Assemblée générale de l’ONU : la Suisse s’engage dans la prévention de l’extrémisme violent et du terrorisme

Berne, 20.09.2016 - Renforcer la dynamique internationale de lutte préventive contre l’extrémisme violent et le terrorisme ont été au centre des préoccupations du conseiller fédéral Didier Burkhalter présent mardi à New York pour l’ouverture de la 71ème Assemblée générale des Nations Unies. Les points forts des réunions - dont l’une parrainée par la Suisse - auxquelles il a participé ont été d’associer les femmes et l’économie privée à des projets ayant pour but de donner des perspectives à des personnes marginalisées. L’objectif est d’éviter que certaines d’entre elles, privées de tout espoir, ne sombrent dans la violence et l’extrémisme.

Pour mettre en route de tels projets, il faut des moyens. Le Fonds mondial pour l'engagement de la communauté et la résilience (GCERF) a ainsi lancé un appel de fonds pour soutenir ses actions.  Fondé il y a deux ans à Genève, le GCERF a lancé ses premiers projets au Bangladesh, au Mali et au Nigéria. Il s’agit de faire prendre conscience à la société de l’importance de lutter contre l’extrémisme violent, de mobiliser les gens de manière préventive contre cet extrémisme et au final de proposer des alternatives.

Un million de personnes sont visées par les trois premiers projets pilotes du GCERF. Pour les poursuivre et pour en lancer d’autres - au Kosovo au Kenya et à Myanmar - le GCERF cherche des soutiens, notamment au sein de l’économie que l’on souhaite sensibiliser davantage. La Suisse, qui fait partie des pays qui ont soutenu la création de ce fond, se félicite de la mise en place des premiers projets et continuera de soutenir le GCERF.

Les femmes sont également appelées à jouer un rôle crucial dans la lutte contre la violence et le terrorisme. D’une part, elles sont touchées de manière disproportionnée par des actes terroristes et elles peuvent d’un autre côté jouer un rôle clé dans la lutte contre les racines de ces phénomènes violents.  Sachant que certains groupes terroristes cherchent de manière ciblée à recruter des femmes (quelques 10 % des quelques 5000 djihadistes occidentaux qui ont rejoint la Syrie sont des femmes), il est important  qu’elles soient incluses dans les efforts mis en place pour lutter contre l’extrémisme violent et le terrorisme. Didier Burkhalter a rappelé, lors d’une réunion de haut niveau à New York, que la Suisse a un plan d’action pour lutter contre l’extrémisme violent qui se concentre sur trois priorités : les jeunes, le rôle de la Genève internationale et le rôle des femmes précisément.

La discussion sur la lutte contre le terrorisme se poursuivra mercredi à New York avec la participation de M. Burkhalter à la 7ème conférence plénière  du Forum mondial contre le terrorisme (Global Counterterrorism Forum – GCTF). Le chef du DFAE y présentera notamment  à cette occasion des actions concrètes de la Suisse comme un projet visant à faire dialoguer jeunes et autorités dans un quartier défavorisé de Tunis ou la réforme de certaines procédures judiciaires au Liban ayant pour objectif de diminuer la radicalisation des jeunes dans les prisons.

Lors de cette réunion ministérielle, les membres du GCTF doivent adopter une série de recommandations dont un « Mémorandum de Neuchâtel sur les bonnes pratiques de justice des mineurs dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ».


Adresse pour l'envoi de questions

Information DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
E-Mail: info@eda.admin.ch
Twitter: @EDA_DFAE



Auteur

Département fédéral des affaires étrangères
http://www.eda.admin.ch/eda/fr/home/recent/media.html

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-63836.html