Mutations d’officiers généraux de l’armée

Berne, 23.10.2019 - Lors de sa séance du 23 octobre 2019, le Conseil fédéral a décidé des mutations d’officiers généraux ci-après, avec effet au 1er janvier 2020 et au 1er janvier 2021.

Le commandant de corps Aldo C. Schellenberg, actuellement chef du commandement des Opérations / remplaçant du chef de l’Armée, deviendra l’officier général adjoint du chef de l’Armée en date du 1er janvier 2021. En ce qui concerne la fonction de remplaçant du chef de l’Armée, le DDPS déposera une demande ultérieurement.

Âgé de 61 ans, Aldo C. Schellenberg a étudié l’économie d’entreprise et obtenu le titre de docteur en économie publique à l’Université de Zurich. De 2007 à 2009, il a suivi des études postgrades en droit économique à l’Université de Berne, qu’il a conclues par l’obtention du master of law. Au cours de sa carrière militaire, il a commandé le groupe d’engins guidés de DCA légère 12, puis a été engagé en qualité d’officier EMG à l’état-major de la division de montagne 12, devenue brigade d’infanterie de montagne 12. Le 1er juin 2010, il a été nommé par le Conseil fédéral au poste de commandant de la brigade d’infanterie de montagne 12 et promu simultanément au grade de brigadier. En 2012, le brigadier Schellenberg a été nommé au poste de chef de l’État-major de l’armée et promu à cette occasion au grade de divisionnaire. Le 1er janvier 2013, suit sa nomination au poste de commandant des Forces aériennes et sa promotion au grade de commandant de corps. Le 1er janvier 2017, le chef du DDPS le désigna chef du projet DEVA dans le domaine du commandement des Opérations. Le 1er janvier 2018, le Conseil fédéral le nomma chef du commandement des Opérations et remplaçant du chef de l’Armée.

Le brigadier Laurent Michaud, actuellement remplaçant du commandant de la Kosovo Force, deviendra le nouveau chef du commandement des Opérations en date du 1er janvier 2021, avec promotion simultanée au grade de commandant de corps.

Âgé de 54 ans, le brigadier Michaud a obtenu une licence en sciences de la vigne (ampélologie) de l’université de Dijon (F) avant d’entrer dans le corps des instructeurs de l’infanterie en 1990. De 1991 à 1997, il a été instructeur d’unité auprès des écoles de grenadiers à Isone. De 1998 à 2000, il a été membre du groupe de coordination Armée XXI. Après un engagement comme officier supérieur adjoint de l’inspecteur des troupes de combat et un séjour à l’US Army Command & Staff College, à Fort Leavenworth, le brigadier Michaud est devenu officier supérieur adjoint du commandant des Forces terrestres en 2003. En 2006, il a été nommé commandant des écoles et cours de grenadiers et d’éclaireurs-parachutistes. De 2012 à 2013, il a été à la tête du commandement des Forces spéciales. De 2014 à 2017, il a été remplaçant du chef de l’État-major de conduite et chef d’état-major de l’État-major de conduite de l’armée. De 2018 à 2019, il a été le chef d’état-major du commandement des Opérations. Il est actuellement commandant en second de la Force multinationale au Kosovo (KFOR) et cela jusqu’en octobre 2020. En tant qu’officier de milice, il a commandé une compagnie de fusiliers, une compagnie de grenadiers et un bataillon d’infanterie. En parallèle à sa carrière professionnelle, il a obtenu un Master of Advanced Studies in Intercultural Communication de l’Università della Svizzera Italiana, à Lugano.

Le divisionnaire Hans-Peter Walser, actuellement commandant de la division territoriale 2, deviendra le nouveau chef du commandement de l’Instruction en date du 1er janvier 2020, avec promotion simultanée au grade de commandant de corps.

