Satisfaction élevée à l'égard des services de cyberadministration proposés en Suisse

Berne, 27.10.2017 - L'étude comparative sur la cyberadministration («E-Government Monitor 2017») publiée le 27 octobre 2017 montre que la population suisse est très satisfaite des services en ligne proposés par les autorités. Les auteurs de l'étude ont cherché à savoir comment ces services sont utilisés en Allemagne, en Autriche et en Suisse et s'ils donnent satisfaction.

L'étude comparative sur la cyberadministration examine depuis 2010 l'offre en ligne des autorités allemandes, autrichiennes et suisses et son acceptation par la population. Elle est publiée par l'institut allemand ipima (Institute for Public Information Management) et par l'initiative D21, une association d'utilité publique pour la société de l'information en Allemagne. La cyberadministration suisse soutient cette étude en tant que partenaire.

Élimination des obstacles entravant l'utilisation des services de cyberadministration

Le taux d'utilisation des services de cyberadministration a augmenté en Suisse, passant de 58 % en 2012 à 61 % en 2017. Les économies de temps et d'argent réalisées par rapport à l'utilisation des guichets physiques des autorités sont les principales raisons expliquant le recours accru aux services en ligne. Les obstacles mentionnés dans les études précédentes, en particulier la méconnaissance et l'hétérogénéité des services, ont diminué depuis 2016. L'étude montre en outre que ces obstacles sont moins nombreux en Suisse qu'en Allemagne et en Autriche. Bien qu'elle recule légèrement par rapport à l'année précédente, la satisfaction à l'égard des services en ligne est également plus élevée dans notre pays que dans les deux États voisins. Ce résultat est notamment dû à la numérisation de la société et aux attentes croissantes qui y sont liées.

Enregistrement unique, utilisations multiples

Selon l'étude comparative sur la cyberadministration, plus de 40 % des citoyens suisses considèrent que le principe «once only» est caractéristique d'un État moderne. Selon ce principe, les données sont enregistrées une seule fois et peuvent être réutilisées par d'autres autorités. Près de la moitié des personnes interrogées en Suisse estiment en outre que les autorités devraient mettre à jour automatiquement les données personnelles ou contractuelles des citoyens.


Adresse pour l'envoi de questions

Barbara Lüthi, responsable suppléante de la communication de la cyberadministration suisse
Unité de pilotage informatique de la Confédération UPIC
+41 58 469 61 66
barbara.luethi@egovernment.ch



Auteur

Unité de pilotage informatique de la Confédération
http://www.upic.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-68578.html