Le produit intérieur brut au 4e trimestre 2018 : retour à une croissance modérée

Berne, 28.02.2019 - Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse a progressé de 0,2 % au 4e trimestre 2018. L’industrie manufacturière a connu une évolution dynamique et les exportations de marchandises ont fortement augmenté. À l’inverse, la demande intérieure a stagné. Pour l’ensemble de l’année 2018, la croissance du PIB s’élève à 2,5 %.

Le PIB de la Suisse a progressé de 0,2 % * au 4e trimestre 2018. Tout comme ailleurs en Europe, le ralentissement de la conjoncture se confirme en Suisse par rapport au premier semestre. Néanmoins, après un 3e trimestre négatif (croissance révisée du PIB : −0,3 %), l’économie a tout de même renoué avec une croissance modérée.

L’industrie manufacturière a largement contribué à ce résultat (+1,5 %). Après avoir marqué un temps d’arrêt au 3e trimestre, le secteur a de nouveau connu une croissance dynamique, en particulier dans la rubrique chimie et pharmacie. D’autres branches de l’industrie ont également enregistré une hausse des chiffres d’affaires, comme celle des montres et des instruments de précision et l’industrie alimentaire. L’industrie manufacturière a profité de la forte demande internationale de produits suisses : les exportations de marchandises** ont fortement progressé (+5,6 %).

Les branches des services ont affiché une évolution inégale au 4e trimestre. Alors que la valeur ajoutée s’est de nouveau accrue dans les secteurs de la santé (+0,9 %) et des services proches des entreprises (+0,4 %), elle s’est inscrite à la baisse pour le troisième trimestre consécutif dans le commerce (−0,6 %) : la légère embellie observée dans le commerce de détail n’a pas pu contrebalancer l’affaiblissement dans le commerce de gros. L’évolution négative s’est également poursuivie dans le secteur financier (−0,8 %). Freinée par les exportations de services en recul (−2,6 %) et une demande intérieure finale toujours atone (−0,0 %), l’évolution du secteur des services est, dans l’ensemble, restée en deçà de sa moyenne historique.

Après un trimestre précédent très faible, les dépenses de consommation des ménages privés ont affiché une hausse modérée (+0,3 %), induite principalement par les dépenses de santé. Au contraire, les investissements dans la construction ont légèrement diminué (−0,4 %), en raison notamment du recul de l’activité dans le bâtiment. La baisse des investissements en biens d’équipement a été nettement plus forte (−1,1 %). Celle-ci est en grande partie due à la rubrique volatile de la recherche-développement, mais l’activité d’investissement a également été modeste dans les autres rubriques. La faible demande intérieure s’est traduite par un léger repli des importations de marchandises et de services***(−0,5 %).

Premiers résultats provisoires pour 2018
L’estimation provisoire de l’évolution du PIB en 2018 indique une croissance de 2,5 % du PIB réel. L’économie suisse a ainsi renoué avec une croissance comparable à celle de 2014 (2,4 %). La croissance a été nettement supérieure à la moyenne pendant le premier semestre 2018, tandis que la conjoncture a considérablement ralenti au cours du second semestre, en Suisse comme à l’échelle internationale.

Sur l’ensemble de l’année 2018, l’industrie manufacturière a été le principal moteur de la croissance. Le secteur a pu profiter d’une forte demande internationale de produits industriels suisses. La plupart des autres branches ont elles aussi connu une évolution positive, avec toutefois une exception de taille : pour la première fois depuis 2011, le commerce a enregistré une baisse de la valeur ajoutée.

Le commerce extérieur a livré les principales impulsions à la croissance du côté de la demande. À l’inverse, la demande intérieure a connu une évolution moins dynamique. La croissance de la consommation privée, en particulier, est restée inférieure à la moyenne, freinée par l’évolution modeste du pouvoir d’achat réel. De même, les investissements dans la construction et en biens d’équipement ont perdu de leur élan par rapport à 2017.

* Taux de croissance par rapport au trimestre précédent des données réelles, chaînées, désaisonnalisées et corrigées des effets calendaires (agrégats économiques selon le Système européen des comptes 2010 [SEC 2010]).
** Sans or non monétaire ni objets de valeur.
*** Sans or non monétaire ni objets de valeur.


Adresse pour l'envoi de questions

Secrétariat d'Etat à l'économie SECO
Holzikofenweg 36
CH-3003 Berne
tél. +41 58 462 56 56
fax +41 58 462 56 00



Auteur

Secrétariat d'Etat à l'économie
http://www.seco.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-74140.html