Un pas de plus vers une Suisse sans rougeole

Berne, 06.01.2016 - La mise en œuvre de la Stratégie nationale d’élimination de la rougeole 2011–2015 est achevée. De nombreuses mesures et actions ont motivé la population à contrôler son statut vaccinal et à rattraper les vaccinations manquantes. Le nombre de personnes vaccinées contre la rougeole a donc augmenté depuis le début de la stratégie. Mais pour que la Suisse et l’Europe soient et restent débarrassées de cette maladie, il faudra encore faire des efforts aux niveaux national et international.

Une Suisse sans rougeole à la fin 2015, tel était l’objectif de la Stratégie d’élimination de la rougeole approuvée par le Conseil fédéral en novembre 2011 pour parvenir au but visé par l’OMS. Cette stratégie a été mise en œuvre en partenariat avec les cantons et des organisations professionnelles. Parmi les mesures et activités de ces dernières années, on relèvera la vaccination libérée de la franchise des caisses-maladie (jusqu’à fin 2015), les directives et les recommandations nationales uniformes pour lutter contre la maladie et ses flambées, ainsi que les lettres à l’intention des parents pour les écoles. S’y ajoutent l’envoi de courriers à des entreprises et à des administrations pour leur permettre de sensibiliser leur personnel au test de risque et à la vaccination, la mise en place de stands d’information, ainsi que de possibilités de faire vérifier son carnet de vaccination ou de se faire vacciner, la campagne nationale d’information et un concours sur Internet. Le Comité indépendant pour une Suisse sans rougeole, composé de personnalités de renom du monde de la politique, du sport et de la santé, s’est aussi beaucoup investi. La Journée nationale Stop rougeole, organisée le 6 novembre 2015, a clôturé la stratégie.

La Suisse est sur la bonne voie pour éliminer la rougeole, comme l’indique la couverture vaccinale en augmentation. Selon les données recueillies dans huit cantons, en 2014, 93 % en moyenne des enfants de 2 ans avaient reçu une dose du vaccin contre la rougeole et 87 % les deux doses. La progression a été particulièrement marquée chez les adolescents de 16 ans : l’enquête dans cet échantillon de cantons a mis en évidence que 93% d’entre eux avaient reçu deux doses du vaccin, alors qu’en Suisse entre 2008 et 2010, ils n’étaient que 85 %, ce qui indique de nombreuses vaccinations de rattrapage. De plus, les différences cantonales se sont nettement atténuées. Dans le canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures, en 2008, seuls 50 % des enfants de 2 ans avaient reçu deux doses du vaccin ; le taux a été porté à 85 % en 2014. De nouveaux chiffres seront disponibles au printemps 2016, et l’évaluation complète de la stratégie vers fin 2016.

Pour que la Suisse puisse être considérée comme exempte de rougeole, 95 % de la population doit être immunisée contre cette maladie. Pour être immunisé, il faut avoir reçu deux doses de vaccin ou avoir eu la maladie. Il s’agit non seulement de combler les lacunes en matière de vaccination dans la population adulte, mais aussi de veiller à ce que le plus grand nombre possible d’enfants aient reçu les deux doses avant leur deuxième anniversaire.

Se faire vacciner permet non seulement de se prémunir contre la maladie, mais également de protéger les personnes qui ne peuvent pas être vaccinées. La rougeole peut occasionner des complications sévères telles que pneumonie, otite et, dans de rares cas, encéphalite, aussi bien chez les adultes que chez les enfants. Par ailleurs, elle peut parfois provoquer de graves conséquences à long terme. C’est pourquoi la Confédération poursuit ses efforts dans la lutte contre la maladie. En premier lieu, les pédiatres sont invités, dès la première consultation, à sensibiliser les parents de nouveau-nés à la vaccination. Il est recommandé de constituer alors d’emblée un carnet de vaccination électronique ; ainsi, les parents reçoivent une notification au moment où la deuxième dose devrait être administrée. Par la suite, les crèches et les écoles doivent les informer sur la maladie, sur l’importance de la vaccination, ainsi que sur les conséquences éventuelles de la non-vaccination


Adresse pour l'envoi de questions

OFSP, service de presse, tél. 058 462 95 05 ou media@bag.admin.ch



Auteur

Office fédéral de la santé publique
http://www.bag.admin.ch

Département fédéral de l'intérieur
http://www.edi.admin.ch

Dernière modification 05.01.2016

Début de la page

https://www.admin.ch/content/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-60191.html