UNESCO: la poursuite d'une intelligibilité collective, inclusive et créative

Paris, 12.11.2021 - Discours prononcé par le conseiller fédéral Ignazio Cassis, vice-président du Conseil fédéral et chef du Département fédéral des affaires étrangères DFAE, à l’occasion de la 41ème session de la Conférence générale de l’UNESCO, à Paris. Seules les paroles prononcées font foi.

Monsieur le Président de la Conférence générale,
Madame la Directrice générale,
Mesdames et Messieurs les distingués ministres,
Excellences,

«L’intelligence. Ce n’est pas ce que l’on sait. Mais ce que l’on fait quand on ne sait pas»! Ce constat de Jean Piaget – émérite psychologue suisse, co-fondateur du Bureau international d’éducation au cœur de la Genève Internationale il y a presque 100 ans - est certainement des plus actuels. C’est bien de cette intelligence, tournée vers l’action, dont nous avons urgemment besoin.

1. Le rôle de l'UNESCO

Et comment cette intelligence peut-elle s’articuler avec la «solidarité intellectuelle et morale» inscrite dans l’Acte constitutif de l’UNESCO, il y a plus de 75 ans? Bien entendu, chaque pays dispose de ses propres intérêts et spécificités. Mais notre avenir commun est forcément interdépendant. Il ne peut que passer par une quête globale de la paix et du développement durable. Le mandat de l’UNESCO incarne cette ambition. Il nous incite à réfléchir ensemble à ce que nous voulons et pouvons être. Et à agir conjointement.

• C’est pourquoi la Suisse s’engage auprès de l’UNESCO pour l’ODD 4 – l’éducation. La continuité de l’éducation dans une approche holistique est capitale pour l’autonomie des individus.

• L’UNESCO est également un précieux outil de diplomatie scientifique. La coopération des chercheurs, le partage du savoir et l’anticipation des défis que la confluence des sciences pose à l’humanité sont une condition pour la paix.

• L’UNESCO est aussi garante du pluralisme, tellement cher à mon pays - la Suisse. La protection des patrimoines et de la diversité culturelle constitue la source de l’identité propre de chaque être humain.

• En rassemblant toutes ces missions, l’UNESCO renforce les principes de démocratie et de justice. Ce qui garantit la sécurité et l’indépendance de personnes qui produisent l’information.


2. Les priorités de la nouvelle stratégie 2022–2029 de l’UNESCO

Madame la Directrice générale,

Je saisis l’occasion de vous féliciter pour votre réélection! Une réélection qui intervient à un moment charnière puisque nous nous retrouvons dans les contours du projet de nouvelle stratégie 2022-2029. Une nouvelle stratégie de l’UNESCO à laquelle la Suisse se félicite d’avoir contribué. Et je me réjouis également de notre participation à sa mise en œuvre. Voici les éléments centraux à nos yeux:

• Premièrement: l’UNESCO doit encore renforcer ses partenariats systémiques avec la famille des Nations Unies et les autres acteurs, en générant davantage de synergies. Ceci dans l’esprit de l’Agenda 2030 et du «common agenda» du Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

• Deuxièmement: la solidarité morale qu’appelle l’Acte constitutif de l’UNESCO nous ramène aux principes fondamentaux de la Déclaration des droits de l’homme, qui fêtera bientôt ces 75 ans, mais qui garde toute son actualité. Je souligne ici, par exemple, le travail qui a abouti à la Recommandation sur l’éthique de l’intelligence artificielle, dont la Suisse soutiendra l’adoption. La dématérialisation numérique ne doit pas conduire à celle de la pensée humaine!

• Troisièmement: la Suisse souhaite assurer plus de transparence et de prévisibilité dans le dialogue politique, et plaide donc pour une évolution des méthodes de travail par l’instauration de modalités informelles.

• Quatrièmement: la Suisse appelle à poursuivre la modernisation de notre Organisation, pour sa viabilité et son agilité. La bonne gouvernance reste au cœur de notre engagement.

• Cinquièmement:  le rôle des Commissions nationales doit être pris en meilleure considération pour davantage d’inclusion et d’efficacité.

Mesdames, Messieurs,
Œuvrons pour que notre intelligence soit collective, respectueuse et véritablement créative – plutôt qu’elle s’épuise dans des débats parfois stériles et peu compréhensibles. Je suis persuadé que ces efforts aboutiront à davantage d’impact de notre Organisation! Merci de votre attention.


Adresse pour l'envoi de questions

Communication DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél. Service de communication: +41 58 462 31 53
Tél. Service de presse: +41 58 460 55 55
E-Mail: kommunikation@eda.admin.ch
Twitter: @EDA_DFAE


Auteur

Département fédéral des affaires étrangères
https://www.eda.admin.ch/eda/fr/dfae.html

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-85850.html