Le comité exécutif du corridor de fret ferroviaire Rhin-Alpes souhaite renforcer la coopération internationale

Berne, 13.10.2017 - Les représentants des ministères des transports des Pays-Bas, de la Belgique, de l’Allemagne, de la Suisse et de l’Italie ont décidé, lors d’une réunion du comité exécutif du corridor de fret ferroviaire Rhin-Alpes, de faire le point sur la fermeture intervenue sur la ligne ferroviaire de la Rheintalbahn à Rastatt. Selon le comité exécutif, il est essentiel que les organes compétents sur ces questions exploitent mieux les possibilités dont ils disposent afin que les incidents de ce type soient résolus sur la base de décisions prises au niveau international.

Réuni pour une séance extraordinaire à Gallarate (Italie), le comité exécutif du corridor de fret ferroviaire Rhin-Alpes a étudié les conséquences de l’interruption de la ligne de la Rheintalbahn, qui a duré sept semaines, sur le transport international de marchandises. Il a décidé que l’incident serait analysé minutieusement et que le système global serait renforcé eu égard au transport ferroviaire de marchandises, l’objectif étant d’améliorer la gestion de tels événements s’ils venaient à se répéter. L’un des enjeux cruciaux réside dans la définition d’itinéraires de dégagement ayant des capacités suffisantes.

La réunion a principalement porté sur les insuffisances de l’organisation qui a été déployée pour rétablir la ligne à Rastatt et gérer la crise pendant l’interruption. D’après le comité exécutif, un problème de cette envergure et dont les conséquences sont d’ampleur internationale ne peut être résolu que grâce à une coopération transnationale. À cet égard, la structure organisationnelle nécessaire à la résolution de tels problèmes existe déjà, incarnée par les organes des corridors de fret européens (comités exécutifs et conseils d’administration). Une meilleure exploitation des compétences de ces organes permettrait de garantir qu’à l’avenir, grâce à l’adoption rapide de mesures immédiates et à la définition de responsabilités claires, les effets d’un incident similaire restent aussi minimes que possible du point de vue opérationnel.

Selon la Suisse, il conviendrait de donner la priorité au transport de marchandises international si un nouvel événement de ce type venait à se produire. Il est en effet nécessaire, dans de telles circonstances, d’assurer la mise à disposition rapide d’itinéraires de déviation dont la qualité et les capacités permettent de couvrir les besoins de manière satisfaisante (par ex. eu égard à la longueur des trains de marchandises). Il y a également lieu d’examiner la possibilité de classer, à titre provisoire, les besoins du transport de marchandises et ceux du transport de voyageurs par ordre de priorité sur les tronçons d’évitement. De telles mesures permettraient d’améliorer la capacité de fonctionnement du réseau ferroviaire européen et du transport de marchandises.

Le comité exécutif est composé des représentants des ministères des transports des États abritant le corridor. À Gallarate, la Suisse a été représentée par Pierre-André Meyrat, directeur suppléant de l’Office fédéral des transports (OFT). Le comité se penchera à nouveau sur les conséquences de l’interruption de la ligne ferroviaire à Rastatt lors d’une nouvelle réunion qui aura lieu les 11 et 12 décembre 2017.


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral des transports
Service de presse
+41 (0)58 462 36 43
presse@bav.admin.ch


Auteur

Office fédéral des transports
https://www.bav.admin.ch/bav/fr/home.html

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-68411.html