Le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann se rend en Israël et dans le Territoire palestinien occupé pour discuter de l’innovation

Berne, 26.10.2017 - Du 27 au 30 octobre 2017, le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann se rendra en Israël et dans le Territoire palestinien occupé accompagné de représentants des sciences et de l’économie. Le thème de l’innovation, qui est dans l’intérêt commun de la délégation scientifique et économique, sera au cœur de la mission, avec comme axe prioritaire la numérisation.

Dans le cadre de cette mission, le chef du Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR), Johann N. Schneider-Ammann, sera notamment accompagné de la plupart des membres du conseil d’administration d’Innosuisse, qui assumera à partir du 1er janvier 2018 la fonction de l’actuelle Commission pour la technologie et l’innovation (CTI) en tant qu’agence de la Confédération pour l’encouragement de l’innovation basée sur la science. S’agissant du thème central, la délégation entend principalement se familiariser avec les stratégies, les instruments d’encouragement et l’expérience dans le domaine de l’innovation et des start-up. L’objectif du déplacement en Israël et dans le Territoire palestinien occupé est en outre d’approfondir les relations scientifiques et économiques.

Dans le Territoire palestinien occupé, des rencontres avec la ministre palestinienne de l’Économie nationale Abeer Odeh sont prévues le 28 octobre. Le 29 octobre, le Président de l’État israélien, Reuven Rivlin, et son ministre de l’Économie et de l’Industrie, Eli Cohen, recevront le chef du DEFR en Israël pour des discussions bilatérales. Les discussions officielles porteront principalement sur l’innovation, la recherche et les demandes concrètes de la délégation scientifique et économique. Le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann s’entretiendra aussi avec ses interlocuteurs des perspectives et des défis inhérents à la région.

Hébergeant près de 1500 start-up supplémentaires chaque année sur son territoire, Israël fait figure de Silicon Valley du Proche-Orient et de modèle de réussite dans le domaine de la technologie, notamment dans la cybersécurité, la FinTech ou encore la mobilité. Connu comme « start-up nation », Israël présente un cas d’étude intéressant pour la Suisse, car les deux pays partagent de nombreux points communs : pays de petite taille, qui investissent massivement dans la recherche et le développement, ils se positionnent régulièrement en tête des classements de compétitivité et d’innovation.

Israël est un partenaire important pour la Suisse dans le cadre de la coopération scientifique, qui concerne surtout les chercheurs financés par des fonds alloués sur concours dans les programmes-cadre européens de recherche. Entre 2011 et 2016, plus de 50 collaborations directes entre des chercheurs basés en Suisse et en Israël ont été financées pour un montant de plus de 2 millions de francs côté suisse. Sur la même période, le Fonds national suisse a financé 125 projets, qui impliquaient des chercheurs israéliens.

Les relations scientifiques entre la Suisse et le Territoire palestinien occupé sont demeurées jusqu’ici plutôt modestes. Des projets de recherche intéressants existent cependant, notamment entre quelques institutions suisses et l’Université de Birzeit, située près de Ramallah, et dont la visite figure au programme de la mission. Chaque année, près d’une dizaine d’étudiants palestiniens reçoivent une bourse d’excellence pour étudier en Suisse. Bénéficiant de jeunes diplômés avec un haut niveau d’éducation, de sa proximité géographique avec Israël et de ses débouchés dans l’ensemble du Moyen-Orient, le secteur des start-up palestiniennes est en pleine croissance et offre un nouveau potentiel de coopération.

Israël est le troisième partenaire commercial de la Suisse dans la région Moyen-Orient et Afrique. En 2016, le volume des échanges entre les deux pays s’élevait à presque 1,8 milliard de francs, les exportations représentant 1,1 milliard et dépassant ainsi les importations d’environ 683 millions de francs suisses.

Le commerce bilatéral entre la Suisse et le Territoire palestinien occupé s’élevait en 2016 à 22,3 millions de francs, dont la majeure partie provenait des exportations (22 millions de francs suisses).


Adresse pour l'envoi de questions

Erik Reumann, porte-parole du DEFR, 079 303 81 53, erik.reumann@gs-wbf.admin.ch


Auteur

Secrétariat général DEFR
http://www.wbf.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-68554.html