COP 22 sur le climat à Marrakech : la conférence des nombreux petits pas

Marrakech, 19.11.2016 - La 22e Conférence des Nations Unies sur le climat s’est terminée le 19 novembre 2016 à Marrakech. Les négociations ont porté principalement sur la mise en œuvre de l’accord de Paris. Il en est sorti que les pays n’ont pas tous les mêmes priorités, d’une part pour ce qui est des objectifs dans les différents domaines et, d’autre part, pour ce qui est de la rapidité à laquelle une solution pourra être trouvée.

En signant l’accord de Paris de 2015, les États se sont pour la première fois engagés à formuler des objectifs climatiques. L’accord prévoit de contenir le réchauffement mondial bien en dessous de 2 °C et de poursuivre l’action menée pour limiter l’élévation de la température à 1,5 °C. Il est entré en vigueur le 4 novembre 2016. Lors de la Conférence des Nations Unies sur le climat, qui s’est terminée le 19 novembre 2016 à Marrakech, les États ont commencé à débattre des modalités de mise en œuvre de l’accord.

Définition d’exigences uniformes

Les négociations avaient pour but d’initier l’élaboration de dispositions uniformes et de directives contraignantes (« Paris Rules Book »), notamment pour la définition des objectifs climatiques nationaux et l’établissement des rapports, afin de rendre mesurables et vérifiables les effets et les progrès réalisés par les différents pays.

Les négociations ont montré qu’il restait encore du chemin à parcourir avant de parvenir à une entente commune. La lenteur à laquelle elles se sont déroulées reflète la persistance de désaccords parfois fondamentaux entre les pays. Les négociations ont principalement été ralenties par les tentatives de plusieurs pays en développement de revenir à une distinction stricte entre pays industrialisés et pays en développement, comme c’était le cas avant Paris.

« Paris Rules Book » : mise en route du processus

Malgré ces retards, un certain nombre de progrès partiels a pu être réalisé. Les prochaines étapes des différents volets de négociations ont ainsi été définies : des sous-groupes seront chargés d’approfondir des questions spécifiques et de soumettre des propositions au secrétariat de la CCNUCC. Les résultats serviront ensuite de base à des ateliers techniques qui seront menés jusqu’à la COP 23, l’objectif étant de clore les négociations concernant le « Paris Rules Book » en 2018.

Certains thèmes, comme la transparence et les mécanismes de marché, ont été approfondis. S’agissant du financement dans le domaine de climat, les pays donateurs ont montré, à l’aide de la feuille de route, comment ils entendaient réunir chaque année 100 milliards de dollars US à partir de 2020 pour soutenir la politique climatique dans les pays en développement. La Journée d’action pour le climat, initiée dans le cadre de la COP, est une plateforme qui offre une visibilité aux engagements des acteurs non étatiques (villes, régions, entreprises, ONG) et donne une impulsion à la société civile en faveur d’une politique climatique ambitieuse. En effet, les objectifs de l’accord de Paris ne peuvent pas être atteints sans initiatives et fonds privés.

La délégation suisse s’est principalement concentrée sur les points suivants : formulation des objectifs climatiques, mécanismes de marché et transparence ; elle a également dirigé les négociations concernant le financement dans le domaine du climat. Lors de la COP 22, la Conseillère fédérale Doris Leuthard a annoncé une participation financière en faveur des pays en développement à hauteur de 1 million de francs pour l’élaboration des rapports et de 4 millions de francs pour le transfert de technologies, deux domaines cruciaux pour soutenir une politique climatique ambitieuse.

Première conférence des Parties à l’accord de Paris

La première Conférence des Parties à l’accord de Paris (CMA) a débouché sur l’adoption de la Proclamation de Marrakech (voir encadré) et la définition des prochaines étapes. La Suisse, qui n’a pas encore ratifié l’accord, a participé à la conférence en tant qu’observatrice ; elle a néanmoins pu faire entendre son point de vue activement. La conférence des Parties se réunira de nouveau en 2017, et fera l’état des lieux de la mise en œuvre de l’accord de Paris. L’ensemble des décisions pertinentes sera approuvé en un seul paquet en 2018 dans le cadre de la CMA. La COP 23, qui se tiendra à Bonn en 2017 sous la présidence des Îles Fidji, sera en priorité consacrée à la poursuite du « Paris Rules Book ».

ENCADRÉ
Proclamation de Marrakech pour l’action en faveur du climat et du développement durable

Sur invitation du roi du Maroc, les chefs d’État et de gouvernement ont approuvé, lors de la 22e conférence sur le climat, la Proclamation de Marrakech. Ils soulignent ainsi l’urgence d’agir dans le domaine du réchauffement climatique ainsi que le caractère irréversible de la dynamique déclenchée au plan international dans la lutte contre les changements climatiques. L’appel lancé par les ministres s’appuie sur l’accord de Paris ainsi que sur l’Agenda 2030 et les objectifs de développement durable de l’ONU. La proclamation exige donc des mesures dans les domaines de la lutte contre la pauvreté et de la sécurité alimentaire ainsi que des activités pour relever les défis des changements climatiques dans l’agriculture.

Les pays industrialisés confirment en outre l’objectif de mettre à disposition 100 milliards de dollars US à partir de 2020 pour des mesures de protection du climat dans les pays en développement. Ils appellent les acteurs non étatiques à participer à la réalisation de ces objectifs climatiques ambitieux et soulignent les opportunités économiques qui en découlent.


Adresse pour l'envoi de questions

Section Médias OFEV
Téléphone: +41 58 462 90 00
Courriel: mediendienst@bafu.admin.ch



Auteur

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-64586.html