Nouveau rapport sur la politique de sécurité de la Suisse

Berne, 24.08.2016 - Ces dernières années, la situation de notre pays en regard de la menace a connu certains changements sensibles. Après une analyse du contexte actuel, le nouveau rapport du Conseil fédéral sur la politique de sécurité de la Suisse expose comment notre pays compte faire face aux menaces et dangers qui se présentent.

Le Conseil fédéral a approuvé un nouveau rapport sur la politique de sécurité. Celui-ci expose le fondement de la politique de sécurité de la Suisse pour ces prochaines années. Le Conseil fédéral publie régulièrement des rapports à ce sujet ; le dernier remonte à 2010.
Ce nouveau rapport présente en détail le contexte sécuritaire de la Suisse. Il analyse les tendances globales qui se profilent et passe en revue les menaces et dangers qui concernent notre pays, concluant que la situation a profondément évolué au cours des dernières années. Il évoque notamment la détérioration durable des relations entre la Russie et l'Occident à cause de la crise ukrainienne, l'aggravation de la menace provenant du terrorisme islamique, ainsi que l'ampleur des activités illégales et des abus commis dans le cyberespace. Le rapport constate que les menaces et les dangers sont, dans l'ensemble, plus complexes, plus fortement interconnectés et plus opaques qu'auparavant et qu'un défi particulier pour la Suisse réside dans leur combinaison ou leur enchaînement.

L'analyse de la situation comprend également la description des organisations (OSCE, OTAN, UE, Conseil de l'Europe, ONU, Interpol) et des conventions (p. ex. dans le domaine du désarmement) influant sur la politique de sécurité de la Suisse ainsi que des possibilités pour renforcer la coopération dans ce domaine.

La deuxième partie du rapport traite de l'orientation stratégique adoptée par la Suisse. Il s'agit de montrer comment engager adéquatement les moyens de cette politique pour atteindre les buts qu'elle vise et servir ses intérêts. Cette partie commence par définir lesdits buts et intérêts, avant de décrire l'orientation stratégique en soi. La coopération, l'indépendance et l'engagement constituent les trois piliers de la stratégie. Enfin, cette partie explique comment ces derniers sont utilisés et combinés pour que la politique de sécurité soit aussi efficace que possible.

Le rapport décrit les moyens nécessaires à la concrétisation de la stratégie en se fondant sur cette dernière. Il expose selon quels principes les instruments de la politique de sécurité sont engagés Le rapport établit un lien direct entre les menaces et les moyens engagés pour les prévenir, les repousser et les maîtriser. Il évoque le plus concrètement et le plus précisément possible les tâches et les interactions entre les différents instruments. Enfin, le rapport mentionne quelles adaptations et mesures ont été réalisées ou sont requises afin que ces instruments permettent de fournir les prestations demandées à l'avenir également.

La dernière partie du rapport traite de la conduite de la politique de sécurité à l'échelon de la Confédération et à celui des cantons, ainsi que de la collaboration dans ce domaine avec le Réseau national de sécurité. Il s'agit, en l'occurrence, d'une présentation des résultats de la phase pilote et de l'évaluation de ce réseau ainsi que du premier exercice organisé. Le constat établit que ce réseau, activé en 2010, a globalement fait ses preuves et procède ponctuellement à des adaptations découlant de l'évaluation des conclusions tirées de l'exercice du Réseau national de sécurité 2014.

Comme pour la publication précédente, le rapport a été élaboré par un groupe de travail bénéficiant d'un large soutien. Outre l'ensemble des départements et la Chancellerie fédérale, les cantons y ont aussi participé depuis le début. Ce rapport a été mis en consultation de novembre 2015 à mars 2016 ; il a ensuite été mis à jour et retravaillé ponctuellement en tenant compte des résultats de la consultation et des développements survenus depuis l'automne 2015. Le rapport actualise les informations concernant le terrorisme et les migrations en lien avec les djihadistes ; de plus, il précise et étoffe les remarques relatives à la stratégie dans le domaine de la politique de sécurité et des divers instruments.


Adresse pour l'envoi de questions

Karin Suini
Porte-parole du DDPS
058 464 50 86



Auteur

Conseil fédéral
https://www.admin.ch/gov/fr/accueil.html

Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports
http://www.vbs.admin.ch

Groupement de la Défense
http://www.vtg.admin.ch

Office fédéral de la protection de la population
http://www.bevoelkerungsschutz.admin.ch/

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-63365.html