6% des patients contractent une infection dans les hôpitaux suisses

Berne, 23.01.2018 - De nombreuses personnes contractent une infection lors d’un séjour dans un hôpital suisse. Une enquête réalisée par le groupe d’experts Swissnoso dans 96 établissements montre que 5,9% des patients souffrent d’une infection nosocomiale. Cette enquête, soutenue par l’Office fédéral de la santé publique, constitue une étape importante de la stratégie nationale de surveillance, de prévention et de lutte contre les infections associées aux soins (stratégie NOSO). Celle-ci vise à améliorer la situation dans les hôpitaux, notamment grâce à une meilleure application des standards d’hygiène.

Avec 5,9% de patients souffrant d’une infection nosocomiale (infection associée aux soins), la Suisse se situe dans la moyenne européenne, qui s’élève à 6,0% d’après la dernière collecte de données réalisée entre 2011 et 2012. Dans ce type d’étude de prévalence ponctuelle, les informations sont collectées sur un seul jour pour chaque service/unité.

En Suisse, le taux d’infections est plus élevé dans les grands hôpitaux que dans les établissements de petite et moyenne taille. Cela s’explique par le fait que les patients hospitalisés dans de grandes structures sont en règle générale plus malades. En outre, les grands hôpitaux pratiquent davantage d’interventions à risque.

Comme déjà décrit dans d’autres études, les infections des plaies à la suite d’une opération chirurgicale sont les plus fréquentes (29% de l’ensemble des infections), suivies par les infections des voies respiratoires inférieures (18%), les infections urinaires (15%) et les infections du sang (13%). Elles touchent essentiellement les patients âgés et les patients en soins intensifs.

Enquêtes régulières importantes

96 hôpitaux suisses ont participé à cette enquête nationale. Ils ont recueilli des données relatives aux infections associées aux soins chez environ 13 000 patients, sur un jour donné entre avril et juin 2017.

Il est prévu de renouveler ce type d’enquête dans les années à venir, afin de mesurer l’avancée de la lutte contre les infections évitables en milieu hospitalier suisse. 

L’enquête faite en Suisse par Swissnoso correspond pour la première fois aux normes internationales et a été menée parallèlement à une collecte de données effectuée dans toute l’Union européenne par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Les résultats qui viennent d’être obtenus en Suisse pourront ainsi être comparés avec les statistiques européennes, disponibles fin 2018.

Des données essentielles pour endiguer les infections nosocomiales

Les résultats de l’enquête de prévalence ponctuelle 2017 offrent un aperçu actuel des infections nosocomiales et de l’utilisation des agents antimicrobiens au niveau national. Chaque établissement pourra analyser ses propres résultats et, si nécessaire, adopter des mesures en conséquence. Avec 96 établissements, ce sont plus de la moitié des hôpitaux suisses de soins aigus qui ont participé, une proportion appelée à encore augmenter dans les prochaines enquêtes.

Avec la stratégie nationale de surveillance, de prévention et de lutte contre les infections associées aux soins (Stratégie NOSO), l’Office fédéral de la santé publique, en collaboration avec les cantons, les hôpitaux, les établissements médico-sociaux et d’autres acteurs dans toute la Suisse, entend renforcer l’application des normes d’hygiène, la surveillance et la prévention, tout en donnant un nouvel élan à la formation et à la recherche.


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral de la santé publique, section Communication, 058 462 95 05 ou media@bag.admin.ch

Swissnoso, PD Dr Zingg Walter, Coordinateur de l’enquête de prévalence ponctuelle suisse, 022 372 33 64, walter.zingg@hcuge.ch



Auteur

Office fédéral de la santé publique
http://www.bag.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-69568.html