«Une lueur d’espoir pour les victimes de la fragilité du monde»

Berne, 21.09.2016 - New York, 21.09.2016 - Allocution du conseiller fédéral Didier Burkhalter lors de la 71e session de l'Assemblée générale de l'ONU (Fonds de l'ONU pour la consolidation de la paix / Conférence de haut niveau des donateurs / «Investir dans la pérennisation de la paix») - Seul le texte prononcé fait foi

Mesdames et Messieurs les Ministres,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,

«Nous, peuples des Nations Unies, résolus à préserver les générations futures du fléau de la guerre…» Ces premiers mots de la Charte des Nations Unies inspirent le pari ambitieux du Fonds pour la consolidation de la paix : prévenir les conflits et construire une paix durable. Aujourd’hui, il fait précisément cela dans de nombreuses régions: au Burundi, le Fonds finance le déploiement d'observateurs des droits de l'homme de l'Union africaine. Il contribue ainsi à la cohérence de l'engagement international. En Colombie, le Fonds participe à la mise en œuvre de l'accord de paix récemment signé par son engagement rapide et flexible en faveur des victimes du conflit armé. L’action du Fond est une lueur d’espoir pour de nombreuses victimes de la fragilité du monde.

Mais le travail ne fait que commencer: la récente adoption des résolutions sur l’examen du dispositif de consolidation de la paix marque notre volonté d'adopter une approche globale, tenant compte des populations touchées et durable dans les situations fragiles et de conflit. Aujourd'hui, nous devons en priorité renforcer les organismes des Nations Unies qui se consacrent à la prévention et dépasser les cloisonnements entre leurs différents acteurs.

Car la «pérennisation de la paix» ne concerne pas seulement les situations post-conflictuelles mais toutes les étapes d'un conflit, prévention comprise. La Suisse est très attachée à cet objectif.

L’action de mon pays en faveur de la prévention des conflits et d'une cohérence accrue forme le fil conducteur de notre engagement au sein du système des Nations Unies. Notre présidence de la Configuration Burundi de la CCP en est une illustration. Mais la Suisse fait davantage : depuis 2015, elle finance un JPO dans l’équipe du Fonds pour la consolidation de la paix. Elle finance à hauteur de 900'000 francs suisses par année le Programme commun PNUD-DAP sur le renforcement des capacités nationales en matière de prévention des conflits.  Celui-ci est un des rares programmes préventifs en la matière, à côté du Fonds pour la consolidation de la Paix. La Suisse soutient avec 1'000'000 de francs suisses un programme global du PNUD pour la promotion de l’Etat de droit et des droits de l’homme.

La prévention est centrale. Nous voyons aujourd’hui en Syrie à quel point il est difficile d’interrompre le cycle de violence engendré par la guerre. L’immense souffrance qu’elle inflige à des millions d’enfants, d’hommes et de femmes nous impose d’agir préventivement, avant qu’un conflit n’éclate. C’est donc avec plaisir que nous confirmons le versement d’un montant de 300 000 USD pour la période 2016-2018. Je vous remercie.


Adresse pour l'envoi de questions

Communication DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
E-Mail: kommunikation@eda.admin.ch
Twitter: @EDA_DFAE


Auteur

Département fédéral des affaires étrangères
https://www.eda.admin.ch/eda/fr/dfae.html

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-63857.html