Légère hausse du nombre de conscrits aptes au service militaire

Berne, 29.03.2019 - En 2018, 31'411 conscrits ont été évalués de manière définitive dans les centres de recrutement de l’Armée suisse. 21'818 ont été déclarés aptes au service militaire et 2'934 au service de la protection civile. Comme pour l’année précédente, le taux d’aptitude est de 78.8%.

En 2018, les six centres de recrutement ont rendu une décision définitive pour 31'411 (100%) conscrits. Parmi ceux-ci, 21'818 (69.5%) ont été déclarés aptes au service militaire, 2'934 (9.3%) aptes au service de protection civile et 6'659 (21.2%) inaptes pour raisons médicales. Pour 1'727 conscrits, la décision a été différée pour divers motifs.

La mise en œuvre du développement de l’armée (DEVA) a débuté en 2018. Parmi les nouveautés, il faut mentionner l’introduction d’un début flexible de l’ER, ce qui permet aux jeunes gens de se présenter au recrutement jusqu’à la fin de leur 24ème année et entre trois et douze mois avant le début de leur ER (accomplissement de l’ER possible jusqu’à l’âge de 25 ans). Ceci a eu pour conséquence, conjointement avec les raisons liées à l’évolution démographique, qu’en 2018, le nombre de conscrits était de seulement 31'411 (5'127 de moins qu’en 2017) et que parmi ceux-ci, seuls 21'818 ont été déclarés aptes au service (3'164 de moins qu’en 2017). Au cours des prochaines années, on s’attend à voir la situation se stabiliser au niveau de ces chiffres.

Par rapport à 2017, l’aptitude au service militaire a augmenté de 1.1%, tandis que l’aptitude au service dans la protection civile s’est réduite de 1.1%. La proportion de conscrits aptes au service militaire varie selon les cantons entre 83.8 et 58.8%.

En 2018, 3'067 conscrits déclarés aptes au service ont été recrutés comme militaires en service long. Ils accomplissent leur service militaire d’une seule traite. En 2018, 397 femmes se sont présentées volontairement au recrutement. 337 d’entre elles ont reçu une décision définitive : 272 étaient aptes au service militaire, 34 aptes au service de protection civile et 31 inaptes pour raisons médicales. 12 femmes ont vu leur recrutement différé et 48 ne se sont pas présentées au recrutement ou ont retiré leur demande.

En 2018, dans le cadre du contrôle de sécurité relatif aux personnes appliqué à tous les conscrits, 214 déclarations de risque ont été prononcées. En procédant à des contrôles de sécurité lors du recrutement, l’armée entend éviter que des personnes qui présentent un risque potentiel pour elles-mêmes ou pour leur entourage se voient remettre une arme militaire.

L’inaptitude pour raisons médicales peut avoir des causes physiques, psychiques ou mixtes. Pour les causes physiques, il s’agit en premier lieu de problèmes liés à l’appareil locomoteur. Dans le domaine psychique, les causes fréquentes de non-recrutement sont avant tout liées à la résistance psychique, à des angoisses ou à la consommation de drogues.


Adresse pour l'envoi de questions

Stefan Hofer
Porte-parole de l’armée
+41 58 463 37 41



Auteur

Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports
http://www.vbs.admin.ch

Groupement de la Défense
http://www.vtg.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-74502.html