La numérisation donnera un élan à l’agriculture

Berne, 10.08.2017 - La numérisation progresse rapidement dans le secteur agricole, dont le quotidien est déjà rythmé par l’informatique et l’électronique. À l’avenir, tout sera connecté : les hommes, les machines, les connaissances. Les exigences et les processus de travail sont chamboulés, les attentes s’accroissent et de nouvelles compétences sont demandées. Organisé sur l’initiative du conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann, l’atelier sur la numérisation dans la filière agroalimentaire qui s’est tenu le 10 août 2017 à la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires (HAFL) de Zollikofen a mis en lumière différents thèmes.

La numérisation donnera une impulsion à la filière agroalimentaire ; elle offre des possibilités à ce secteur et les changements seront nombreux dans les années à venir. Les technologies numériques et leurs applications sont susceptibles de réduire à long terme les coûts dans les exploitations et d’accroître l’utilisation efficiente des ressources au moyen d’une production mieux adaptée et plus respectueuse de l’environnement. Dernier point et non des moindres, elles augmenteront ainsi la qualité des produits. Les relations entre producteurs, transformateurs et consommateurs sont appelées à évoluer, avec des échanges plus directs et une simplification de la traçabilité des produits.

Nombre de jeunes agriculteurs et agricultrices s’impliquent dans ce processus et sont prêts à affronter les changements. À l’occasion de l’atelier du 10 août, un concours d’idées avait été lancé auprès des étudiants des écoles d’agriculture. On peut articuler les idées soumises par les participants autour de quatre thèmes : les relations producteur-consommateur (1), l’aide à la prise de décision sur la production, la réduction des coûts ou le renforcement de l’efficience (2), les solutions techniques (3) et les bases de données (4). L’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) soutiendra l’application pratique des idées retenues. Dans un premier temps, il mettra en contact les auteurs de ces idées avec des chercheurs qui travaillent sur des sujets similaires.  

Dans son exposé, le conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann a indiqué que la numérisation ne se contentera pas d’accroître la productivité, mais changera le visage de la filière agroalimentaire. À ses yeux, la rencontre a montré clairement que la collaboration et les échanges, une certaine propension au risque et des conditions appropriées sont des impératifs de base pour que les potentiels soient exploités au mieux. Il faut fixer des règles aussi souples que possible pour que la numérisation puisse se déployer en Suisse. M. Schneider-Ammann a souligné que les innovations mises au point en Suisse – y compris dans la filière agroalimentaire – doivent être mises en œuvre sur le territoire national, de manière à garantir sur notre sol les emplois de demain. D’après le ministre de l’économie, il convient enfin de renforcer encore les compétences numériques dans la formation et la recherche, en particulier au sein de la filière agroalimentaire, pour que tous les acteurs, chefs d’exploitations et employés puissent tirer parti au mieux de ce potentiel.


Une question essentielle est de savoir comment utiliser avec profit les données agricoles à l’avenir pour que tous les acteurs, de l’agriculture à l’administration en passant par le secteur privé, bénéficient de solutions gagnant-gagnant. Tous les participants ont convenu que la rencontre peut être considérée, dans ce contexte, comme le point de départ d’échanges approfondis et d’un renforcement de la coopération.


Adresse pour l'envoi de questions

Jürg Jordi, responsable du secteur Communication et services linguistiques de l’OFAG, tél. +41 58 462 81 28


Auteur

Office fédéral de l'agriculture
http://www.blw.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-67715.html