Impact de l’alimentation sur notre santé: les biomarqueurs ouvrent la voie vers de nouvelles connaissances

Berne, 10.07.2018 - Vous rappelez-vous de ce que vous avez mangé il y a trois jours et dans quelle quantité? Cette question à laquelle les consommateurs-trices peuvent difficilement répondre est cependant essentielle pour les chercheurs-euses afin d’évaluer l’influence des aliments sur notre santé. Agroscope a récemment identifié, dans le sang et l’urine de participant-e-s à des études nutritionnelles, des molécules indicatives de la consommation de produits laitiers et à base de soja.

La métabolomique est une méthode d’analyse moderne qui permet de quantifier des milliers de métabolites, des molécules issues du métabolisme humain. La plupart des métabolites mesurés dans les échantillons humains, tels le sang et l’urine, proviennent de l’alimentation. La métabolomique est donc un outil très intéressant pour identifier des «biomarqueurs de la prise alimentaire», c’est-à-dire des métabolites permettant de déterminer les aliments consommés.

FoodBAll, un effort européen pour développer la métabolomique nutritionnelle

En 2014, le projet européen «Food Biomarkers Alliance» (FoodBAll) a été lancé dans le but de développer l’application de la métabolomique à la recherche nutritionnelle, en particulier pour identifier et valider des biomarqueurs de la consommation d’une douzaine d’aliments couvrant la pyramide alimentaire. Le consortium FoodBAll est composé de 22 groupes de recherche issus de neuf pays européens ainsi que du Canada et de la Nouvelle-Zélande. Agroscope et l’Université de Lausanne, deux membres du consortium, ont conduit une étude chez l’homme dans laquelle des biomarqueurs prometteurs de la consommation du lait, du fromage et d’une boisson à base de soja ont été découverts.

Nouvelles découvertes sur les effets du lait et du yogourt sur la santé

Une deuxième étude chez l’homme, intitulée «Function of Fermented Food» (F3), a porté sur l’influence de la fermentation du lait sur le profil métabolique humain. Cette étude a mis en évidence de nombreuses différences dans les quantités  de métabolites présents dans le sang après l’ingestion d’un lait acidifié et d’un yogourt probiotique. Certains de ces métabolites suggèrent que la fermentation du lait introduit de nouvelles propriétés nutritionnelles dans les produits laitiers. Cette étude a également montré que la réaction inflammatoire induite par l’ingestion d’un repas riche en graisse est diminuée par la consommation régulière de ces produits laitiers. Une étude américaine publiée récemment a confirmé ces résultats. Pour des informations supplémentaires, voir la section «Publications» ci-dessous.

Clôture des projets FoodBAll et F3, démarrage du projet Cardioferment

Les études FoodBAll et F3 ont permis d’identifier divers biomarqueurs de la consommation de produits laitiers, dont le galactose et le lactose. Elles ont également fourni des informations sur la relation entre la consommation des aliments fermentés et la santé humaine, ouvrant ainsi de nouvelles voies de recherche. Le projet Cardioferment, conduit en collaboration entre Agroscope et l’Université de Wageningen (NL), s’engagera dans cette voie dès l’automne 2018, en particulier au travers de l’analyse de participant-e-s observés en détail dans le cadre de leur vie quotidienne.

---------------

Programmes de recherche

FoodBAll fait partie du programme européen «Joint Programming Initiative - A Healthy Diet for a Healthy Life» (JPI-HDHL).

Les travaux de recherche suisses du projet FoodBAll sont financés par le programme national de recherche «PNR 69 Alimentation saine et production alimentaire durable».

Publications

Les travaux cités ci-dessus ont été publiés dans les articles suivants:

Pimentel et al. Metabolic Footprinting of Fermented Milk Consumption in Serum of Healthy Men. J Nutr 2018 148:851-860;

Münger et al. Identification of Urinary Food Intake Biomarkers for Milk, Cheese, and Soy-Based Drink by Untargeted GC-MS and NMR in Healthy Humans. 2018 J Prot Res 16:3321-3335;

Pimentel et al. Blood lactose after dairy product intake in healthy men. Br J Nutr 2017 118: 1070-1077;

Burton et al. Probiotic yogurt and acidified milk similarly reduce postprandial inflam-mation and both alter the gut microbiota of healthy, young men. Br J Nutr 2017 117:1312-1322.

Pei et al. Premeal low-fat yogurt consumption reduces postprandial inflammation and markers of endotoxin exposure in healthy premenopausal women in a randomized controlled trial. J Nutr. 2018 48:910-916.


Adresse pour l'envoi de questions

Guy Vergères
Responsable du groupe de recherche Biologie nutritionnelle et fonctionnelle
Schwarzenburgstrasse 161, 3003 Berne / Suisse
guy.vergeres@agroscope.admin.ch
+41 58 463 81 54

Claudia Schwyter
Responsable suppléante Corporate Communication Agroscope (CCA)
Schwarzenburgstrasse 161, 3003 Berne / Suisse
claudia.schwyter@agroscope.admin.ch
+41 58 468 70 30

www.agroscope.ch | une bonne alimentation, un environnement sain



Auteur

AGROSCOPE
http://www.agroscope.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-71531.html