Réévaluation de l’ancien dépôt de munitions Mitholz : le Conseil fédéral demande la création d’un groupe de travail

Berne, 28.06.2018 - Le rapport intermédiaire élaboré par un groupe d’experts conclut que le risque d’explosion dans l’ancien dépôt de munitions de Mitholz est plus élevé qu’estimé jusqu’alors. Lors de sa séance du 27 juin 2018, le Conseil fédéral a donc mandaté le DDPS pour mettre sur pied un groupe de travail chargé d’évaluer plus précisément les risques et de proposer des mesures pour les abaisser. Selon le rapport intermédiaire, il n’est pas nécessaire de prendre des mesures immédiates pour protéger la population locale. Néanmoins, le Conseil fédéral a décidé d’organiser une séance d’information pour les habitants et pour les autorités concernées.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, un dépôt de munitions militaire souterrain a été construit à Mitholz, sur la commune bernoise de Kandergrund. En 1947, des magasins de munitions y ont explosé, faisant neuf victimes. Quelque 7000 tonnes brutes de munitions étaient entreposées à Mitholz : une partie a explosé, une autre partie a été évacuée, mais selon une évaluation de l’époque, 3500 tonnes brutes, soit plusieurs centaines de tonnes de substances explosives, sont restées sur place. Deux rapports, l’un de 1949 et l’autre de 1986, avaient conclu qu’une nouvelle explosion ne causerait que des dégâts mineurs et que le site se prêtait à une exploitation militaire. Un cantonnement et une réserve de la Pharmacie de l’armée s’y sont donc maintenus jusqu’à nos jours.

Réévaluation des risques

La planification d’un centre de calcul à Mitholz a conduit le DDPS à mandater une nouvelle évaluation des risques. Avec l’appui de plusieurs spécialistes du DDPS, une équipe composée d’experts de deux entreprises (Risk&Safety AG et Bienz, Kummer & Partner AG) a remis au Conseil fédéral un rapport intermédiaire qui conclut à un risque plus important que prévu. Des causes extérieures – chute de pierres, effondrement d’un pan de l’installation ou autoallumage entraîné par des restes de munitions enfouis – pourraient provoquer une explosion dans les parties enfouies du dépôt, et causer par conséquent des dégâts à l’installation elle-même ou aux environs. En s’appuyant sur deux scénarios, les experts sont arrivés à la conclusion que le seuil limite fixé par les réglementations sur la manipulation des munitions et des explosifs n’était pas respecté.

Application des recommandations et création d’un groupe de travail

Les experts ne voient aucune nécessité de prendre des mesures immédiates pour protéger la population locale, mais ils recommandent de mettre en place des mesures de prévention aux abords du site. Le Conseil fédéral a mandaté le DDPS pour constituer un groupe de travail réunissant des représentants de tous les départements concernés, ainsi que d’autres instances et services intéressés. Ces spécialistes seront chargés de réaliser d’autres évaluations (notamment une expertise géologique), de proposer des mesures concrètes pour prévenir les risques dans les environs et de clarifier les répercussions juridiques. Le groupe de travail sera constitué dès que possible.

À la demande du chef du DDPS, certaines recommandations des experts qui ne concernent que le DDPS sont déjà réalisées ou en examen. Il s’agit notamment de fermer le cantonnement et la réserve de la Pharmacie de l’armée, qui se trouvent tous deux à proximité immédiate des restes de munitions, et de renoncer à tout nouveau projet sur le site de Mitholz.

Information de la population

Les experts remettront leur rapport complet au cours du deuxième semestre. Le DDPS a été chargé d’informer le Conseil fédéral, tant sur le rapport final que sur la suite de la procédure d’évaluation des risques. Conformément à l’ordonnance sur les accidents majeurs, il est prévu que le DDPS soumette le rapport à l’Office fédéral de l’environnement en tant qu’organe spécialisé de la Confédération, et qu’il consulte également d’autres spécialistes.

Bien que les experts de la Confédération n’aient pas encore procédé à leur évaluation, et que, selon le rapport intermédiaire, il ne soit pas nécessaire de prendre des mesures immédiates, le Conseil fédéral tient à informer la population dès à présent. Le chef du DDPS, le Conseiller fédéral Guy Parmelin, ainsi que les auteurs du rapport intermédiaire ont organisé ce jour une séance à Mitholz pour informer la population ainsi que les autorités concernées. De plus, le rapport intermédiaire ainsi que divers documents historiques ont été rendus publics dans un esprit de transparence.


Adresse pour l'envoi de questions

Renato Kalbermatten
chef de l’information DDPS
+41 58 464 88 75



Auteur

Conseil fédéral
https://www.admin.ch/gov/fr/accueil.html

Secrétariat général du DDPS
http://www.vbs.admin.ch

Groupement de la Défense
http://www.vtg.admin.ch

Armasuisse
http://www.ar.admin.ch/

Office fédéral de la protection de la population
http://www.bevoelkerungsschutz.admin.ch/

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-71386.html