Enfants et écrans : l’éducation commence à la maison

Berne, 01.03.2018 - Les enfants en Suisse utilisent intensément smartphones et tablettes, mais ils préfèrent quand même jouer dehors, faire du sport ou rencontrer des amis. Tels sont les résultats de l’enquête MIKE sur l’utilisation des médias chez les enfants de 6 à 13 ans. Réalisée par la Haute école zurichoise de sciences appliquées (ZHAW) et co-financée par la Fondation Jacobs et la Plateforme nationale Jeunes et médias de l’OFAS, la nouvelle étude a été présentée jeudi à Berne dans le cadre du Réseau Compétences médiatiques Suisse. L’étude recommande aux parents de veiller au temps passé devant les écrans et à l’adéquation des contenus à l’âge lors de l’utilisation de médias.

Malgré l’attrait des smartphones, les activités sans écrans restent les préférées

Deux tiers des enfants de 10-11 ans et quatre cinquièmes des 12-13 ans possèdent un téléphone portable, en principe un smartphone. Cette tendance est plus marquée chez les enfants uniques, ainsi que chez ceux dont les parents ne sont pas suisses. Sur leur téléphone, les enfants jouent, regardent des vidéos, écoutent de la musique ou échangent des messages. La fascination pour cet outil entraîne cependant son lot de risques : l’étude montre qu’un enfant sur trois possédant son propre téléphone portable l’utilise au moins une fois par semaine durant les heures dédiées au sommeil. Autre constat : un enfant sur vingt – et même un enfant sur cinq d’origine étrangère – a une télévision dans sa chambre. Il est donc important de fixer des règles afin de limiter les conséquences négatives sur le bien-être. La plateforme Jeunes et médias recommande ainsi de renoncer à tout écran dans la chambre des enfants.

Malgré une utilisation toujours plus importante des médias numériques, les enfants entre 6 et 13 ans préfèrent les jeux, le sport et les rencontres entre amis en-dehors de la sphère numérique. « Malgré la numérisation, les médias dits classiques restent les plus utilisés : plus de 75 % des enfants regardent la télévision, écoutent de la musique ou lisent des livres au moins une fois par semaine », explique Gregor Waller, co-responsable et co-auteur de l’étude MIKE.

Applications, jeux vidéo, films et Internet : utilisation parfois risquée

Youtube est l’application favorite des 6-13 ans, devant Whatsapp, Instagram et Snapchat. Malgré l’absence de base légale définissant l’âge minimal d’utilisation en Suisse, la plupart des applications requièrent l’accord parental. L’utilisation de Whatsapp a particulièrement progressé depuis la première enquête MIKE de 2015. Actuellement, 55 % des enfants entre 10 et 13 ans l’utilisent au moins une fois par semaine. De manière générale, les filles préfèrent les applications liées à la communication, les garçons celles liées aux jeux. Super Mario, Minecraft, FIFA et Clash Royale figurent parmi les jeux préférés des enfants : deux tiers s’y adonnent au moins une fois par semaine.

Les films préférés des enfants ont été l’année passée Harry Potter, Star Wars ou The Fast and the Furious. A noter toutefois que l’âge légal ne semble pas vraiment être respecté, puisque certains de ces films sont réservés aux plus de 12 ans, voire aux plus de 14 ans.  Autre préoccupation liée aux nouveaux médias : plus d’un enfant sur dix entre 10 et 13 ans s’est senti harcelé au moins une fois en ligne.

Le rôle des parents est essentiel

À la fois critiques et optimistes, les parents voient les médias numériques en premier lieu comme une importante source d’informations, diversifiée et facile d’accès, qui profite à leurs enfants. Ils ont en même temps conscience que ces médias comportent certains risques, surtout en lien avec les jeux et les réseaux sociaux. Quant à l’utilisation d’Internet, les parents la jugent plus positivement à mesure que leurs enfants grandissent.

Face à ces défis, les parents ne restent pas inactifs. La plupart d’entre eux fixent des règles portant sur la durée et ils sont plus de 90 % à connaître les recommandations d’âge pour les films au cinéma et à la télévision. Mais il serait judicieux d’attacher davantage d’importance aux contenus et de discuter avec les enfants des motifs d’utilisation. Enfin, rappelons que les comportements numériques des parents influencent ceux de leurs enfants et qu’ils jouent par là un important rôle de modèle.

L’étude MIKE (Medien, Interaktion, Kinder, Eltern) livre une analyse représentative de la manière dont les élèves d’école primaire en Suisse utilisent les médias. Les auteurs de l’étude 2017 ont interrogé plus de 1000 enfants de 6 à 13 ans et plus de 600 parents provenant des trois grandes régions linguistiques du pays. Réalisée par l’équipe de recherche en psychologie des médias de la ZHAW, l’étude MIKE est soutenue par la Fondation Jacobs et par « Jeunes et médias – plateforme nationale de promotion des compétences médiatiques ». Il s’agit de la deuxième édition de l’étude ; la première était parue en 2015.


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral des assurances sociales (OFAS)
Liliane Galley
Cheffe de projet
Plateforme nationale Jeunes et médias
Secteur Questions de l’enfance et de la jeunesse
Tél. +41 58 462 77 11
Courriel : kommunikation@bsv.admin.ch

Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften (ZHAW)
Contact des auteurs via Tanja von Rotz
Leiterin Marketing & Kommunikation
Departement Angewandte Psychologie
Tél. +41 58 934 84 08
Courriel : tanja.vonrotz@zhaw.ch

Jacobs Fondation
Alexandra Güntzer
Head of Communication
Tél. +41 44 388 61 06
Courriel : alexandra.guentzer@jacobsfoundation.org



Auteur

Office fédéral des assurances sociales
http://www.ofas.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-69957.html