Amélioration constante des services en ligne proposés par l’administration suisse

Berne, 23.09.2016 - La septième étude comparative sur la cyberadministration («E-Government Monitor 2016») a été publiée aujourd’hui. Cette étude cherche à savoir comment les services en ligne proposés par les autorités allemandes, autrichiennes et suisses sont utilisés par la population et si ceux-ci donnent satisfaction. Les administrations suisses réduisent toujours plus les obstacles empêchant de recourir davantage aux offres de cyberadministration. En ce qui concerne la satisfaction des utilisateurs, elles conservent leur place en tête du classement.

L’étude comparative sur la cyberadministration examine depuis 2010 l’offre en ligne des autorités et son acceptation par la population. Les aspects étudiés sont l’utilisation, la satisfaction, les facteurs de progression et les obstacles en matière de cyberadministration en Allemagne, en Autriche et en Suisse. L’étude est publiée par l’institut allemand ipima (Institute for Public Information Management) et par l’initiative D21, une association d’utilité publique pour la société de l’information en Allemagne. La cyberadministration suisse soutient cette étude en tant que partenaire.

Utilisation de la cyberadministration: nouvelle progression en perspective

L’utilisation des services en ligne proposés par les autorités suisses n’a cessé de progresser au cours des cinq dernières années. En 2016, 65 % des personnes interrogées dans le cadre de l’étude comparative déclarent avoir eu recours à ces services. Les résultats de l’étude laissent prévoir une évolution positive en matière d’utilisation de la cyberadministration: les principaux obstacles cités, à savoir le manque de notoriété et d’homogénéité des services en ligne et la structure complexe des sites Internet, ont été réduits de 4 à 11 % en l’espace de deux ans. Les réserves concernant la protection des données ont même diminué de 16 % depuis 2014 et le taux de confiance a continué d’augmenter. En effet, les trois quarts des personnes interrogées disent avoir confiance dans les autorités. La Suisse enregistre à cet égard le meilleur pourcentage des trois pays. Selon l’étude, les conditions sont donc réunies en Suisse pour améliorer le degré de satisfaction, qui, même s’il est plus élevé qu’en Allemagne et en Autriche, affiche un léger recul depuis 2014.

Rôle des facteurs socio-démographiques

L’étude comparative sur la cyberadministration montre que l’âge et le niveau de formation ont une influence sur l’utilisation des services électroniques proposés par les autorités. Alors que parmi les Suisses interrogés, 68 % des moins de 34 ans accèdent aux informations et aux services en ligne des administrations publiques par le biais de moteurs de recherche, la majorité des personnes plus âgées consultent tout d’abord le site Internet de leur commune. On ne constate toutefois aucune différence entre les groupes d’âge dans le taux d’utilisation des services en ligne. L’étude révèle en revanche un lien entre le niveau de formation et le recours aux services de cyberadministration. Près des trois quarts des personnes de formation supérieure déclarent utiliser ces services, contre seulement un peu plus de la moitié pour les personnes ayant une formation primaire. Cet écart lié à la formation est encore plus important en Allemagne et en Autriche. 


Adresse pour l'envoi de questions

Gisela Kipfer
Kommunikationsverantwortliche ISB
+41 (0)58 465 04 64
gisela.kipfer@isb.admin.ch



Auteur

Unité de pilotage informatique de la Confédération
http://www.upic.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-63886.html