Conférence des Nations Unies sur la condition de la femme: engagement de la Suisse en faveur de l’égalité des genres

Berne, 07.03.2019 - La 63e session de la Commission de la condition de la femme (CSW) débute le lundi 11 mars 2019 à New York. Cette année, les discussions porteront avant tout sur la protection sociale des femmes et des filles ainsi que sur leur accès aux services publics et aux infrastructures durables. La délégation suisse est conduite par le conseiller fédéral Alain Berset.

L’égalité entre les femmes et les hommes est l’une des priorités de la politique intérieure et extérieure de la Suisse. La protection sociale des femmes et des filles est une préoccupation centrale. En Suisse, le réseau dense des assurances sociales offre à la population une protection étendue contre les risques financiers et sociaux liés à la maternité, à la vieillesse, au décès, aux soins médicaux, aux accidents, à l’invalidité ou au chômage. Qui plus est, notre assurance-vieillesse est universelle et tient compte dans une large mesure des activités domestiques et des soins aux proches, ce qui est particulièrement favorable aux femmes. C’est pourquoi la Suisse se concentrera sur la promotion de tels régimes lors de cette session de la CSW.

La promotion de l’égalité salariale constitue une autre priorité de la Suisse. Il en va de l’intérêt non seulement des femmes et de leur famille, mais aussi de l’ensemble de l’économie et de la société. L’égalité salariale rend l’entrée, la réinsertion et le maintien sur le marché du travail beaucoup plus attrayants pour toutes les femmes, ce qui renforce également la sécurité sociale de ces dernières. En outre, la Suisse s’engage dans le cadre de la CSW pour la reconnaissance et la valorisation des soins, des tâches d’encadrement et du travail domestique non rémunérés, qu’assument en grande majorité les femmes.

La protection sociale des femmes et des filles et leur accès à des services de base de qualité et abordables, tels que la santé et l’éducation, représentent aussi des éléments fondamentaux de la coopération suisse au développement et de l’action de la Suisse lors de conflits et dans des contextes fragiles. La Suisse soutient des programmes qui garantissent l’intégration des femmes et des groupes particulièrement vulnérables, notamment par le biais des systèmes d’assurance maladie. En Tanzanie, 6,5 millions de personnes vivant en zone rurale ont accédé gratuitement à des services de santé grâce à la mise en place d’une assurance maladie complète. La majorité des bénéficiaires sont des femmes et des enfants. Le modèle communautaire est actuellement transposé au niveau national. L’assurance agricole est un autre exemple de la façon dont on peut améliorer la protection sociale des femmes et des groupes les plus démunis. Au Bangladesh, un programme suisse permet d’offrir à 340’000 petits exploitants agricoles, en majorité des femmes, des services de conseil agricole permettant de réduire les risques liés au climat ainsi qu’une assurance contre les dommages causés aux récoltes et une assurance des animaux de rente. La Suisse tient ainsi compte du fait que le bon fonctionnement des services de base et l’amélioration de la protection sociale ont des effets positifs non seulement sur l’égalité des sexes, mais aussi sur le développement socioéconomique et la réduction de la pauvreté dans un pays.

En marge des débats officiels et des négociations sur le document final, la Suisse organise deux événements parallèles de haut niveau sur ses thèmes prioritaires. La question des inégalités salariales entre les femmes et les hommes dans le monde sera examinée dans le cadre d’un événement organisé conjointement avec l’Organisation internationale du Travail (OIT). Par ailleurs, un événement mis sur pied par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sera consacré à la problématique des soins, des tâches d’encadrement et du travail domestique non rémunérés des femmes. En outre, sont prévues de nombreuses réunions bilatérales entre la direction de la délégation et des représentants d’autres États ainsi que des personnalités de haut rang de l’ONU (en particulier ONU Femmes).

La délégation suisse sera conduite par le conseiller fédéral Alain Berset, chef du Département fédéral de l’intérieur (DFI). La Suisse sera aussi représentée par Markus Seiler, secrétaire général du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et chef de délégation adjoint, et par Sylvie Durrer, directrice du Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes (BFEG).

La Commission de la condition de la femme (CSW) est l’organe central de l’ONU dédié à la promotion de l’égalité des sexes. Outre les délégations officielles, plus de 5000 représentants d’ONG participent à cette session annuelle de la Commission de la condition de la femme de l’ONU. Pendant les deux semaines de la session, plus de 450 évènements  auront lieu en marge du programme officiel.


Adresse pour l'envoi de questions

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
E-Mail: info@eda.admin.ch
Twitter: @EDA_DFAE



Auteur

Département fédéral des affaires étrangères
https://www.eda.admin.ch/eda/fr/dfae.html

Département fédéral de l'intérieur
http://www.edi.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-74231.html