Plus de 90 000 véhicules lourds contrôlés

Berne, 28.03.2019 - En 2018, 90 459 camions, tracteurs à sellette, voitures de livraison et autocars ont été contrôlés en Suisse. À l’issue des contrôles, quelque 20 000 véhicules étaient en infraction et 5190 véhicules ont été retirés de la circulation, le plus souvent en raison de dimensions et de poids illicites, de défauts techniques ou de violations des prescriptions sur la durée du travail et du repos. Les contrôles favorisent le transfert du trafic de marchandises de la route au rail et accroissent la sécurité routière.

Les contrôles, toujours réalisés par échantillonnage, sont effectués dans les centres de contrôle du trafic lourd, sur les routes (contrôles mobiles) et, à titre complémentaire, au sein des entreprises de transport. Au total, 90 459 véhicules ont été examinés l’an dernier : 28 683 (près de 32 %) ont fait l’objet de vérifications approfondies dans un centre de contrôle du trafic lourd ; 61 776 (68 %) ont été soumis à des contrôles routiers aléatoires par des patrouilles mobiles. La Confédération a en outre inspecté 2020 entreprises. Les centres de contrôle du trafic lourd ont accompli 161 382 heures de contrôle. Chargées de procéder aux contrôles mobiles sur mandat de l’Office fédéral des routes (OFROU), les polices cantonales ont quant à elles consacré 151 093 heures à cette tâche. La Confédération a investi 27 millions de francs en 2018 pour l’ensemble des contrôles.

Centres de contrôle du trafic lourd

Environ un tiers des véhicules examinés dans les centres de contrôle du trafic lourd de Schaffhouse, Unterrealta, Mesolcina, Ripshausen, Ostermundigen et St-Maurice présentaient des irrégularités, et plus d’un véhicule sur dix a dû être retiré de la circulation. La provenance des véhicules a joué un rôle mineur à cet égard. En effet, aucune différence significative n’a été observée entre les véhicules suisses et les véhicules étrangers. Les centres de contrôle du trafic lourd ont inspecté essentiellement des camions et des tracteurs à sellette (96 %) ainsi qu’une part moindre de voitures de livraison et d’autocars.

Contrôles mobiles

Les contrôles routiers aléatoires ont concerné des voitures de livraison pour 32 %, des camions et des voitures à sellette pour 65 % et des autocars pour 3 %. Environ 17 % des véhicules considérés (10 492) présentaient des irrégularités, et quelque 3 % (2052 véhicules) ont dû être retirés de la circulation. Il ressort d’une comparaison avec les centres de contrôle du trafic lourd que les véhicules fautifs ont été nettement moins nombreux lors des contrôles mobiles.

Contrôles au sein des entreprises

Les contrôles au sein des entreprises portent exclusivement sur le respect des prescriptions sur la durée du travail et du repos. Dans près de 22 % des entreprises évaluées (439 entreprises), des irrégularités ont été constatées.

Le non-respect des dimensions et des poids autorisés au premier rang des irrégularités

L’analyse de l’origine des irrégularités permet d’esquisser le tableau suivant : le non-respect des dimensions et des poids autorisés arrive en tête (9201 véhicules), suivi des défauts techniques (6391 véhicules) et des infractions aux prescriptions sur la durée du travail et du repos (4421 véhicules). Les manquements dus à la consommation d’alcool, de drogues ou de médicaments (127 cas) et les excès de vitesse (389 cas) ont par contre joué un rôle secondaire. Enfin, les délits en lien avec les gaz d’échappement, tels que les manipulations du dispositif AdBlue, ont été rares (66 véhicules). La collaboration entre l’OFROU, les corps de police et la branche des transports a manifestement eu l’effet dissuasif souhaité. Il convient de souligner que plusieurs irrégularités peuvent être recensées pour un même véhicule et un même chauffeur.

Égalité de traitement pour tous

L'intensification des contrôles du trafic lourd vise à créer des conditions équitables entre le rail et la route en matière de trafic de marchandises. Elle garantit une concurrence loyale entre tous les acteurs dans le domaine. Fondés sur le principe selon lequel « tout ce qui ne répond pas aux normes n'a pas sa place sur la route », les contrôles favorisent le transfert de la route au rail, la sécurité routière et le respect des normes sociales telles que celles sur la durée du travail et du repos. Ainsi, la Confédération et les cantons veillent à un meilleur respect des prescriptions juridiques applicables dans le domaine de la circulation routière.

Remarques concernant la statistique :

Il est possible d’effectuer des contrôles du trafic lourd sur les véhicules suivants : autocars, camions, tracteurs à sellette légers/lourds et véhicules articulés légers/lourds, voitures automobiles lourdes, voitures d’habitation lourdes, tracteurs industriels et voitures de livraison, avec ou sans remorque. Plusieurs irrégularités peuvent être recensées pour un même véhicule et un même chauffeur. 

La Suisse compte sept centres de contrôle du trafic lourd, qui se différencient par leur capacité (capacité max. : Ripshausen ; capacité moyenne : Misox, Ostermundigen, St-Maurice, Schaffhouse, Unterrealta ; capacité min. : Stans). Ils bordent les axes nord-sud et ouest-est importants ou d’autres tronçons autoroutiers très fréquentés par les poids lourds : https://www.astra.admin.ch/astra/fr/home/themes/trafic-lourd-et-transport-de-marchandises-dangereuses/schwerverkehrskontrollen/kontrollzentren-in-der-ganzen-schweiz.html

La statistique des contrôles du trafic lourd repose sur la banque de données de l’OFROU relative aux contrôles du trafic lourd (ETC – Easy Way for Traffic Control). Elle est publiée pour la première fois pour 2018.


Adresse pour l'envoi de questions

Service de presse de l’OFROU, tél. : 058 464 14 91 ; media@astra.admin.ch



Auteur

Office fédéral des routes OFROU
http://www.astra.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-74491.html