NLFA : des progrès encourageants

Berne, 27.09.2006 - Au premier semestre 2006, les travaux de la Nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes (NLFA) ont enregistré de grands progrès. Le montage de l’équipement de technologie ferroviaire dans le tunnel de base du Loetschberg avance selon l’échéancier. Depuis juin 2006, des courses d'essai électriques ont lieu dans le tunnel. Dans le tunnel de base du Gothard, 12 kilomètres de tubes ont été percés au tunnelier et à l’explosif au cours de la période sous revue. En septembre 2006, 64,3 pour cent de tout le système de tunnels sont percés, comme l’indique l’Office fédéral des transports (OFT) dans le rapport d'étape sur la NLFA n° 21 à l’attention des autorités de surveillance parlementaires.

Dans le tunnel de base du Loetschberg, en juin, les premières courses d'essai électriques ont eu lieu sur un tronçon de 10 kilomètres à partir du portail sud de Rarogne. Le tunnel de base va maintenant être mis à disposition section par section pour les courses d'essai. En décembre 2006, tout le tunnel de base, y compris le tunnel d’Engstlige, sera électrifié. Mais malgré ces bonnes nouvelles, le calendrier du Loetschberg reste très serré et ne dispose d’aucune réserve.

Première jonction au St-Gothard

Sur l’axe du St-Gothard, la première jonction entre Bodio et Faido a été célébrée en septembre 2006. Le Président de la Confédération Moritz Leuenberger a donné en juin le coup d’envoi des travaux du tunnel de base du Ceneri. Bien qu’entre-temps, près des deux tiers du tunnel de base du Gothard soient excavés, les mineurs ont encore devant eux plusieurs zones géologiquement difficiles, les surprises ne sauraient être exclues. De plus, la construction du dernier lot d’Erstfeld n’a pas encore pu commencer car l’adjudication des travaux a dû être stoppée en raison d’un nouveau recours – avec des retards encore impondérables. Au St-Gothard et au Ceneri également, respecter les délais sera un objectif ambitieux.
 
Les coûts prévisionnels augmentent encore

La nouvelle prévision des coûts finals se situe à 16,5 milliards de francs, ce qui équivaut à une augmentation de 90 millions de francs (prix de 1998). Une légère diminution des coûts du Loetschberg (-17 millions de francs) s’oppose à une hausse de 104 millions de francs des coûts prévisionnels du St-Gothard, dont les raisons principales sont des surcoûts dus à la géologie à Bodio et Faido, une aération plus puissante dans le tunnel de base du Gothard ainsi que les effets du recours contre l’adjudication du lot d’Erstfeld.

Le risque potentiel est toujours de 1,4 milliard de francs. Le total des coûts estimés de la NLFA, y compris la marge de risque, pourrait atteindre 17,9 milliards de francs.

Facteur d’insécurité dans les coûts prévisionnels

La géologie n’est pas le seul impondérable dont il faille tenir compte. Ainsi, les études préalables du projet de construction pour le tunnel de base du Ceneri ne sont pas encore terminées. Mais tout porte à croire qu’il ne sera possible d’économiser qu’une petite partie des surcoûts de 174 millions de francs. Les coûts de la technique ferroviaire pour le St-Gothard, dont la procédure d'adjudication est en cours, sont une inconnue de plus. Les coûts prévisionnels resteront donc entachés d’incertitudes jusqu'à l’achèvement du projet.


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral des transports OFT, Public ffairs, 031 322 36 43



Auteur

Office fédéral des transports
https://www.bav.admin.ch/bav/fr/home.html

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-7498.html