La Suisse satisfaite au terme de la 105e session de la Conférence internationale du Travail à Genève

Berne, 10.06.2016 - La Suisse a participé à la 105e session de la Conférence internationale du Travail (CIT), du 30 mai au 11 juin 2016 à Genève. Elle tire un bilan positif de la Conférence en relation avec la présence du Président de la Confédération, Johann N. Schneider-Ammann, lors de l’ouverture de la Conférence, et au vu des résultats obtenus pour promouvoir le travail décent et la dimension sociale de la globalisation.

Invité d’honneur le 30 mai 2016 lors de la cérémonie d’ouverture de la CIT, le Président de la Confédération, Johann N. Schneider-Ammann, a signé avec Guy Ryder, Directeur général de l’OIT, un Accord visant à consolider les activités de coopération au développement entre la Suisse et l’OIT. La Suisse soutient des projets de l’OIT visant à promouvoir la productivité économique et à garantir aux migrants des conditions de travail décentes dans les pays en développement et dans les pays émergents. Dans son discours devant le plénum de la CIT, le Président de la Confédération a appelé les acteurs tripartites de l’OIT (gouvernements ; employeurs ; travailleurs) à relever le défis du monde du travail de demain et à œuvrer pour mettre en place des conditions cadres propices à la création d’emplois décents.

L’un des temps forts de la conférence a été la discussion sur la promotion du travail décent dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, qui englobent toutes les organisations impliquées dans la fabrication de produits et l’élaboration de services, du fournisseur au client final. Les chaînes d’approvisionnement peuvent contribuer au développement durable, à une croissance économique inclusive, à l’emploi et au travail décent pour tous. Forte de l’incidence positive de ses projets de coopération sur la croissance économique, l’emploi et les conditions de travail dans les pays partenaires, la Suisse estime que l’OIT doit renforcer son expertise sur le nombre et sur la qualité des emplois créés dans les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Les efforts de l’OIT pour disposer d’une norme actualisée en faveur du travail décent au service de la paix, de la sécurité et de la résilience aux catastrophes devront être soutenus l’an prochain. L’OIT doit être en mesure de promouvoir le travail décent et l’emploi face aux nouvelles formes de crises dans le monde.

La Suisse salue l’engagement renforcé de l’OIT pour promouvoir la justice sociale par la mise en œuvre de quatre objectifs : l’emploi, la protection sociale, le dialogue social et les principes et droits fondamentaux au travail, en mettant l’emploi et le travail décent au cœur des politiques sociale et économique. La réaffirmation de la Déclaration de l’OIT 2008 dans ce sens renforce le mandat et l’action de l’OIT en matière de promotion du travail décent pour assurer la dimension sociale de la globalisation dans le contexte de l’Agenda 2030 de développement durable.

Enfin, la Suisse a soutenu des améliorations à la convention du travail maritime portant sur les dispositions relatives aux accidents du travail et aux lésions et maladies professionnelles ainsi que sur le certificat de travail maritime et la déclaration de conformité du travail maritime.

La délégation gouvernementale était dirigée par Boris Zürcher, Secrétaire d’Etat, Chef de la Direction du travail, Secrétariat d'État à l'économie (SECO). La délégation des employeurs était dirigée par Blaise Matthey, Directeur général, Fédération des entreprises romandes, Genève, et celle des travailleurs par Luca Cirigliano, secrétaire central, Union syndicale suisse (USS), Berne.


Adresse pour l'envoi de questions

Jean-Jacques Elmiger, SECO, Direction du travail
Affaires internationales du travail, Tel. +41 58 462 28 87


Auteur

Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche
http://www.wbf.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-62139.html