Le personnel suisse évacué du bureau de coopération de la DDC à Kaboul

Berne, 16.08.2021 - La Suisse est préoccupée par l’aggravation de la situation sécuritaire en Afghanistan. En raison des événements de ces derniers jours, le DFAE a temporairement fermé le bureau de coopération de la Direction du développement et de la coopération (DDC) et a évacué son personnel suisse de Kaboul par avion. Le 16 août 2021, les trois membres du personnel qui étaient restés dans la capitale afghane ont atterri à Doha, d’où ils repartiront dès que possible pour la Suisse. Trois autres membres du personnel avaient déjà quitté Kaboul précédemment. Une solution est recherchée pour le personnel local afin que les employés locaux du DFAE et leur famille proche puissent également quitter l’Afghanistan.

Vendredi dernier dans la soirée, la secrétaire d’État du DFAE Livia Leu a informé les médias que trois des six employés suisses du bureau de coopération de la DDC à Kaboul avaient quitté le pays. Durant le week-end, les trois autres membres du personnel transférable ont également quitté l’Afghanistan. Ils ont été intégrés dans le dispositif d’évacuation de l’ambassade d’Allemagne et, avec d’autres membres du personnel international, ont été transportés le 15 août par un avion militaire américain jusqu’à Doha, où ils ont atterri le lendemain à l’aube. Ces collaborateurs regagneront la Suisse dès que possible.

La Suisse entend poursuivre la coopération internationale

Dimanche matin, la DDC avait également fermé temporairement son bureau de coopération, les circonstances actuelles ne lui permettant pas de s’acquitter de sa mission. Il reste à savoir quand la DDC reprendra son travail sur le terrain. «Les besoins sont nombreux en Afghanistan et dans la région», a déclaré Patricia Danzi, directrice de la DDC. Pour continuer à y répondre, la DDC recherche des solutions avec ses partenaires locaux et internationaux. Les programmes en cours ou prévus seront adaptés en conséquence. «Nous entendons maintenir notre engagement en Afghanistan», a affirmé Patricia Danzi aux médias vendredi dernier.

Le personnel local est toujours sur place

Les 38 employés locaux du bureau de coopération n’ont pas encore pu quitter le pays. En collaboration avec le DFJP et des partenaires externes, le DFAE met tout en œuvre pour trouver des solutions pour les membres du personnel local et leur famille proche. Près de 230 personnes recevront un visa humanitaire pour la Suisse, comme l’a expliqué aux médias vendredi dernier le secrétaire d’État aux migrations Mario Gattiker. Elles seront accueillies en Suisse dans le cadre d’un programme de réinstallation et se verront accorder l’asile à leur arrivée. En mai 2019, le Conseil fédéral a décidé qu’un contingent de réinstallation de 1500 à 2000 personnes serait fixé tous les deux ans. À leur arrivée en Suisse, les 230 personnes évacuées d’Afghanistan seront dans un premier temps redirigées vers les différents centres fédéraux pour requérants d’asile, où elles seront prises en charge. 
Les membres du personnel afghan du bureau de coopération pourraient être assimilés à des Occidentaux par les talibans, ce qui constituerait une menace pour leur intégrité corporelle et leur vie. Toutefois, la situation actuelle à Kaboul, notamment à l’aéroport de la capitale afghane, rend difficile le départ du personnel local. Le DFAE est donc en contact permanent avec son personnel sur le terrain.
 
En outre, l’Ambassade de Suisse au Pakistan, qui est compétente en matière consulaire pour l’Afghanistan, est en relation avec des ressortissants suisses en Afghanistan. Actuellement, 26 de nos compatriotes sont inscrits à l’ambassade. Toute personne de nationalité suisse qui a besoin d’aide pour quitter le pays doit immédiatement contacter l’ambassade de Suisse à Islamabad (islamabad@eda.admin.ch , tél. : +92 300 856 4052).

La Suisse est préoccupée par la situation sécuritaire en Afghanistan

La Suisse est préoccupée par l’aggravation de la situation sécuritaire en Afghanistan. Le niveau élevé de violence contribue de manière significative à la détresse de la population afghane et augmente le nombre de personnes déplacées cherchant sécurité et protection. La Suisse condamne les violations présumées du droit international, y compris les crimes présumés de droit international, et appelle fermement tous les acteurs impliqués à respecter le droit international humanitaire et des droits de l’homme. En particulier, les droits des minorités et ceux des femmes et des filles doivent être garantis. Les citoyens afghans et étrangers désireux de sortir du pays doivent pouvoir le faire librement et sans entrave; les routes, les aéroports et les postes-frontières doivent rester ouverts. Toute personne qui le souhaite doit également pouvoir quitter sans danger le territoire afghan depuis l’aéroport de Kaboul.


Adresse pour l'envoi de questions

Communication DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél. Service de communication: +41 58 462 31 53
Tél. Service de presse: +41 58 460 55 55
E-Mail: kommunikation@eda.admin.ch
Twitter: @EDA_DFAE



Auteur

Département fédéral des affaires étrangères
https://www.eda.admin.ch/eda/fr/dfae.html

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-84721.html