Âgé de 55 ans, Hans-Peter Walser a étudié à la Faculté de droit et de sciences économiques de l’Université de Berne où il a obtenu une licence en droit. De 1990 à 1994, il a travaillé au service juridique de l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays. En 1994, Hans-Peter Walser est entré dans le corps des instructeurs de l’infanterie pour occuper les fonctions d’instructeur d’unité dans l’infanterie mécanisée, à Bière, et de chef de classe dans l’école d’officiers de l’infanterie, à Chamblon. Puis, après avoir été chef de groupe dans les cours d’état-major général et chef de classe auprès du Centre d’instruction de l’infanterie à Walenstadt, il est devenu, en 1998, collaborateur personnel et officier supérieur adjoint du chef de l’État-major général. Ensuite, de 2002 à 2003, le divisionnaire Walser a suivi un cours de perfectionnement pour obtenir un master of science in national resource strategy à la National Defense University de Washington D.C. (États-Unis). De 2004 à 2007, il a occupé le poste de chef de la Planification de l’armée et de l’armement, à l’État-major de planification de l’armée, puis est devenu chef du Personnel de l’armée le 1er janvier 2008, fonction qu’il a exercée jusqu’au 30 septembre 2010. Le 1er octobre de cette même année, il a repris les fonctions de remplaçant du chef de l’État-major de l’armée et de chef de la Planification de l’armée. Le 1er janvier 2013, le Conseil fédéral l’a promu au grade de divisionnaire tout en le nommant au poste de chef de l’État-major de l’armée. Le Conseil fédéral l’a nommé commandant de la région territoriale 2 en date du 1er janvier 2016.

Le brigadier Alain Vuitel, actuellement chef du Renseignement militaire et du Service de la protection préventive de l’armée, deviendra le nouveau chef de la Base d’aide au commandement de l’armée à compter du 1er janvier 2020, avec promotion simultanée au grade de divisionnaire.

Âgé de 55 ans, Alain Vuitel a étudié à l’Université de Neuchâtel où il a obtenu une licence ès sciences économiques. De 1989 à 1999, il a travaillé comme collaborateur scientifique à l’état-major du Groupement de l’État-major général, puis comme remplaçant du chef de la division Opérations et chef de la section Conduite et engagement. Après un engagement comme adjoint scientifique de chef de l’État-major général entre 1999 et 2000, il a été détaché auprès du Royal College of Defence Studies. En 2001, il a obtenu un master of arts avec mention dans le domaine des études internationales au King’s College de l’Université de Londres. De 2002 à mai 2009, il a travaillé à l’État-major de planification de l’armée en tant que chef de la Doctrine militaire. Au cours de cette même période, il a été envoyé en service commandé dans le cadre de la Kosovo Force comme chef d’état-major au sein de la brigade multinationale Sud. Du 1er juin 2009 au mois de février 2012, le brigadier Vuitel a dirigé la Centrale nationale d’alarme, à l’Office fédéral de la protection de la population. Dès le mois de mars de la même année et jusqu’à la fin de 2013, il a assumé en tant que militaire de carrière la fonction de délégué du chef de l’Armée dans le cadre du projet DEVA. Le 1er janvier 2014, le Conseil fédéral l’a promu au grade de brigadier en le nommant au poste de chef d’état-major du chef de l’Armée. En 2016, le brigadier Vuitel a été nommé au poste de chef du Renseignement militaire, puis, suite aux adaptations structurelles liées au développement de l’armée (DEVA), il a été confirmé dans sa fonction de chef du Renseignement militaire et du Service de la protection préventive de l’armée en date du 1er janvier 2018.

Le divisionnaire Daniel Keller, actuellement commandant de la Formation supérieure des cadres de l’armée / remplaçant du chef du commandement de l’Instruction, deviendra le nouveau commandant de la division territoriale 2 en date du 1er janvier 2020.

