Nouveau : informations sur la qualité de l’air sur l’App de MétéoSuisse

Berne, 06.12.2017 - L’Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse a choisi le début de la saison du smog hivernal pour compléter les prestations de MeteoSwiss App avec des données sur la qualité de l’air en temps réel. Dès aujourd’hui, il est possible de consulter les concentrations actuelles de poussières fines, d’ozone et de dioxyde d’azote dans toute la Suisse. Ce service est proposé dans le cadre d’une collaboration avec l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) et la société suisse des responsables de l’hygiène de l’air (Cercl’Air).

Dès à présent, l’App de MétéoSuisse présente un indice de la pollution de l’air. Cette nouvelle prestation vient s’ajouter aux autres services en lien avec la santé que sont la concentration pollinique et l’indice UV. En ouvrant la case Santé sur la page d’accueil de l’App, la qualité de l’air pour toute la Suisse s’affiche sur une carte. Pour obtenir des informations plus détaillées sur la pollution de l’air, les sources de polluants atmosphériques et leurs effets sur la santé, il suffit de cliquer sur le canton correspondant, ce qui ouvre l’App airCHeck.

Collaboration entre services fédéraux et cantonaux

Les données sont collectées par le biais des réseaux de mesures de la Confédération et des cantons ; elles montrent un indice de la pollution de l’air, qui illustre la pollution totale ainsi que la pollution due aux poussières fines, à l’ozone et au dioxyde d’azote. Ces informations sont actualisées toutes les heures.
Depuis l’entrée en vigueur de la législation sur la protection de l’air dans les années 1980, la Confédération, les cantons et les communes ont pris une série de mesures dans les domaines du trafic, de l’industrie, des ménages et de l’agriculture pour réduire les émissions de polluants atmosphériques. La qualité de l’air s’est certes améliorée, mais elle n’a pas encore atteint un niveau suffisant pour garantir la santé de chacun.
Avec les informations de l’App de MétéoSuisse, une plus grande partie de la population sera informée sur l’état de la pollution atmosphérique durant les situations hivernales d’inversion, ainsi que durant les périodes de forte concentration d’ozone en été. En plus des mesures au niveau cantonal, national et international, chacun peut en effet contribuer à réduire la pollution de l’air en adaptant ses habitudes de mobilité et de consommation.

Comment se forme le smog hivernal ?
L’air froid étant plus lourd que l’air chaud, il se concentre à basse altitude lors des situations de haute pression hivernales. Au-dessus de cette zone d’air froid règne une zone de haute pression à température plus douce. Alors qu’en temps normal plus on monte en altitude, plus la température baisse, en situation d’inversion il fait rapidement plus chaud dans la zone de transition entre la couche d’air froid et la couche d’air plus doux. On parle dans ce cas d’inversion des températures. Ce phénomène agit comme une barrière qui empêche le brassage de l’air du bas vers le haut. L’air froid reste piégé sous la zone d’inversion, souvent sous forme de brouillard, et les polluants comme la suie et les poussières fines, s’y accumulent pour se transformer en smog hivernal. Plus l’inversion est à faible altitude, plus le smog hivernal est concentré, car les polluants ont moins d’espace pour se disperser.

L’App de MétéoSuisse est disponible en allemand, français, italien et anglais, et est supportée par les systèmes d’exploitation iOS, Android et Windows.


Adresse pour l'envoi de questions

Section Médias OFEV
Téléphone: +41 58 462 90 00
Courriel: mediendienst@bafu.admin.ch



Auteur

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-69054.html