PIB trimestriel : séries révisées jusqu’au 2e trimestre 2020

Berne, 28.09.2020 - Suivant les recommandations internationales, le Secrétariat d’État à l’économie SECO et l’Office fédéral de la statistique OFS ont procédé à une révision « benchmark » des séries du PIB. Le SECO publiera désormais des données trimestrielles détaillées relatives à la valeur ajoutée dans l’industrie et le commerce. L’interprétation conjoncturelle demeure pratiquement inchangée.

La révision des séries du PIB confirme qu’au 2e trimestre 2020, le PIB de la Suisse a reculé comme jamais auparavant depuis le début des données trimestrielles en 1980, enregistrant un repli de 7,3 % (avant la révision : –8,2 %).

Deux principaux facteurs ont néanmoins contribué à empêcher une chute encore plus marquée du PIB : le fait que les restrictions sanitaires ont été levées relativement tôt, mais aussi la structure sectorielle de l’économie suisse, ce que montrent clairement les données trimestrielles sur la valeur ajoutée nouvellement publiées par le SECO pour certaines branches. Dans le secteur chimique et pharmaceutique, notamment, la valeur ajoutée a en effet augmenté de 0,3 % au 2e trimestre, ce qui a permis de stabiliser le résultat global de l’industrie manufacturière (–10,3 % , contre –9,0 % avant révision), sans pour autant compenser les pertes des branches plus sensibles à la conjoncture.

La contraction de la demande a été quasi généralisée au 2e trimestre. Les dépenses de consommation privée ont dégringolé (–8,1 % , contre –8,6 % avant révision) dans le sillage de la pandémie et des mesures prises pour l’endiguer, et les investissements en biens d’équipement se sont également inscrits en fort recul (–10,0 % , contre –11,7 % avant révision). Enfin, le net repli de la demande à l’étranger a entraîné un tassement des exportations de marchandises (–6,5 % , contre –9,4 % avant révision) et de services (–15,3 % contre –15,9 % avant révision).

La rémunération des salariés* a fortement baissé (–4,9 %). En prenant en compte l’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail, qui a été utilisée à large échelle, la perte de revenu des salariés a toutefois été bien moins importante (−0,3 %).

La révision « benchmark » sous-tendant ces chiffres est explicitée dans une note technique.** Dans certains cas, les données historiques ont été considérablement révisées, en particulier en ce qui concerne leurs niveaux absolus. L’évolution dans le temps, elle, est beaucoup moins touchée par la révision. L’interprétation conjoncturelle des données reste inchangée à l’issue des travaux de révision.

Point de presse du 28 septembre 2020, 9 h 30, au Centre de presse du Palais fédéral, à Berne : La crise est-elle surmontée ?
Eric Scheidegger, chef de la Direction de la politique économique du SECO, et Philippe Küttel, chef de la section Comptes nationaux de l’OFS, commenteront les séries du PIB ainsi que la situation conjoncturelle.

Les questions par téléphone pourront être reçues à l’issue du point de presse, à partir de 11 h environ.

*   Rémunération pour le travail effectué. Les transferts (par exemple, l’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail) ne sont pas inclus.
** « Révision 2020 des comptes nationaux : Principaux changements et impacts », v. www.seco.admin.ch/pib.


Adresse pour l'envoi de questions

Secrétariat d'Etat à l'économie SECO
Holzikofenweg 36
CH-3003 Berne
tél. +41 58 462 56 56
fax +41 58 462 56 00



Auteur

Secrétariat d'Etat à l'économie
http://www.seco.admin.ch

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-80532.html