Le sport génère 22,2 milliards de chiffre d'affaires par année en Suisse

Berne, 28.01.2020 - Forte d’un chiffre d’affaires estimé à 22,2 milliards de francs, l’économie du sport suisse produit une valeur ajoutée brute de 11,4 milliards de francs et un volume de 97 900 emplois en équivalents plein temps par année. C'est ce que montre une étude réalisée sur mandat de l'Office fédéral du sport OFSPO.

Le sport fournit dans l’ensemble une contribution de 1,7 % au produit intérieur brut (PIB) et de 2,4 % au marché de l’emploi de la Suisse. Ce sont là les conclusions d'une étude fondée sur des données de 2017. A titre de comparaison, la contribution de l’économie du sport au PIB suisse se situe dans le même ordre de grandeur que, par exemple, celle de la branche de la fabrication de machines (1,8 %) ou de la fabrication de produits métalliques (1,4 %). Dans le même temps, le sport génère une valeur ajoutée plus de deux fois supérieure à celle de l’agriculture et de la sylviculture (0,7 %) et presque trois supérieure à celle de l’hôtellerie (0,6 %). Rapportée au marché du travail, la contribution du sport est comparable à celle de l’agriculture et de la sylviculture (2,6 %).

Un chiffre d'affaires en progression de 31 %

L'économie du sport a fortement progressé depuis la première étude datant de 2005. Son chiffre d'affaires s'est en effet envolé de 31 % depuis cette date, ce qui correspond à une croissance de 5 milliards de francs environ. L'emploi a quant à lui connu un développement moins fort dans la mesure où la productivité du travail a aussi augmenté sur la même période. 11 000 équivalents plein temps ont ainsi été créés entre 2005 et 2017, soit une hausse de 13 %. Parallèlement, la valeur ajoutée de l'économie du sport a crû moins vite que celle de l'économie dans son ensemble (+27 % contre +32 % entre 2005 et 2017).

Le poids des grandes manifestations sportives

L'économie du sport est ce que l'on appelle une branche transversale, car composée d'une multitude de secteurs économiques traditionnels. L'étude en distingue neuf. Le secteur des installations sportives est, avec 23 %, celui qui contribue le plus à la valeur ajoutée de l'économie du sport, suivi par les secteurs des clubs et fédérations sportifs (19 %) et du tourisme sportif (18 %). Le secteur des services liés au sport représente quant à lui 11 % de la valeur ajoutée de l'économie du sport (contre 8 % en 2005). Cette progression tient notamment aux grandes manifestations sportives, dont les Championnats d'Europe d'athlétisme de 2014 et la Coupe du monde de ski de 2017, qui ont eu lieu durant la période analysée. Ce secteur devrait connaître une nouvelle embellie cette année en raison notamment des Jeux olympiques de la Jeunesse organisés à Lausanne, du Championnat du monde de hockey sur glace ou encore des Mondiaux de cyclisme sur route. Les secteurs des accidents du sport (9 %), de l’administration publique, enseignement du sport et formation au sport et R&D (8 %) et du commerce (8 %) complètent le classement. Avec 2 % chacun de la valeur ajoutée liée au sport, le secteur des médias et celui de la production d’appareils, d’articles et de vêtements de sport jouent un rôle relativement mineur et ferment la marche.

L'étude présentée a été réalisée par le cabinet Rütter Soceco, Sozioökonomische Forschung+Beratung, de Rüschlikon, sur mandat de l'OFSPO. Depuis 2005, année de sa première publication, elle fournit des bases permettant de mesurer l'impact du sport sur le plan économique, rendant visibles pour les milieux politiques comme pour le grand public l'importance économique du sport de même que la diversité des secteurs qui le composent.


Adresse pour l'envoi de questions

Christoph Lauener
Responsable de la communication à l'OFSPO
+41 79 320 82 88



Auteur

Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports
http://www.vbs.admin.ch

OFSPO - Office fédéral du sport
http://www.baspo.admin.ch/

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-77919.html