G20: le conseiller fédéral Ueli Maurer plaide pour une attention accrue sur l’évolution du numérique dans le secteur financier

Berne, 22.07.2018 - À Buenos Aires, lors de la troisième rencontre des ministres des finances des États membres du G20 cette année, le conseiller fédéral Ueli Maurer a mis en exergue la position de la Suisse en matière de cryptomonnaies. La Suisse s’est par ailleurs ralliée à la demande d’ouvrir les marchés pour les biens et services. Dans le domaine de l’imposition de l’économie numérique, elle invite à procéder à un examen approfondi de la situation et à élaborer des normes internationales sur cette base.

Pour la troisième fois cette année, le ministre suisse des finances, Ueli Maurer, participe à la rencontre des ministres des finances des États membres du G20. À cette occasion, il a mis l’accent sur la numérisation et a souligné l’importance, pour le secteur financier, de disposer de conditions-cadres permettant l’innovation. En même temps, il a rappelé que les standards doivent être élevés dans le domaine de l’intégrité des marchés.

En ce qui concerne la gestion des cryptomonnaies, le grand potentiel que représentent les technologies des registres distribués (distributed ledger technologies, DLT), dont fait partie la technologie «blockchain», pour les services financiers est désormais reconnu. Lors de son adresse aux autres ministres des finances, le conseiller fédéral Ueli Maurer a souligné le rôle d’une réglementation neutre à l’égard des technologies financières en général et des technologies des registres distribués en particulier.

L’intégrité des marchés financiers doit être assurée par l’application intégrale aux cryptomonnaies de la législation en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, comme cela est déjà le cas en Suisse. Le conseiller fédéral Ueli Maurer a relevé le rôle central qui revient au Groupe d’action financière (GAFI) dans l’élaboration rapide de normes applicables à l’échelle mondiale dans ce domaine.

L’économie numérique doit être imposée là où la plus-value est créée

La Suisse souhaite que le principe qui veut que l’impôt soit prélevé là où la création de valeur a lieu soit appliqué aux prestations numériques également. Seule une pratique internationale uniforme est à même de créer la prévisibilité pour les entreprises et d’éviter les doubles impositions. La Suisse partage l’avis qu’une discussion de fond à mener jusqu’à fin 2019 doit déboucher en 2020 sur un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques.

La Suisse, un partenaire toujours plus important pour le G20

Sur invitation de l’Argentine, la Suisse participe, pour la quatrième année consécutive et pour la troisième fois cette année, aux réunions du volet financier (finance track) du G20. À l’occasion d’une rencontre bilatérale, le conseiller fédéral Ueli Maurer a remercié le ministre argentin des finances, Nicolas Dujovne, d’avoir proposé, lors des réunions de cette année, un programme conçu avec beaucoup de soin et axé sur l’avenir.

Le conseiller fédéral Ueli Maurer a par ailleurs souligné à quel point la Suisse soutenait les réformes qu’entreprend l’actuel gouvernement argentin.

La prochaine rencontre des ministres des finances des États membres du G20 se tiendra en octobre en marge de l’assemblée annuelle des institutions de Bretton Woods à Bali.

 


Adresse pour l'envoi de questions

Communication DFF
Tél. +41 58 462 60 33
Courriel: info@gs-efd.admin.ch



Auteur

Département fédéral des finances
http://www.dff.admin.ch

Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales
http://www.sif.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-71668.html