Aide pratique pour les forestiers

Berne, 16.08.2005 - De nouvelles instructions pratiques pour l’entretien des forêts de protection, publiées par l’OFEFP, proposent aux forestiers des aides à l’évaluation et à la décision pour leur travail quotidien en forêt. Elles montrent selon quels critères les forêts protectrices doivent être soignées et quelles propriétés naturelles de la forêt offrent suffisamment de protection contre les dangers naturels. Elles indiquent en outre comment il est possible de contrôler si les soins assurent une protection durable, ce qui permet d’utiliser les fonds publics de manière ciblée et économe.

Les forêts offrant une protection efficace sont un bien précieux. Grâce à elles, la population de montagne peut, le plus souvent, vivre à l’abri des dangers naturels. De plus, elles protègent les routes, les bâtiments et les voies ferrées. L’effet protecteur de ces forêts dépend toutefois de leur état. Il faut par exemple que les différents arbres soient suffisamment rapprochés pour qu’aucun bloc de pierres ne puisse dévaler dans la vallée sans obstacle. Les arbrisseaux ont aussi besoin de suffisamment de lumière au sol pour croître et se transformer en arbres assumant leur fonction protectrice. L’entretien des forêts de protection doit donc satisfaire à de grandes exigences. La nouvelle publication de l’OFEFP «Gestion durable des forêts de protection. Soins sylvicoles et contrôle des résultats: instructions pratiques» (NaiS) constitue une aide pour les praticiens. Elle s’adresse avant tout aux forestiers des cantons et des communes.
Entretien durable des forêts de protection – utilisation optimale des ressources
Chaque forêt de protection est unique, comme le montre l’exemple des communes d’Amden et de Weesen (cf. fiche; pdf, 57ko). Les soins sylvicoles dépendent de deux facteurs: la composition de la forêt (chaque forêt abrite des essences différentes, en fonction du climat, du sol et de la géologie) et les dangers naturels spécifiques dans une région. C’est ainsi qu’une forêt d’une région menacée par les chutes de pierres doit remplir d’autres fonctions qu’une forêt située dans une région menacée par les avalanches. Les instructions pratiques proposent des aides à l’évaluation et à la décision pour l’entretien des forêts de protection – une tâche complexe. Le but est d’obtenir des forêts protégeant efficacement en leur prodiguant les soins sylvicoles optimaux, sur les plans tant écologique qu’économique.
Des placettes témoins permettent de mesurer les effets
Un controlling standardisé, effectué sur des placettes témoins, permettra de contrôler l’efficacité des soins sylvicoles dans une forêt de protection. Ces placettes témoins possèdent les caractéristiques typiques de chaque station forestière déterminée. Les forestiers les visitent périodiquement pour vérifier si les soins sylvicoles y déploient les effets souhaités. Comme l’écrit Werner Schärer, directeur des forêts, dans l’avant-propos des instructions pratiques: «Pour la première fois, il sera possible de documenter l’effet des soins aux forêts de protection à long terme et de démontrer ainsi encore mieux le rôle indispensable des fonds publics, ainsi que l’usage efficient qui en est fait». 
Ces instructions pratiques sont la nouvelle édition remaniée des instructions «Soins minimaux pour les forêts à fonction protectrice», parues en 1996. La nouvelle version a été adaptée en tenant notamment compte des derniers enseignements de la science. C’est le Centre de sylviculture de montagne de Maienfeld (CSM) qui a assumé la direction du projet.



Auteur

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-850.html