Monitorage des substances explosives en 2019 : aucun impact négatif des munitions sur l’eau des lacs.

Berne, 19.05.2020 - Le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) assure une surveillance continue des substances explosives en lien avec les munitions immergées dans les lacs de Thoune, de Brienz et des Quatre-Cantons. Au cours de l’été 2019, de nouveaux échantillons de sédiments ont été prélevés à des fins d’analyse. Désormais disponibles dans un rapport, les résultats ne révèlent aucun impact des munitions sur l’eau des lacs concernés. Néanmoins, pour être à même de détecter rapidement d’éventuelles pollutions, les autorités ont décidé de poursuivre le monitorage.

Jusqu’au milieu du XXe siècle, l’armée déposait des munitions et des éléments de munitions dans différents lacs de Suisse pour s’en débarrasser. Il s’agissait d’une pratique courante à l’époque. Suite à une estimation de la mise en danger effectuée en 2012, il a été décidé de monitorer les lacs concernés entre 2012 et 2016. Bien que les analyses n’aient pas révélé de traces significatives de substances explosives dans l’eau des lacs, la surveillance n’a pas été interrompue depuis lors.

Toujours aucun impact sur l’eau des lacs

En 2019, le DDPS a procédé, en collaboration avec le canton de Berne et la Commission de surveillance du lac des Quatre-Cantons, à de nouvelles analyses de sédiments prélevés dans les lacs de Thoune, de Brienz et des Quatre-Cantons. Tout comme en 2016, les résultats de ces analyses ne révèlent aucun impact négatif des munitions immergées sur la qualité de l’eau. Ils ont fait l’objet d’un rapport détaillé, publié par le DDPS.

Traces insignifiantes d’explosifs ou de métaux lourds

Des carottes de sédiments d’une longueur approximative de 1,5 m ont été prélevées dans chacun des lacs afin d’être analysées en laboratoire. Les échantillons ont été soumis à des tests pour détecter la présence de substances explosives (p. ex. TNT, nitroglycérine) et de métaux lourds (p. ex. plomb, mercure).

La concentration de substances nocives n’a pas atteint le seuil de détection pour l’écrasante majorité des échantillons de sédiments. D’infimes traces d’explosifs provenant des munitions immergées n’ont été repérées que dans quelques carottes de sédiments ; des traces de TNT ont notamment été identifiées sur deux échantillons prélevés respectivement dans le lac de Thoune et dans celui des Quatre-Cantons. Dans les eaux interstitielles du lac de Brienz, on a découvert des traces d’un explosif de source externe, qui ne provient pas des munitions militaires. Les concentrations des substances détectées se révèlent toutefois nettement inférieures aux valeurs de concentration mentionnées dans l’ordonnance sur les sites contaminés et dans l’ordonnance sur la protection des eaux. Compte tenu de la quantité de munitions qui jonchent le fond des lacs de Thoune, de Brienz et des Quatre-Cantons, les experts s’attendaient à retrouver des traces de substances polluantes sur quelques échantillons.

Le monitorage se poursuit

Conformément à l’ordonnance sur les sites contaminés, les sites où les munitions ont été immergées ont été inscrits dans le cadastre des sites pollués du DDPS. Selon les examens qui ont été faits jusqu’à présent, ils ne nécessitent ni surveillance ni assainissement, ce que confirment les derniers résultats. Le potentiel de pollution demeure cependant élevé. C’est la raison pour laquelle le DDPS, le canton de Berne et la Commission de surveillance du lac des Quatre-Cantons ont décidé de continuer le monitorage des lacs de Thoune, de Brienz et des Quatre-Cantons à long terme.

Compte tenu des résultats du monitorage 2019, il convient de maintenir le rythme décennal actuel de prélèvement et d’analyse des sédiments. L’eau du lac sera, quant à elle, testée tous les cinq ans afin de pouvoir détecter rapidement d’éventuels changements. Après chaque campagne d’analyses, les autorités réévalueront entièrement la situation et prendront, le cas échéant, les mesures qui s’imposent.


Adresse pour l'envoi de questions

Carolina Bohren
Porte-parole du DDPS
+41 58 467 00 24



Auteur

Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports
http://www.vbs.admin.ch

Groupement de la Défense
http://www.vtg.admin.ch

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-79154.html