La Confédération et les cantons discutent des mesures visant à maîtriser les coûts de la santé

Berne, 25.08.2017 - Assurer une couverture de soins financièrement supportable, tel est l’un des principaux objectifs de la Confédération et des cantons. Lors de sa séance du 24 août 2017, le Dialogue Politique nationale de la santé, plate-forme commune de la Confédération et des cantons, a examiné différentes mesures permettant de freiner la hausse des coûts dans le domaine de la santé.

Cette année, la maîtrise des coûts dans le domaine de la santé constitue l'objectif prioritaire du Dialogue Politique nationale de la santé (dialogue PNS). À cet effet, la Confédération et les cantons ont prévu et déployé des mesures dans différents domaines.

Au mois de juillet 2017, le Conseil fédéral a présenté une proposition pour régler l'admission des médecins autorisés à pratiquer à la charge de l'assurance de base. Ce dispositif permet aux cantons d'intervenir plus efficacement pour limiter la hausse des coûts des prestations, accroît les conditions minimales de formation et de qualification pour exercer et rehausse les exigences de qualité comme condition d'admission au remboursement obligatoire. Les cantons soutiennent la nouvelle réglementation.

La Confédération et les cantons s'entendent sur le fait qu'il faut augmenter l'efficience des soins. Les cantons ont décidé à l'unanimité, au mois de mai 2017, de privilégier le principe « l'ambulatoire avant l'hospitalier » pour éliminer des incitations inopportunes et réaliser des économies substantielles. Le Conseil fédéral est favorable à ce changement, l'objectif étant de trouver une réglementation valable à l'échelle nationale. Les cantons rejettent un financement uniforme des prestations hospitalières et ambulatoires actuellement en traitement au Parlement parce qu'ils estiment que cela ne servira qu'à transférer de l'argent et non pas à en économiser.

Lors de sa séance du 16 août 2017, le Conseil fédéral a également décidé d'adapter le tarif médical TARMED vu que les partenaires tarifaires ne parviennent pas à s'entendre sur une révision globale. Il a donc procédé à l'adaptation de différentes prestations surévaluées. Les cantons sont chargés de veiller à ce que les économies liées à cette intervention soient réalisées. La Confédération et les cantons estiment que ces économies doivent se répercuter sur les primes 2018.

La population suisse bénéficie de soins de santé de qualité très accessibles. Mais si le système de santé suisse est l'un des meilleurs en comparaison internationale, il est également l'un des plus chers. De 1996 à 2015, 4 % de plus en moyenne par assuré ont été dépensés chaque année pour le remboursement des prestations médicales. En 2016, les coûts ont augmenté dans un même ordre de grandeur.


Adresse pour l'envoi de questions

Office fédéral de la santé publique, Communication, tél. 058 462 95 05, media@bag.admin.ch
CDS, Michael Jordi, secrétaire central, tél. 079 702 20 90, michael.jordi@gdk-cds.ch


Auteur

Secrétariat général DFI
http://www.edi.admin.ch

Office fédéral de la santé publique
http://www.bag.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-67864.html