Les partenaires de la formation professionnelle garants de son avenir

Berne, 13.11.2017 - Des représentants de la Confédération, des cantons et des partenaires sociaux ont participé le 13 novembre 2017 à Berne au quatrième Sommet national de la formation professionnelle convoqué par le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann. La discussion concernant la vision «Formation professionnelle 2030» s’est concentrée sur les nouvelles exigences posées aux personnes actives et aux entreprises dans le marché du travail de demain. Dans ce contexte, ils ont également lancé le programme d’encouragement des compétences de base sur le lieu de travail.

La formation professionnelle est concernée au premier chef par les évolutions en cours dans le marché du travail. La numérisation notamment implique l’accélération des changements dans les profils de profession. L’heure est à la plus grande flexibilisation des modèles de formation, avec pour corollaire une plus grande latitude pour les entreprises et les écoles professionnelles. Autre défi à relever, la multiplication du nombre de groupes cibles à intégrer dans la formation professionnelle: réfugiés, personnes avec handicap, adultes n’ayant pas les compétences de base nécessaires sur la place de travail, personnes effectuant une formation continue ou apprenant un deuxième métier à l’âge adulte.

Dans le but de façonner activement l’avenir, le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI), en collaboration avec les partenaires de la formation professionnelle, a élaboré ces derniers mois la vision «Formation professionnelle 2030». Lors du Sommet national de la formation professionnelle de cette année, la mise en œuvre de cette vision a fait l’objet de discussions sous la direction du conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann entre les représentants de la Confédération, des cantons, de l’USS, de Travail.Suisse ainsi que de l’Union suisse des arts et métiers et de l’Union patronale suisse. Tous les participants à cette journée ont souligné la nécessité de créer des offres de formation encore plus flexibles et ont rappelé leur volonté de s’engager en faveur de la formation professionnelle. Une collaboration efficace passera cependant par la clarification et l’acceptation réciproque des compétences des différents partenaires. Cela concerne notamment les compétences en matière de financement jugées parfois encore trop complexes et sources d’incitations indésirables.

Dans le domaine de la numérisation, la majorité des partenaires de la formation professionnelle se sont prononcés en faveur d’un soutien lors de l’application du programme d’encouragement des compétences de base sur le lieu de travail. Le SEFRI en avait élaboré les grandes lignes, approuvées par le Conseil fédéral le 8 novembre 2017. Les mesures définies à cette occasion devraient permettre aux travailleurs peu qualifiés et surtout aux travailleurs âgés de se maintenir dans la vie active. Il est prévu de soutenir les cours proposés dans le cadre de l’offre de formations continues des fonds de branche, des organisations du monde du travail ou des entreprises. Dans ce contexte, il importera que les travailleurs acquièrent notamment des compétences de base dans les domaines des technologies de l’information et de la communication (TIC), des langues ou des mathématiques élémentaires. En vue du lancement de ce programme d’encouragement en janvier 2018, un dépliant contenant des informations sur la procédure de dépôt de demandes a été présenté lors du Sommet national de la formation professionnelle.


Adresse pour l'envoi de questions

Evelyn Kobelt, porte-parole du DEFR
T +41 58 462 20 59
evelyn.kobelt@gs-wbf.admin.ch



Auteur

Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche
http://www.wbf.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-68764.html