Protection des populations et contribution à la paix et à la sécurité: la Confédération a fixé sa stratégie en matière de déminage humanitaire pour les années 2016 à 2019

Berne, 11.07.2016 - Des stocks de près de 50 millions de mines antipersonnel et de 2 millions d’armes à sous-munitions ont été détruits au cours des 20 dernières années. Malgré les efforts soutenus de la communauté internationale, auxquels la Suisse participe activement, les mines, les armes à sous-munitions et les restes explosifs de guerre font encore de nouvelles victimes chaque jour. C’est à la lumière de ce constat que la Confédération a défini les lignes directrices de son action en matière de déminage humanitaire pour les années 2016-2019. Elle continuera de mettre à disposition des experts pour les programmes de déminage de l’ONU, de soutenir les projets de déminage conduits dans les pays touchés et de collaborer avec le Centre international de déminage humanitaire de Genève dans le cadre d’un partenariat stratégique.

La stratégie dévoilée aujourd’hui est l’expression d’une solidarité envers les victimes et vient réaffirmer la volonté d’agir, tant sur le plan politique que de manière concrète, pour débarrasser le monde des mines, des armes à sous-munitions et des restes explosifs de guerre.

Ces vingt dernières années, une étroite collaboration entre les pays de la communauté internationale, dont la Suisse, a permis d’enregistrer des succès durables en matière de déminage humanitaire: des stocks d’environ 50 millions de mines antipersonnel et de 2 millions d’armes à sous-munitions ont été détruits, de vastes pans de territoires, notamment en Albanie, au Burundi et au Mozambique, ont été déminés et rendus aux populations, et le nombre de victimes causées par des mines ou des munitions non explosées est passé de 70 par jour à moins de dix aujourd’hui. Malgré les efforts déployés dans ce domaine, il reste encore de nombreux défis à relever pour les années à venir, car la prolifération de la contamination engendrée par les conflits armés actuels vient s’ajouter à celle issue des conflits passés, les conditions de déminage s’avèrent difficiles et les obligations souscrites à l’échelle internationale ne sont pas toujours rigoureusement respectées. De plus, dans les pays concernés, les ressources sont limitées et les compétences nécessaires font souvent défaut.

C’est dans ce contexte que la Confédération a défini les lignes directrices qui guideront son action en matière de déminage humanitaire durant la législature 2016-2019. Par son engagement sur ce front, la Suisse entend plus particulièrement contribuer à l’amélioration de la sécurité des personnes et des populations, à la promotion du développement durable et au renforcement des capacités et de la responsabilisation individuelle des intéressés sur place. Au cours de la période à venir, la Confédération va de nouveau débloquer près de 16 millions de francs par an en faveur du déminage humanitaire. Dans le cadre d’une étroite collaboration entre le DFAE et le DDPS, la Confédération s’associe à des partenaires internationaux pour financer des projets de déminage concrets dans les pays concernés, détache des experts auprès de l’ONU pour ses programmes de déminage, contribue à orienter le travail politique mené au niveau multilatéral et poursuit son partenariat stratégique avec le Centre international de déminage humanitaire de Genève (CIDHG).

Cette stratégie relative au déminage humanitaire, la quatrième depuis 2004, reprend ainsi les lignes directrices qui ont fait leur preuve dans le cadre de l’action passée, tout en les adaptant aux défis énoncés plus haut. Elle reflète la conviction que le déminage humanitaire reste un indispensable gage de réussite de la politique de paix, de développement et de sécurité, ainsi que de l’aide humanitaire, en contribuant notamment à la réalisation des différents objectifs de l’Agenda 2030 pour le développement durable. Depuis des années, la Suisse fait partie des dix principaux pays donateurs du monde dans ce domaine, si important pour la protection des populations pendant et après les conflits armés.


Adresse pour l'envoi de questions

Communication DFAE
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
Tél.: +41 58 462 31 53
E-Mail: kommunikation@eda.admin.ch
Twitter: @EDA_DFAE



Auteur

Département fédéral des affaires étrangères
https://www.eda.admin.ch/eda/fr/dfae.html

Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports
http://www.vbs.admin.ch

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-62616.html