La présidente de la Confédération a participé au sommet virtuel du G20

Berne, 22.11.2020 - La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a fait part des positions de la Suisse lors du sommet du G20 de ce weekend. La rencontre a eu lieu sous forme de vidéoconférence en raison de la pandémie. La gestion de la crise sanitaire et les solutions pour une reprise et un développement durables ont occupé une place importante. Cette année, la Suisse a participé, en tant que pays invité, à tous les travaux du groupe des vingt pays industriels et émergents les plus importants.

Le samedi 21 novembre 2020, la présidente de la Confédération s'est exprimée sur les enjeux que la Suisse estime prioritaires pour la communauté internationale. Pour notre pays, une relance forte et durable doit aller de pair avec la mise en œuvre des objectifs de l'Agenda 2030 et de l'Accord de Paris. Les actions à court terme doivent renforcer les stratégies visant la durabilité, l'intégration et la prospérité à long terme.

Le dimanche 22 novembre 2020, la présidente de la Confédération a insisté sur les risques liés aux changements climatiques. Elle a expliqué que les années 2020 et 2021 étaient déterminantes dans ce contexte et que les membres du G20 étaient parmi les pays qui polluaient le plus mais qui avaient la plus grande marge de manœuvre pour s'améliorer. Elle a invité tous les membres du G20 à atteindre au plus tard en 2050 l'objectif de zéro émission.

La présidente de la Confédération a salué le fait que les chefs d'État et de gouvernement soient, cette année, parvenus à une déclaration commune. Elle estime que cette déclaration est un signe positif pour le multilatéralisme et qu'elle contribuera à lutter contre les crises actuelles : d'une part la crise sanitaire et économique liée au COVID-19 et, d'autre part, la crise climatique et la crise de la voie multilatérale. Elle a rappelé que les investissements durables dans l'économie et la protection du climat profitaient aussi à la population et aux entreprises. La Suisse et les autres pays européens s'engagent de manière ambitieuse dans cette direction et invitent la communauté internationale à davantage d'efforts.

En ce qui concerne la stabilisation des systèmes financiers et économiques, le G20 permet indéniablement d'accélérer les mécanismes multilatéraux, comme en témoignent les travaux que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et le Conseil de stabilité financière ont entrepris face à la pandémie. La Suisse est d'avis que certaines organisations internationales, comme l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation mondiale du commerce (OMC), doivent être renforcées si nous voulons faire face aux défis planétaires.

 

Pays invité
Sur invitation de l'Arabie saoudite, qui assume actuellement la présidence du G20, la Suisse a participé ces derniers mois, et pour la première fois, à tous les travaux du groupe des vingt pays industriels et émergents les plus importants. C'est activement qu'elle a participé aux travaux et aux discussions, qu'elle a fait part de ses positions et de son expérience et qu'elle a proposé plusieurs projets concrets. Avant la pandémie, les délégations suisses ont participé physiquement aux réunions de travail et aux réunions ministérielles, ce qui leur a permis d'établir et de cultiver des contacts précieux.

Mi-mars, tout en continuant de suivre son agenda ordinaire, le G20 s'est fixé un agenda extraordinaire consacré à la gestion de la crise. Depuis, toutes les réunions ont eu lieu en ligne. En mars, la présidente de la Confédération avait déjà participé à un sommet extraordinaire du G20 sur la pandémie.

 


Adresse pour l'envoi de questions

Service d’information du DETEC : Géraldine Eicher +41 79 211 30 52



Auteur

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Département fédéral des finances
http://www.dff.admin.ch

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-81246.html