Gall, du Tessin et de Zurich (2 dans les Grisons, 1 dans le canton de St-Gall, 2 au Tessin et 1 dans le canton de Zurich). L'ordre de mise en détention donné par l'OFJ se fonde sur des demandes d'extradition de l'Italie, qui reposent à leur tour sur des mandats d'arrêt émis par le Tribunal de Florence et par le Ministère public de Milan. Les faits reprochés aux personnes détenues ont été commis depuis l'Italie, mais aussi en partie en Suisse. Les arrestations sont le résultat des enquêtes menées notamment par les Cantons ainsi que par la Police judiciaire fédérale et par le Ministère public de la Confédération. Ces autorités ont également procédé à des perquisitions au Tessin à la demande de l'Italie.

S'agissant des infractions commises en Suisse, il est également possible d'autoriser une extradition vers l'Italie si le ministère public du canton concerné ou le Ministère public de la Confédération juge qu'il faut donner la priorité à l'extradition plutôt qu'à la poursuite pénale en Suisse. L'extradition peut notamment primer pour des raisons d'économie de procédure.

Les personnes arrêtées seront entendues le plus rapidement possible par les autorités des cantons des Grisons, de St-Gall, du Tessin ou de Zurich, sur mandat de l'OFJ, au sujet des faits qui leur sont reprochés. Les personnes qui se déclarent d'accord pour être extradées sans délai feront l'objet d'une procédure simplifiée : l'OFJ pourra dans ce cas autoriser l'extradition vers l'Italie immédiatement. Si une personne s'oppose à son extradition, l'OFJ décidera de l'extradition sur la base de la demande de l'Italie et de la prise de position de la personne concernée. La décision d'extradition de l'OFJ peut être attaquée devant le Tribunal pénal fédéral. La décision rendue par ce dernier peut faire l'objet d'un recours au Tribunal fédéral uniquement dans certains cas, notamment s'il existe des indices de vices graves de la procédure à l'étranger.


Adresse pour l'envoi de questions

Sonja Margelist, Office fédéral de la justice (OFJ), sonja.margelist@bj.admin.ch, T +41 58 484 91 45


Auteur

Office fédéral de la justice
http://www.bj.admin.ch

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-85889.html