Âgé de 56 ans, Daniel Keller a travaillé comme enseignant dans diverses écoles et à différents degrés après avoir obtenu son diplôme de maître d’école primaire du canton de Lucerne. En parallèle de ses études d’économie d’entreprise à l’université de Berne, il a été chargé de cours à titre accessoire auprès de la BusinessSchool (BVS) à Lucerne. En 1996, il est entré dans le corps des instructeurs des troupes de l’infanterie. En qualité d’instructeur d’unité, il a été engagé dans les écoles d’infanterie de Liestal et dans celles de l’infanterie territoriale à Aarau. Entre fin 1998 et l’automne 2004, le brigadier Keller a travaillé au Centre d’entraînement tactique au sein du Centre d’instruction de l’armée à Lucerne, tout d’abord comme chef Simulation de combat, puis comme chef Didactique, et enfin, dès le printemps 2001, comme commandant du support et remplaçant du commandant du Centre d’entraînement tactique de Lucerne. Après des études au Collège de défense de l’OTAN à Rome, il a été engagé, dès l’automne 2004, d’abord comme commandant du simulateur de conduite I, puis comme commandant du support et remplaçant du commandant de l’École d’état-major général. À partir du 1er mars 2008, il a été l’officier supérieur adjoint du chef de l’Armée et, dès le 1er mai 2009, chef du groupe d’état-major personnel du chef de l’Armée. Conjointement à ses activités professionnelles, il a obtenu, en 2009, le Master of Advanced Studies in Security Policy and Crisis Management à l’EPF de Zurich. Le 1er janvier 2010, le Conseil fédéral l’a promu au grade de brigadier et nommé commandant de la brigade d’infanterie 5. Dès janvier 2014, le brigadier Keller a occupé le poste de commandant de l’École centrale auprès de la Formation supérieure de cadres de l’armée. Le 1er janvier 2017, le Conseil fédéral l’a nommé commandant de la Formation supérieure des cadres de l’armée / chef d’état-major de l’Instruction opérative, avec promotion simultanée au grade de divisionnaire. Suite aux adaptations structurelles liées au développement de l’armée (DEVA), le Conseil fédéral a confirmé le divisionnaire Keller dans sa fonction de commandant de la Formation supérieure des cadres de l’armée / remplaçant du chef du commandement de l’Instruction, en date du 1er janvier 2018.

Le brigadier Germaine J.F. Seewer, actuellement commandante de la brigade d’aide au commandement 41, deviendra la nouvelle commandante de la Formation supérieure des cadres de l’armée / remplaçante du chef du commandement de l’Instruction en date du 1er janvier 2020, avec promotion simultanée au grade de divisionnaire.

Âgée de 55 ans, Germaine J.F. Seewer a suivi des études de chimie à l’EPF de Zurich, formation couronnée par un diplôme EPF de chimiste. De 1989 à 1992, elle a travaillé comme collaboratrice scientifique à l’Institut des sciences en production animale de cette EPF. En 1993, elle a obtenu le doctorat en sciences naturelles de cette même école. De 1993 à 1995, elle a accompli une formation postgrade au National Institute of Animal Science, Research Center Foulum, à Tjele (Danemark). De 1995 à 1998, elle a travaillé en tant que collaboratrice scientifique à la station fédérale de recherche en production animale de Posieux (FR). À partir du 1er juillet 1998, elle a été enseignante spécialisée au Service de renseignement de l’armée/État-major général et, dès 2001, elle a occupé le poste de cheffe de section du Renseignement militaire. Elle a également accompli un engagement au Kosovo en tant qu’officier d’état-major au sein de la SWISSCOY. En 2004, elle a été nommée cheffe des opérations et remplaçante du chef des missions du Centre de compétences SWISSINT. Elle a également effectué des engagements comme observatrice militaire de la MINUEE, en Éthiopie et en Érythrée. Conjointement à ses activités professionnelles, le brigadier Seewer a repris ses études, de 2005 à 2007, et a obtenu un Executive Master of Public Administration de l’université de Berne. Le 1er juillet 2007, elle a rejoint le corps des instructeurs des Forces aériennes et a commandé, de 2008 à 2010, l’École d’aide au commandement des Forces aériennes 95, au sein de la Formation d’application d’aide au commandement 30. Entre 2010 et 2012, elle a occupé les postes de cheffe Instruction des Forces aériennes et de remplaçante du chef de l’État-major des Forces aériennes. En 2011, elle est partie à Rome pour un séjour d’études au NATO Defense College. En tant qu’officier de milice, elle a exercé les fonctions d’officier d’état-major général à l’État-major d’engagement des Forces aériennes et de commandant du groupe d’ondes dirigées des Forces aériennes 4. Le 1er janvier 2013, le Conseil fédéral l’a nommée cheffe Personnel de l’armée et l’a promue au grade de brigadier. Le Conseil fédéral a nommé le brigadier Seewer en date du 1er juillet 2018 au poste de commandante de la brigade d’aide au commandement 41, systèmes / instruction des cadres / support.


Adresse pour l'envoi de questions

Lorenz Frischknecht
Porte-parole DDPS
+41 58 484 26 17


Auteur

Conseil fédéral
https://www.admin.ch/gov/fr/accueil.html

Groupement de la Défense
http://www.vtg.admin.ch

Secrétariat général du DDPS
https://www.vbs.admin.ch/

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-76780.html