Ancien dépôt de munitions de Mitholz : l’OFEV confirme l’estimation du DDPS

Berne, 15.04.2019 - L’OFEV, en sa qualité d’organe fédéral compétent pour l’OPAM, a évalué l’analyse de risque réalisée par le DDPS au sujet de l’ancien dépôt de munitions de Mitholz (BE) et parvient à la même conclusion : le risque pour la population n’est pas acceptable. Il demande à ce que celui-ci soit ramené au moins au domaine acceptable visé par les critères d’appréciation relatifs à l’OPAM.

L'Office fédéral de l'environnement (OFEV) a remis fin mars au Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) et au canton de Berne son évaluation de l'analyse de risque réalisée par le DDPS au sujet de l'ancien dépôt de munitions de Mitholz. S'inscrivant dans le cadre de la mise en œuvre de l'ordonnance sur les accidents majeurs (OPAM), cette évaluation se fonde sur une expertise indépendante de l'institut allemand Fraunhofer EMI. L'avis de ces experts a été sollicité, car l'ancien dépôt de munitions de Mitholz constitue un cas unique très complexe (cf. encadré 1).

Dans son évaluation, l'OFEV parvient à la même conclusion que le DDPS dans son analyse de septembre 2018, à savoir que le risque qui émane de l'installation se situe dans le domaine inacceptable et qu'il est nettement supérieur à celui auquel on s'attendait. En sa qualité d'organe compétent pour l'OPAM (cf. encadré 2), l'OFEV demande à l'autorité d'exécution, à savoir le Secrétariat général du DDPS, que le risque soit ramené au moins au domaine acceptable visé par les critères d'appréciation relatifs à l'OPAM. Le 15 avril 2019, dans le cadre d'une séance d'information, l'OFEV s'est adressé avec l'appui des experts de l'institut Fraunhofer aux résidents de Mitholz pour leur présenter les résultats de son évaluation.

Examen d'autres scénarios

Pour évaluer l'analyse de risque du DDPS, l'OFEV a fait appel aux experts de l'institut Fraunhofer. Ces derniers ont dans un premier temps examiné les scénarios envisagés par le DDPS, qu'ils ont jugés plausibles. La situation des munitions enfouies étant très complexe, les experts allemands ont également étudié d'autres scénarios afin de tenir compte de l'éventail des risques possibles et ont évalué leur influence sur le risque. Selon les experts, une limite supérieure de 20 tonnes d'explosifs (T. N. T.) constituerait un scénario plausible. Ils ont ainsi étudié un cas de figure plus extrême que le DDPS, qui s'était basé sur un scénario avec 10 tonnes de T. N. T., et ont indiqué que le déroulement de l'événement pourrait diverger de celui prévu par le DDPS. Leurs calculs montrent que les risques restent dans l'ensemble semblables à ceux décrits dans les scénarios du DDPS, mais que les zones de danger pourraient être réparties différemment. Ces conclusions doivent être intégrées dans la planification des mesures et les plans d'urgence.

 

Encadré 1
Lors de la Seconde Guerre mondiale, la Suisse a construit un dépôt de munitions militaire souterrain à Mitholz. Depuis l'explosion en 1947, il reste environ 3500 tonnes brutes de munitions, soit plusieurs centaines de tonnes de substances explosives, dans l'installation effondrée et sous les éboulis. Deux rapports, l'un de 1949 et l'autre de 1986, avaient conclu qu'une nouvelle explosion ne provoquerait que des dommages légers.

 

Encadré 2
L'OPAM, qui relève de la compétence de l'OFEV, a pour but de protéger la population et l'environnement des dommages graves causés par les accidents majeurs tels que les accidents chimiques. L'installation du DDPS à Mitholz est soumise à cette ordonnance. Les dépôts de munitions sont évalués selon les mêmes critères que les entreprises chimiques civiles. Les experts du Fraunhofer-Institut für Kurzzeitdynamik, Ernst-Mach-Institut, EMI, d'Efringen-Kirchen, en Allemagne, ont visité l'installation, se sont entretenus avec leurs homologues suisses et ont effectué une évaluation indépendante de l'analyse de risque réalisée par le DDPS. Pour sa prise de position, l'OFEV s'est appuyé sur cette expertise.


Adresse pour l'envoi de questions

Barbora Neveršil, Service médias de l'OFEV, tel. 079 443 48 26



Auteur

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

Secrétariat général du DDPS
https://www.vbs.admin.ch/

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-74684.html